Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

L’avenir plus que noir des constructeurs : une vision un peu trop catastrophiste ?

Ils sont alarmistes et, entre la réduction des émissions à marche forcée imposée par l'Europe et la transition vers l'électrique, les constructeurs prévoient 10 années difficiles, voire impossibles pour certains. Leur porte-parole européen, Carlos Tavarès, évoque même une période "darwinienne" ou seuls les plus forts résisteront au cataclysme. Réalisme ou politique de la peur pour obtenir des aides gouvernementales ? Les deux mon général.

 

Philippulus pourrait être leur mentor. C’est que, à l’instar du prophète des albums de Tintin, qui prévoyait la fin des temps dans L'Étoile mystérieuse, les dirigeants européens de l’automobile sont quelque peu catastrophistes en cette rentrée. Parmi eux, Carlos Tavarès, toujours prompt à monter au front, s’est exprimé à Francfort la semaine dernière, non pas en tant que patron de PSA, mais comme président de l’ACEA (European Automobile Manufacturers Association). Et c’est donc au nom des autres qu’il a tenu un discours de fin des temps. Les dix prochaines années ? « Je crois que nous allons entrer dans une période extrêmement agitée, entre maintenant et 2030 » lâchait le boss au micro de BFM. Et d’en rajouter : « Je caractérise cette période comme étant darwinienne ». Rien de moins.

Carlos Tavarès, P.-D.G. de PSA et président de l'ACEA (Association des constructeurs automobiles européens).
Carlos Tavarès, P.-D.G. de PSA et président de l'ACEA (Association des constructeurs automobiles européens).

Dans la décennie à venir, si l’on en croit le redresseur de Peugeot Citroën, seuls les plus habiles et les plus costauds survivront, les autres, tels des dinosaures, disparaîtront à cause de la météorite électrique. Car c’est bien elle la mère de tous les maux : cette maudite voiture à watts qui oblige les constructeurs à la plus grande révolution jamais vécue depuis qu’ils sont nés.

Pour échapper aux contraintes de Bruxelles, et ses 95 g d’émissions en moyenne dès l’année prochaine, ils n’ont pas d’autre choix. En y rajoutant les quotas chinois, encore moins. Car personne ne saurait résister aux 25 % de voitures électriques obligatoires d’ici 2025 sur le plus gros marché mondial.

Entre 15 000 et 25 000 personnes ont manifesté à vélo devant le salon de Francfort.
Entre 15 000 et 25 000 personnes ont manifesté à vélo devant le salon de Francfort.

Mais à cette bascule vers l’électrique en cours, et aux sueurs froides qu’elle donne aux constructeurs, s’ajoute un autre malheur : le marché chinois est en baisse, l’américain n’est pas au mieux et l’Européen bat de l’aile. On est loin de la catastrophe, puisque les ventes mondiales cette année devraient chuter de deux petits pour cent. Mais l’effet d’accumulation de mauvaises nouvelles semble saper le moral des patrons de l’auto.

Et comme les malheurs volent en escadrilles, voilà que leur image, qui n’était déjà pas au mieux de sa forme, en prend un nouveau coup dans les jantes ces temps-ci. Les cyclistes ont manifesté contre l’automobile devant le salon de Francfort ce week-end et Greenpeace a tenu à exprimer son courroux pendant cette même fête de l’auto allemande. Coup de grâce pour une industrie déjà bien abîmée : des voix s’élèvent pour interdire les SUV, ces grosses autos, même pas toujours 4x4, plus lourdes et plus gloutonnes que les autres. Sauf qu’elles offrent de confortables marges aux marques qui, selon ces dernières, permettent de financer la bascule vers l’électrique, tout de même évaluée à 145 milliards d’euros selon l’ONG Transports & Environnement.

La faute à l’Europe

Cette accumulation de gros nuages a donc tendance à pousser les constructeurs vers la collapsologie, cette tendance à voir dans le dérèglement climatique la fin de l'humanité. Et lorsque le malheur ultime survient, il faut trouver un coupable. C’est un réflexe humain et pour Carlos Tavarès, il est tout désigné : c’est l’Europe. Au printemps, il traitait la politique de l’UE d’« amateuriste » et à Francfort, il en appelle carrément à la révolte des citoyens européens : « jusqu’à quand se laisseront-ils dicter par la pensée unique ce qui est bien ou mal ? ».

Pour autant, Che Tavarès n’est pas contre des aides gouvernementales éventuelles qui pourraient accélérer la mise en place des infrastructures de recharges. Il ne saurait pas plus refuser des incitations financières publiques à l’achat. Sinon ? Sinon des usines risquent de fermer. Luc Chatel, président de la plateforme automobile, l’organisme qui fédère l’ensemble des professionnels français du secteur, l’affirmait dès l’an passé : « des millions d’emplois sont menacés ».

Tant que ça ? Pas forcément, si l’on en croit d’autres chiffres, avancés par d’autres organismes. Ainsi l’AIEA (European Association of Electrical Contractors) n’évoque « que » 86 000 pertes d’emplois. Et encore, ils seraient largement compensés par la création de quelques 200 000 jobs à travers le continent. Des jobs liés non seulement à la conception et à la fabrication de ces nouvelles autos, mais aussi à la mise en place des infrastructures de recharge.

Une station-service américaine dans les années vingt, construite sans la moindre aide gouvernementale.
Une station-service américaine dans les années vingt, construite sans la moindre aide gouvernementale.

Alors qui croire entre les pro-électriques qui proclament que la bascule va créer des emplois et les antis qui promettent l’apocalypse ? La sagesse exigerait un coupage en règle de la poire en deux, façon comptage divergent de manifestation entre syndicats et policiers. Elle pourrait également se pencher sur le passé et l’avènement de l’automobile thermique. Lorsque les premières grandes marques automobiles sont nées, nul ne sait si Louis Renault, Henry Ford ou leurs confrères sont allés demander l’aide de l’État pour la mise en place des stations-service. Ils n’ont, dans tous les cas, pas été entendus. Ce qui ne les a pas empêchés d’avoir les succès que l’on sait.

Portfolio (1 photos)

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (82)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

en fait, le vrai problème dans des pays comme la France, c'est surtout le pouvoir d'achat moyen/médiant qui ne cesse de dégringoler, et ça ne va sûrement pas s'arranger à l'avenir.

dès lors, les adeptes de bla-bla car ou des bus et tgv ouigo, avec des billets achetés à 3h du matin pour avoir la meilleure ristourne, sont de plus en plus nombreux.

et oui, ça n'est pas avec cette population que les ventes de voitures de plus en plus chères et contraignantes se porteront mieux dans les années à venir... :bah:

Par

Destruction créatrice de Schumpeter plus que sélection naturelle de Darwin...

Par

L'UE est a l'origine de tous ces maux. Pourquoi mettre des réglementations aussi strictes aux constructeurs? ils vont totalement a l'encontre du bon sens. Sous prétexte de l'écologie, on essaye juste de refourguer des véhicules a peine développer à des moutons. Quand Ford Renault etc fermeront boutiques on verra ce que l'UE va trouver comme solution. On n'aurait même pas du envisager un autre modèle, encore mois l'imposé aussi rapidement. Les constructeurs n'ont pas envie de développer ça, l'Europe les a complètement prit en otages. Les industries automobiles devraient s'allier avec celles du pétroles pour s'ériger contre cette dictature qu'est l'UE

L'écologie, le CO2 c'est bon avec ça a la fin, ON S'EN FICHE

Par

En réponse à mynameisfedo

en fait, le vrai problème dans des pays comme la France, c'est surtout le pouvoir d'achat moyen/médiant qui ne cesse de dégringoler, et ça ne va sûrement pas s'arranger à l'avenir.

dès lors, les adeptes de bla-bla car ou des bus et tgv ouigo, avec des billets achetés à 3h du matin pour avoir la meilleure ristourne, sont de plus en plus nombreux.

et oui, ça n'est pas avec cette population que les ventes de voitures de plus en plus chères et contraignantes se porteront mieux dans les années à venir... :bah:

Ahah c'est l'histoire de mes études ça

Rafraichir la page de la SNCF pour avoir un TGV toutes les 15 min pour avoir le prix le plus bas possible. Le blabla car je me suis promis de ne jamais en refaire, ça dépanne mais qu'est ce c'est chiant et contraignant comme les transports en commun, je les ai en horreur :colere:

Par

Globalemnt d'accord avec cet avis plutot nuancé qui sert surtout à mettre en avant des petits élements pas si anodins dans la com de tavares par exemple

Juste une chose : le doute sur la création/perte d'emploi ne doit plus exister, le VE va faire perdre à l'UE, combien ? on ne sait pas mais dans cet voie il n'y a pas de belle fin.

On ne fabriquera plus les motorisation en UE mais en Chine --> ce qui représente facilement 30%/40% d'un véhicule

A moins de croire que les caisses auto créént des emplois pour la conception alors que quelques dizaines de personnes suffisent et pas forcément en France et juste le temps de la conception --> contre des milliers d'emplois non délocalisable et à temps plein (l'emploi, pas forcément l'employé)

Le calcul est vite fait et ses caisse sont encore plutôt rejetés (pas pour longtemps je le crains)

l’électrique doit exister pour ceux qui en ont les moyens, parce que dans les centre ville c'est franchement mieux question pollution locale et bruit surtout.

Mais c'est 2-5% des cas ça, pas rein du tout mais pas majoritaire

Par

Vive le Frexit, on a voté non en 2005 !

Par

Oui l'Europe en matraquant les normes de plus en plus dures à respecter, fait le jeu des grands groupes aux dépend des petits. ça se vérifie dans tous les secteurs économiques d'ailleurs, plus il y a de règles, plus s'opère une concentration des marques dans des multinationales de plus en plus énormes. Et les gros groupes, même si eux aussi ça leur fait du travail en plus, finissent par remarquer cette relation et par demander de plus en plus de règles, qui sont autant de barrières à l’apparition d'une nouvelle concurrence qui viendrait leur casser les pieds. Bientôt "lancer son business" sera devenu une sorte de mythe, tout sera franchisé.

Par

Les imbéciles de l UE roulent t ils tous en electrique ??? mon c...l.

L UE a comme objectif de défendre les intérêts européens.. contre les autres puissances.. et que font ils ? ils refilent le marché des batteries aux Chinois.. américains..

ils n ont pas de coucougnettes!! zéro.. des gnognottes !!

alors que l Amazonie fond... ils font quoi les écolos ? rien a battre!!!

Les océans sont blindés de plastique.. ils font quoi ?? rien à battre !!!

non ils viennent nous casser les bonbons avec nos véhicules pour bosser et pour le plaisir/liberté !

et ils foutent en l air l emploi européen..

et je parie qu en 2019 les emissions C02 de mes fesses vont encore augmenter par rapport 2018..

UE bande de rigolos...

Par

En fait, perso j'attends le retour du balancier. Si vendre une VE ne peut se faire que avec des aides directes, c'est que cet achat ne va pas de soi.

Un jour les aides vont disparaître, a ce moment là que restera-t-il des vœux de vertu?

C'est étonnant de voir comment tout le monde s'affole, en premier les constructeurs automobiles qui ont abandonné quantité de développements pour cause d'incertitude réglementaire.

Quand l'Ave Greta deviendra obligatoire? Serons-nous amenés a conserver des vieilleries a l'identique de Cuba sous embargo?

.

Par

M Tavares n'a simplement pas grand chose à proposer dans son catalogue et se rend compte que Toyota et d'autres avaient pris les bonnes décessions il y de ça DÉJÀ 25 ans !!!

Il a du mal à admettre qu'ils ont merdé, il n'y a qu'a voir le marché chinois où ils n'ont pas grand chose à vendre en modèle électrique d'où la gamelle

Subvention pour le mazout

Subvention pour les VE ....

l'histoire se répète :pfff:

L'écologie et le CO2 ça fait que commencer, mais ici toujours en retard

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire