Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

2. Sur route : dans la lignée de la berline

Essai vidéo - Renault Mégane Estate : les deux font la paire

Sans aucune surprise, la Mégane Estate reprend l’intégralité des motorisations de la berline. Elle profite ainsi de 3 essences (TCE 100, 130 ch et 205 ch) et de 4 diesels (dCI 90, 110, 130 et 165 ch dans quelques mois sur la version GT). Plus tard (début 2017) arrivera un système de micro-hybridation couplé au dCi 110 ch, qui fera ses débuts en fin d’année sur le Scénic.

Pour cet essai, nous avons eu entre les mains la version TCE 130 ch associée pour l’occasion à la boîte EDC. Même si ce mariage est récent sur la Mégane, nous connaissons bien les deux composantes. Ainsi, le TCE 130 ch est toujours agréable à mener avec un grand silence de fonctionnement et une douceur d’utilisation très plaisante. Avec son couple de 205 Nm, les accélérations et les reprises sont toniques. Alors que beaucoup de modèles concurrents font appel pour cette puissance à des 3 cylindres, Renault reste fidèle à une architecture classique à 4 cylindres. Un choix intéressant qui permet à cette Mégane de se montrer particulièrement agréable en ville avec une absence totale d’à-coups. Malheureusement, sur route les limites du 1.2 apparaissent. Dès que l’on monte dans les régimes, il manque de souffle et donne l'impression d’être limité. Un mal dont ne souffre pas une 308 équipée du Puretech 130 ch. Cette sensation est confirmée par le 0 à 100 km/h abattu en 10,8 s pour la Mégane, contre seulement 10 secondes pour une 308 SW Puretech 130 ch. Une différence qui s’explique également par un poids supérieur : 1 317 kg pour la Mégane Estate contre 1 190 kg pour la 308 SW.

L’association TCE/ boîte EDC est globalement une réussite. Comme à son habitude, les changements de rapports sont fluides et transparents pour le conducteur. On lui reprochera une nouvelle fois son manque de dynamisme dans certaines situations. Comme nous avions pu le constater en boîte mécanique, le plus gros défaut de ce moteur réside finalement dans sa consommation trop élevée. Durant notre essai, nous avons ainsi enregistré une moyenne supérieure à 8 l/100 km. 

Essai vidéo - Renault Mégane Estate : les deux font la paire

Sur route, les 4 cm d’empattement et les 100 kg supplémentaires par rapport à la berline ne changent en rien le comportement de cette Mégane. Elle livre toujours une bonne copie avec une excellente filtration des bruits de roulement et d’air. De quoi envisager de longs trajets sans ressentir une très grande fatigue. Le compromis confort/agrément de conduite est convaincant. Le dynamisme est dans la bonne moyenne de la catégorie sans toutefois renverser les références en place, Peugeot 308 ou une Volkswagen Golf qui font mieux.

Photos (29)

En savoir plus sur : Renault Megane 4 Estate

SPONSORISE

Essais Break

Fiches fiabilité Break

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire