Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Fâché par l'accord entre Renault et Google, Qwant annule sa venue au Mondial

Dans Salons / Salon de Paris

Fâché par l'accord entre Renault et Google, Qwant annule sa venue au Mondial

Le patron du moteur de recherche européen Qwant n'a pas avalé la pilule de l'accord entre l'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi et Google. Alors qu'il devait présenter des véhicules Renault dotés de la technologie Qwant, le patron a annoncé qu'il n'irait finalement pas au Mondial de Paris.

Le patron de Qwant, le moteur de recherche français, est visiblement très remonté contre Renault. La marque française (et plus globalement l'alliance) a en effet passé un accord récemment avec Google pour doter tous les futurs véhicules de la technologie du géant de la Silicon Valley. Sauf que Qwant devait présenter au Mondial de Paris quatre voitures Renault dotées des solutions Qwant.

L'accord signé entre temps à Google a donc tout chamboulé : "on devait faire le mondial de l'auto sur lequel j'avais un grand stand avec quatre voitures Renault. Je viens d'annuler mon stand pour ne pas passer pour un abruti. Nous étions passés voir Renault mais la Silicon Valley leur a mis des étoiles plein les yeux et ils ont complètement basculé chez Google. C'est dommage, car en Allemagne c'est différent. Tous les constructeurs se sont réunis pour racheter Here par exemple le service de cartographie de Nokia. Ils ont préféré jouer la carte de l'indépendance.", a commenté Eric Léandri, le patron de Qwant, au micro de nos confrères de BFM Business.

Le patron de Qwant met également en garde contre les intérêts de Google dans l'affaire : "ces données vont tout simplement servir à enrichir un écosystème américain, car il ne faut pas faire d'angélisme et penser qu'elles resteront chez Renault. Exploiter les données et les revendre, c'est le business model de Google!".

Cela nous fait inévitablement penser à Toyota qui a longtemps bloqué la porte à Google dans ses autos, par crainte d'un usage mal intentionné des données privées des autos de la marque et des conducteurs. Avant, finalement, de céder, tout comme Renault, aux appels du pied de Google...

 

 

SPONSORISE

Actualité Renault

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire