Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Essai - Opel Grandland X Ecotec 130 : le pragmatique

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

Alexandre Bataille

Le nouveau SUV compact d’Opel débute sa carrière dans l’ombre du Peugeot 3008, son jumeau technique. Moins bling bling, l’allemand se veut pragmatique et plus attractif financièrement, comme c’est le cas ici de la version essence 1.2 Ecotec 130. 

Essai - Opel Grandland X Ecotec 130 : le pragmatique

En bref

A partir de 24 750 €

Deux roues motrices

Volume de coffre : 514 litres

 

Conçu en partenariat avec PSA bien avant que ce dernier ne rachète d’Opel, le Grandland X n’est autre que le jumeau technique du Peugeot 3008, la star actuelle des SUV compacts. Comme lui, il est fabriqué en France, à Sochaux, et en reprend les grandes bases techniques. Toutefois, l’allemand marque sa différence dans de nombreux domaines, à commencer par le style. Il ne s’agit pas ici d’une pâle copie de 3008 rebadgé mais d’une réalisation à part entière, avec des éléments de carrosserie propres. On salue d’ailleurs le travail des designers qui sont parvenus à lui offrir une vraie personnalité, en harmonie avec le reste de la gamme. 

Essai - Opel Grandland X Ecotec 130 : le pragmatique
Essai - Opel Grandland X Ecotec 130 : le pragmatique

 

A bord aussi, le Grandland X se distingue par une ambiance totalement différente de celle du français. Le volant est plus grand, ce qui permet au conducteur de voir l’instrumentation dans sa totalité. La conception du cockpit est tout ce qu’il y a de plus traditionnelle. Ici, pas de dalle numérique, pas de planche de bord « design » ni de matériaux originaux comme à bord du 3008. Le Grandland X va droit au but en respectant les basiques, à savoir un écran multimédia placé au centre, des commandes de confort physiques et des rangements.

A l'inverse du 3008, le cockpit se veut très traditionnel.
A l'inverse du 3008, le cockpit se veut très traditionnel.

La présentation est tristounette mais soignée, à l’image des plastiques moussés qui recouvrent la partie haute. En revanche, et c’est selon les goûts de chacun, il faudra s’habituer aux sièges ergonomiques certifiés AGR (association allemande pour la santé du dos) qui, même réglés au minimum, exercent une pression sur les lombaires et sous les cuisses. Les passagers arrière comme les bagages (coffre de 514 et 1 652 litres) bénéficient du même traitement qu’à bord du 3008, autrement dit dans la bonne moyenne du segment dans les deux cas.  En parallèle, quelques détails comme l’absence de porte-gobelets, l’impossibilité de mise en tablette du siège avant passager (pour augmenter la longueur de chargement) ou encore l’emplacement alambiqué (à côté de l’éclairage de plaque) de l’ouverture du hayon desservent le côté pratique. 

Pas de transmission intégrale mais une aide à la motricité.
Pas de transmission intégrale mais une aide à la motricité.

Le 3 cylindres turbo essence de 130 ch, rebaptisé Ecotec, est aussi de conception française. Son passage sous le capot du Grandland X n’a pas altéré son entrain naturel puisqu’il garantit au conducteur des accélérations franches, des reprises à tous les régimes et une allonge exceptionnelle. Il est ici associé à la boîte automatique (EAT6 développée avec l’équipementier Aisin) qui n’a absolument rien à envier aux boîtes à double embrayage. Cette dernière bonifie le potentiel du 3 cylindres par des passages rapides, au bon régime et sans à-coups. Les qualités comme les défauts sont les mêmes qu’à bord du 3008 à l’image de son appétit prononcé pour le sans plomb - nous aurons relevé une moyenne de 7,6 l/100 km durant notre essai – et de sa présence sonore en phase d’accélération. 

Le Grandland X reprend scrupuleusement le même châssis et les mêmes réglages de suspension que le français. En découle un très bon compromis entre confort et dynamisme, même équipé de jantes de gros diamètre (18’’). La sensation de mordant du train avant est moins prononcée qu’au volant du 3008, principalement en raison du diamètre de volant plus important. Le Grandland X est donc un poil moins incisif que son cousin mais se place dans la moyenne supérieure des SUV compacts du marché. 

Moins cher d’en moyenne 1 000 € que le 3008 à motorisations et finitions équivalentes, le Grandland X s’avère en prime mieux équipé. A titre de comparaison notre version d’essai, un Grandland X 1.2 Ecotec 130 ch en finition haute Ultimate (34 250 €), embarque de série les feux full LED, le hayon motorisé, les sièges électriques et chauffants, et le stationnement semi-automatique, quand ces mêmes équipements sont proposés en option chez Peugeot sur le 3008 Puretech 130 Crossway (PRIX). La motorisation Ecotec 130 est quant à elle disponible avec toutes les finitions dès 24 750 €.

Chiffres clés *

  • Longueur : 4,47 m
  • Largeur : 1,85 m
  • Hauteur : 1,60 m
  • Nombre de places : 5 places
  • Volume du coffre : 514 l / 1652 l
  • Boite de vitesse : Auto. à 6 rapports
  • Carburant : Essence
  • Taux d'émission de CO2 (norme NEDC) : 127 g/km
  • Malus : 540 €
  • Date de commercialisation du modèle : Septembre 2017

* pour la version 1.2 TURBO 130 ULTIMATE AUTOMATIQUE.

Le bonus / malus affiché est celui en vigueur au moment de la publication de l'article.

Photos (20)

Mots clés :

SPONSORISE

Essais 4X4 - SUV - Crossover

Fiches fiabilité 4X4 - SUV - Crossover

Achetez votre Opel Grandland X

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire