Publi info

Prise en mains – Mazda CX-30 : le chaînon manquant

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

Avant l'essai plus complet avec vidéo qui arrivera à la rentrée, nous avons pu prendre le volant du CX-30, le tout nouveau SUV de Mazda construit sur la plateforme de la 3, pour un tour dans la campagne autour de Francfort. Voici nos premières impressions.

Prise en mains – Mazda CX-30 : le chaînon manquant

En bref

À partir de 26 500 €

Se positionne entre le CX-3 et le CX-5

Traction ou 4x4 avec le moteur SkyActiv-X

Rien qu'en France, sur les six premiers mois de l'année, il s'est vendu 2 127 CX-3 et 1 525 CX-5, faisant de ces deux SUV les meilleures ventes de Mazda dans le pays. Et de loin, puisque la 2, issue de la catégorie des polyvalentes, monte sur la troisième marche du podium en s'étant écoulée dans le même temps à 869 exemplaires. Et c'est une tendance que l'on retrouve dans la grande majorité des marchés étrangers. Avec 275 mm de différence entre ses deux propositions de silhouettes surélevées, la marque d'Hiroshima n'a donc pas réfléchi bien longtemps avant de décider de proposer un modèle intermédiaire. Et comme le nom de CX-4 est déjà pris par un modèle exclusivement dédié à la Chine (et mesurant étrangement 80 mm de plus que le CX-5), ce nouveau venu, dévoilé au Salon de Genève en mars dernier et commercialisé à la rentrée prochaine, s'appelle le CX-30.

  CX-3 CX-30 CX-5
Longueur 4 275 mm 4 395 mm 4 550 mm
Largeur 1 765 mm 1 795 mm 1 840 mm
Hauteur 1 535 mm 1 540 mm 1 680 mm
Empattement 2 570 mm 2 655 mm 2 700 mm
Volume de coffre
(en 5 places)
350 litres 430 litres 506 litres

Le style du CX-30, construit sur la même plateforme que l'excellente 3, continue de suivre les préceptes du Kodo Design, une approche minimaliste se basant sur l'art japonais et privilégiant pureté et élégance. On ne peut toujours pas nier un air de famille avec la production d'Alfa Romeo, surtout de trois quarts arrière mais le résultat, à des années-lumière de la tendance générale à la surcharge esthétique, est si réussie que c'est plutôt la marque turinoise qui devrait prendre des notes pour ses futurs modèles. Une seule réserve : les extensions d'aile sont massives et font paraître toutes petites des jantes de pourtant 18 pouces.

Un trois-quarts arrière très Alfa Romeo mais il y a pire comme référence.
Un trois-quarts arrière très Alfa Romeo mais il y a pire comme référence.

À l’intérieur, la planche de bord est très proche de celle de la 3, avec le même centrage sur le conducteur et une simplicité faisant écho à celle de l'extérieur. Finition et qualité des matériaux placent ce CX-30 plus près du premium que du généraliste à l'exception, sur notre exemplaire de préproduction, de quelques plastiques d'apparence rugueuse et fragile - notamment autour de la ventilation arrière – que l'on ne retrouvera pas, c'est promis, sur les modèles définitifs. L'habitabilité arrière est bonne, avec de la place aux genoux comme à la tête, mais le CX-30 conserve le même défaut que le CX-3 et le CX-5, c’est-à-dire un volume de coffre inférieur à la moyenne de la catégorie. Les 430 litres offerts font en effet pâle figure face aux 460 litres d'un Volvo XC40 ou aux 520 litres d'un Peugeot 3008 et d'une Volkswagen Tiguan.

La planche de bord est l'image de la ligne extérieure : épurée et élégante.
La planche de bord est l'image de la ligne extérieure : épurée et élégante.
A 430 litres, le volume de coffre du CX-30 est en dessous de la moyenne de la catégorie.
A 430 litres, le volume de coffre du CX-30 est en dessous de la moyenne de la catégorie.

Le Mazda CX-30 fait bien évidemment le plein d'aides à la conduite et d'équipements de sécurité dès le premier niveau de finition avec, de série, l'aide au freinage intelligent, la gestion automatique des feux de route, la surveillance des angles morts, l'avertisseur de franchissement de ligne avec maintien de la trajectoire, la reconnaissance des panneaux ou encore le régulateur de vitesse adaptatif.

Disponibles en boîtes mécanique et automatique à six rapports, trois motorisations sont proposées au lancement dont deux déjà connues, le 1.8 SkyActiv-D de 116 ch et 270 Nm et le 2.0 SkyActiv-G de 122 ch et 213 Nm, ainsi que le tout nouveau et révolutionnaire 2.0 SkyActiv-X de 180 ch et 224 Nm qui peut recevoir de plus une transmission intégrale.

En l'absence de ce dernier durant ces premiers essais qui ont eu lieu dans la région de Francfort, c'est vers l'autre moteur essence que nous nous sommes tournés. Pas de turbo ni de downsizing mais plutôt un bon vieux 4 cylindres 2.0 respirant librement. Enfin « vieux », pas tant que ça : taux de compression de 13,0 : 1, désactivation des cylindres et hybridation légère M Hybrid, il est en fait tout ce qu'il y a de plus moderne. Et les résultats sont là : on a l'agrément et l'onctuosité d'un atmosphérique avec des courbes de puissance et de couple linéaires et une allonge que l'on n'a plus l'habitude d'avoir avec l'omniprésence actuelle des moteurs suralimentés.

Le SkyActiv-G 122 ch est un 2.0 atmosphérique, un moteur jadis très courant mais devenu extrêmement rare aujourd'hui.
Le SkyActiv-G 122 ch est un 2.0 atmosphérique, un moteur jadis très courant mais devenu extrêmement rare aujourd'hui.

Ce n'est bien évidemment pas un moteur sportif, avec un 0 à 100 km/h en 10,6 s, mais il est en retour extrêmement silencieux et sobre, avec 5,9 l/100 km constatés au terme de notre essai, et parfaitement assisté par une boîte mécanique offrant un maniement proche de la perfection. Ce caractère se marie de plus extrêmement bien avec son châssis à l'excellent compromis entre confort et précision. Et c'est là que l'on sait que l'on est au volant d'une Mazda : tous ses éléments mécaniques fonctionnent parfaitement les uns avec les autres avec comme résultat une homogénéité exceptionnelle.

Prise en mains – Mazda CX-30 : le chaînon manquant
Prise en mains – Mazda CX-30 : le chaînon manquant

Un peu plus de deux mois avant son arrivée dans les concessions, on connaît les tarifs du CX-30 qui démarrent à 26 500 € avec le moteur de notre version d'essai et une dotation de série particulièrement fournie. Son concurrent le plus proche dans l'Hexagone est sans aucun doute le Peugeot 3008 qui démarre à 27 300 € avec le PureTech 130 ch. Le français se montre un peu plus véloce et habitable mais est moins bien équipé à ce niveau de prix et doit s'incliner en termes d'agrément moteur.

Portfolio (37 photos)

En savoir plus sur : Mazda Cx-30

Mazda Cx-30

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (75)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

il se fait attendre l'essai du moteur-arlésienne ... vivement !

Par

:love: elle est pas mal quand même...

Par

Sinon c'est bien fait comme d'habitude mais la console arrière où les aerations sont situées me fait croire qu'on est remonté au temps des 405. C'est moche et déjà tout rayé en plus ...

Par

Et alors ces arches de roue 208 staïle, pas top. Un peu déçu par rapport au reste de la production Mazda en fait

Par

avec 5.9l/100km, il y a rien à mettre en face vu les conso relevées dans vos autres essais de concurrentes. Pour un moteur essence et sur un SUV qui plus est, c'est plutôt bluffant.

Par

Portfolio: 8 fois la même photo de 3/4 avant gauche et 7 fois la même en 3/4 arrière droit, pas une de profil, c'était aussi un article prise en main du photographe apparemment.

Par

En réponse à pechtoc

avec 5.9l/100km, il y a rien à mettre en face vu les conso relevées dans vos autres essais de concurrentes. Pour un moteur essence et sur un SUV qui plus est, c'est plutôt bluffant.

Super en effet cette Mazda, mais ma Toyota C-hr consomme encore moins avec sa "vraie" hybridation. En cette saison chaude, la batterie est très efficiente, elle tourne à moins de 5 litres.

Par

En réponse à pechtoc

avec 5.9l/100km, il y a rien à mettre en face vu les conso relevées dans vos autres essais de concurrentes. Pour un moteur essence et sur un SUV qui plus est, c'est plutôt bluffant.

Preuve encore que mazda est un excellent motoriste

Par

Mazda, une offre décalée et qualitative. Avec en plus de l'innovation intelligente comme le prouve leurs nouvelles motorisations. C'est triste de voir que le premium européen n'innove plus guère, à part des ecrans tactiles alignés avec une commande gestuelle ou vocale. D'autant que l'urgence est plus sur l'économie et l'écologie que sur le développement de chars de plus de 2,2 hybrides rechargeables ou pas, qui sont des hérésies à l'heure actuelle.

Par

En réponse à dinky

Super en effet cette Mazda, mais ma Toyota C-hr consomme encore moins avec sa "vraie" hybridation. En cette saison chaude, la batterie est très efficiente, elle tourne à moins de 5 litres.

Le CHR est plus petit, non?

Il est plutôt le concurrent du CX3.

Des tests en conduite réelle en ville, sur 'autojournal' ou 'l'automobile', démontrait l'extrême frugalité des modèles Toyota.

Un réelle maîtrise de l'hybridation.

Cela dit, 5.9l pour un suv mildhybrid, cela semble prometteur.

Et le style est nettement moins manga...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire