Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Les ambulants du confinement – Un garage/station-service : "On est obligé" de rester ouvert

Dans Economie / Politique / Social

Les ambulants du confinement – Un garage/station-service : "On est obligé" de rester ouvert

Les garages et stations-service font partie de ces professionnels qui peuvent rester ouverts durant le confinement. Il n'en reste pas moins qu'ils vivent une situation complètement chamboulée. En cette période exceptionnelle, Caradisiac va à la rencontre des personnes qui travaillent dans le milieu automobile ou qui circulent encore. En auto bien sûr, mais aussi à vélo, en métro, en bus, en camion… Que font-ils ? Comment vivent-ils cette crise ? Les ambulants du confinement, c'est une galerie de portraits en vidéo à suivre sur Caradisiac.

Les établissements comme le sien ne sont pas tous restés ouverts, mais pour Jean, qui tient un petit garage, également parking et station-service dans le XVe arrondissement de Paris, il n'y a pas le choix : "Ça rend service aux trois ou quatre personnes (...) qui en ont besoin absolument, (...) c'est peut-être des docteurs…" Et pourtant, son activité est bouleversée. "Ça n'est pas un peu moins, explique-t-il, c'est énormément moins" de monde que d'habitude qu'il voit passer en cette période de confinement pour lutter contre le coronavirus.

Même si ce type d'établissements reste autorisé à accueillir du public par le décret du 23 mars 2020 relatif à l'état d'urgence, il y en a beaucoup qui ont préféré fermer leurs portes. Et quand ils sont ouverts, ils le sont surtout pour traiter les urgences. Car, malgré les restrictions de circulation, de nombreux véhicules doivent continuer de circuler pour l’approvisionnement des denrées alimentaires, la livraison des matériels de santé, de carburants, etc.

Maintenant pour ces réparateurs, d'une manière générale, il n'est pas toujours évident de continuer à être correctement approvisionnés en pièces détachées. Compte tenu du contexte sanitaire, il est de toute façon recommandé aux usagers de la route de différer un éventuel rendez-vous en garage quand cela leur est possible, et qu'ils n'en ont donc pas besoin pour aller travailler.

Il en va de même pour les centres de contrôle technique qui, par assimilation aux activités d’entretien et de réparation des véhicules automobiles, sont eux aussi autorisés à ouvrir. Comme le rappelle le ministère de la Transition écologique et solidaire sur son site Internet, "une tolérance de trois mois est accordée pour les délais du contrôle technique des véhicules légers. Cette tolérance s’applique également aux délais prévus par la réglementation pour réaliser les contre-visites des véhicules légers."

Quant aux poids lourds et véhicules employés au transport en commun de personnes, cette tolérance est réduite à quinze jours. "Les centres de contrôle technique ouverts pour les véhicules lourds sont recensés sur le site de Bison Futé".

Nos précédents portraits Les ambulants du confinement

Deux ambulanciers franciliens : "on n'est pas du tout à l'abri"

Un immunologiste à vélo : "Les transports en commun, c’est pas une bonne idée"

Sur le sujet

Coronavirus : les concessions et les garages auto sont-ils ouverts ?

Coronavirus : des automobilistes ont-ils tenté de sortir de Paris pour partir en vacances ?

Coronavirus - Peut-on être plusieurs en voiture ? Quels sont les déplacements autorisés ?

Confinement non respecté : attention à la suspension du permis de conduire

Coronavirus : rentrer/sortir de Paris, comment ça se passe ? (Reportage vidéo)

Coronavirus : qui prend encore la route ? Reportage (vidéo) sur l'aire de Nemours

SPONSORISE

Dernières vidéos

Toute l'actualité

Commentaires (9)

Lire les commentaires

Par

Elle a rien compris la dame...qui autorise cette ITW ....restez chez vous svp, mm pas de Masque voila

image ..le français dans la splendeur...

Par

Voilà comment aurait fini Coluche si il avait pu garder son job dans Tchao Pantin...

Au passage... imaginez le revenu qui tombe tous les mois dans la poche du proprio du garage ( le ch'tiot pépère ? ) avec ces 100 bagnoles parquées en plein Paris et qui, confinement ou pas continuent à payer leur place au mois.

Combien ? Allez... on va dire entre 400 et 500 € par mois.

Par

En réponse à SUDISTE DES LANDES

Elle a rien compris la dame...qui autorise cette ITW ....restez chez vous svp, mm pas de Masque voila

image ..le français dans la splendeur...

Le pire c'est que le monsieur à l'impression qu'il doit hurler pour qu'on l'entende...

Donc il postillonne en veux tu, en voilà...:coucou:

Par

Je crois reconnaitre le garage de la rue François Bonvin...

6 € les deux heures ( moins cher qu'au parcmètre)... calculez le rendement journalier...

Par

Mes voisins vont tous les jours au pain.

Tu parles d'un confinement.

Demain peut etre que je vais faire mes courses après 15 jours sans etre sorti de mon appartement.

Par

Ping-Pang... ce garage existe depuis fort longtemps... tu peux être certain que le proprio a amorti depuis fort longtemps son investissement initial et ce qui tombe dans la caisse, c'est pas loin d'être du net, hors fiscalité que tout le monde subit.

Rappelons que dans Paris, la taxation foncière est très raisonnable est très douce, égard au prix devenu délirant du m2.

On peut parler du prix du carburant que ce garage distribue aussi... les stations fermant les une après les autres en intra-muros, grosse tentation de gonfler méchamment les prix...

Maintenant, t'as raison, le jour où ce garage fermera pour créer des places de parking en plus, et quelques appart's en façade, ce sera méga-jackpot... millions d'euros in the pocket à la clé.

Sans doute plus rentable que de s'acharner à vendre des R'nô et des caisses de roumain dans ce quartier plutôt chicos.

Par

En réponse à SUDISTE DES LANDES

Elle a rien compris la dame...qui autorise cette ITW ....restez chez vous svp, mm pas de Masque voila

image ..le français dans la splendeur...

Mais tellement...

Micro sans perche, sans protection, pas de gants ni masque, teubé-land-disiac cet article.

Par

Cessez ces sottises.