Publi info

Essai – SsangYong Musso Pick-Up 2019 : dernier maillon d'une espèce en voie d'extinction

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

La parenthèse fiscale enchantée du pick-up en France se refermant dès cet été, est-il donc trop tard pour lancer un nouveau modèle ? Ce n'est pas ce que pense Ssangyong en commercialisant la nouvelle génération de Musso dont nous avons pris le volant pour la première fois.

Essai – SsangYong Musso Pick-Up 2019 : dernier maillon d'une espèce en voie d'extinction

En bref

À partir de 29 990 €

2 ou 4 roues motrices

2,2 e-XDi de 181 ch et 400 Nm

Le nom de Musso peut vous évoquer plusieurs choses : la directrice de l'école briseuse de vitres dans la série « Parker Lewis ne perd jamais », un rhinocéros si vous parlez couramment le coréen ou un SUV au design alambiqué motorisé par des diesels Mercedes produit par SsangYong de 1993 à 2005. Et c'est donc bien évidemment le descendant de ce dernier qui est à l'essai aujourd'hui et qui est, lui, exclusivement un pick-up, ce qui en fait au final plus un héritier de l'Actyon Sports.

Mais n'est-ce pas un peu tard pour lancer un nouveau pick-up en France ? L'année dernière encore, il était possible d'adopter l'un de ces monstres en version double cabine et émettant plus de 200 g de CO2 par kilomètre sans avoir à se soucier ni de la TVS ni du malus automobile, soit une économie de pas moins de 10 500 € pour ce dernier. Mais cette exemption de la TVS a sauté le 1er janvier dernier et il vous faudra payer votre dette au réchauffement climatique comme tout le monde à partir du 1er juillet prochain. Il reste cependant tout de même quelques qualités à ce Musso Pick-Up à faire valoir.

Essai – SsangYong Musso Pick-Up 2019 : dernier maillon d'une espèce en voie d'extinction

À commencer par l'esthétique, si tant est que ce soit un sujet primordial pour un pick-up. Les lignes alambiquées des anciennes SsangYong font définitivement partie du passé et on arrive aujourd'hui à un résultat qui rentre dans le rang : cela manque maintenant un peu de personnalité mais c'est incomparablement plus gracieux, surtout avec le hardtop optionnel (2 790 €) qui couvre la benne de notre modèle d'essai.

Essai – SsangYong Musso Pick-Up 2019 : dernier maillon d'une espèce en voie d'extinction

Reprenant la base du dernier Rexton avec son châssis séparé, ce Musso est un beau bébé exclusivement disponible en version double cabine et qui mesure 5,09 m de long. C'est presque dix centimètres de plus que son prédécesseur mais dans le même temps dix de moins qu'un Mitsubishi L200 et trente de moins qu'un Renault Alaskan ! C'est donc l'un des plus courts de la catégorie, ce qui se ressent dans les dimensions de la benne : 1,57 m de large, 0,57 m de haut mais seulement 1,30 m de long - soit respectivement 20 et 28 cm de moins que le japonais et le français - ce qui est tout de même suffisant pour embarquer la traditionnelle palette européenne. Le coréen ne se distingue pas plus par sa charge utile de 715 kg dans notre version quand la plupart des concurrents dépassent la tonne par sa capacité de traction, limitée à 3 tonnes quand les meilleurs de la catégorie atteignent les 3,5 tonnes.

Essai – SsangYong Musso Pick-Up 2019 : dernier maillon d'une espèce en voie d'extinction

La benne fait partie des plus petites de la catégorie.

Cependant, le Musso se rattrape dans son habitacle, surprenant à plus d'un titre : sa planche de bord n'a rien de celle d'un utilitaire dans sa finition, avec une qualité perçue bien supérieure à celle d'un L200 ou d'un Isuzu D Max, la finition de notre modèle d'essai comprend un colossal écran central de 9,2 pouces avec connectivité smartphone et une caméra de recul particulièrement efficace tandis que l'habitabilité arrière est excellente, avec de la place pour les genoux et un dossier qui n'est pas trop vertical, défaut récurrent sur les pick-up double cabine.

Essai – SsangYong Musso Pick-Up 2019 : dernier maillon d'une espèce en voie d'extinction
Essai – SsangYong Musso Pick-Up 2019 : dernier maillon d'une espèce en voie d'extinction

Bonne surprise : la planche de bord présente une finition de bonne facture et il y a de la place à revendre à l'arrière.

Une seule motorisation est disponible : un quatre cylindres 2,2 e-XDi développant 181 ch et 400 Nm de 1 400 à 2 800 tr/min avec au choix une boîte de vitesses mécanique ou automatique à six rapports et une transmission deux ou quatre roues motrices enclenchables manuellement, avec gamme de vitesses courtes pouvant être agrémentée d'un verrouillage manuel du différentiel arrière opérationnel jusqu'à 32 km/h.

Essai – SsangYong Musso Pick-Up 2019 : dernier maillon d'une espèce en voie d'extinction

Là où ce SsangYong Musso marque le plus de points, c'est en matière de tarifs. Ils démarrent en effet à 29 990 € en version 2 roues motrices et à 31 990 € en 4 roues motrices, ce qui en fait un des moins chers du marché avec l'Isuzu D Max.

Informations techniques

Taux d'émission de CO2 et bonus/malus
de la version la plus écologique de : Ssangyong Musso

199 g/km - malus : 10500 €

Début de commercialisation du modèle :
Ssangyong Musso Sports

Juin 2018

A titre d'exemple pour la version 2.2 E-XDI 4WD TECH AUTO.

1,84 m1,95 m
5,09 m
  •  5 places
  •  NC / NC

  •  Auto. à 6 rapports
  •  Diesel

Portfolio (22 photos)

En savoir plus sur : Ssangyong Musso Sports

Ssangyong Musso Sports

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (15)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Le design extérieur est toujours assez affreux même s'ils s'améliorent, par contre je suis surpris par l'habitacle qui présente nettement mieux que sur les premières qui étaient vraiment affreuses. ça fait très américaine, c'est pas si pire.

Par

Une alternative qui aurait pu être intéressante pour nos aventuriers des villes dont la benne est plus un objet de déco qu'un atout réellement fonctionnel ... dommage qu'il arrive aussi tard sur le marché.

Saluons quand même cette marque qui s'obstine à rester dans notre pays alors que le volume des ventes doit être famélique.

Par

" Design alambiqué faisant désormais parti du passé "

Heuuu ........ NAN ...

Par

Comme toujours avec ces marques : un tarif intéressant, un équipement sans options ruineuses ; après ce n'est ni le plus beau, ni le plus performant, ni le plus économique.

Par

Hormis ce cachalot, SsangYong était plus inspiré même en rebadgeant...Certains se souviendront de la 1ère Chairman qui reprenait les entrailles de la Benz W124, tout en singeant la W220. Et le résultat était pas mal :

http://club.caradisiac.com/whealer/speedstest-75434/photo/ssangyong-chairman-1997-7393792.html

Par

Pas mal la serie de photos ! un bon gros bébé peint en gris sur un fond gris et blanc...avec en prime la neige pour camoufler l' arriere !

Par

C'est un.peu moins moche à nos yeux d'Européens que leurs précédents modèles, mais le design est encore très atypique. Cela répond bien à la clientèle asiatique.

Difficile de vendre un pick-up dans les prochains mois, bon courage Ssangyong. On n'en verra pas beaucoup plus sur nos routes que leurs autres modèles.

Marque qui souffre d'un absence d'image et qui n'a jamais su s'adapter aux marchés locaux.

A l'inverse de Kia/Hyundai...

Quant à ma revente... C'est invendable.

Par

Le premier SsangYong ethétiquement correcte.

Mais voilà un vrai pick up moins pratique que les autres et bien fini à l'intérieur, bref idéal pour un effet de mode.

En retard?

Par

Vous devriez lire la presse internationale pour vous rendre compte que les produits Ssangyong sont bien notés et fiables. Par ailleurs, la qualité générale des produits est bonne. Enfin une enquête anglaise vient de révéler que le Rexton (2018) est le Suv ayant la plus faible décote sur le marché de l'occasion.

Par

Il arrive trop tard.

Il est evident qu'en soignant le confort et la qualité percue à bord,

ce pick-up collait pile poil à notre marché ou ces vehicules etait moins de vrais outils

que des moyens de rouler en gros SUV sans malus...

.

Mais maintenant je doute que cette optique reste pertinente.

Et je pense que les Pick-Up vendue redeviendront avant toit des outils,

Ce qui fera sans doute de l'Isusu D-Max pourtant plus rustique d'aspect un meilleure choix au final

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire