Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

VW Passat R36 et CC 3.6 (2008-2011) : une discrète familiale de course, dès 12 000 €

Dans Rétro / News rétro

Nantie de la dernière évolution du fameux bloc VR6 de VW, la Passat R36 se transforme en une alléchante machine à plaisir, ses 300 ch n’amusant pas la galerie. Et en version CC, elle se pare même d’une certaine élégance.

Fière allure pour la VW Passat R36 de 2008, qui bénéficie d’un très beau V6 3,6 l.
Fière allure pour la VW Passat R36 de 2008, qui bénéficie d’un très beau V6 3,6 l.

Les collectionnables, c’est quoi ?

Ce sont des autos revêtant un intérêt particulier, donc méritant d’être préservées. Pas forcément anciennes, elles existent pourtant en quantité définie, soit parce que le constructeur en a décidé ainsi, soit parce que leur production est arrêtée. Ensuite, elles profitent de particularités qui les rendent spécialement désirables : une motorisation, un châssis, un design, ou un concept. Enfin, elles sont susceptibles de voir leur cote augmenter. Un argument supplémentaire pour les collectionner avant tout le monde !

Pourquoi la VW Passat 3,6 l est-elle collectionnable ?

Non seulement, il s’agit de la dernière Passat à 6-cylindres, mais en plus ce 3,6 l n’est autre que l’ultime évolution du fameux VR6. Atmosphérique, le bloc de cette VW est aussi un type de motorisation goûteuse appartenant définitivement au passé, la faute aux normes de CO2. Distillant des plaisirs surannés, ce V6 mérite d’être conservé précieusement. Par ailleurs, il n’existe plus de Passat de ce niveau de puissance ou de sportivité. Un vrai collector.

Présentée en 2005 au salon de Genève, la VW Passat B5 tranche avec sa devancière. En effet, alors que celle-ci partage ses dessous avec l’Audi A4 contemporaine, la nouvelle reprend en l’allongeant la plate-forme utilisée par la Golf V. En conséquence, le moteur n’est plus longitudinal mais transversal, au bénéfice de l’habitabilité. De plus, des blocs puissants s’installent sous le capot.

D’abord le V6 3,2 l de la Golf R32, en 2006, puis, en 2008, ce même moteur mais porté à 3,6 l pour 300 ch. C’est l’apogée du mythique VR6 (même s’il ne porte plus cette appellation), qui a fait les beaux jours de la Golf III voire du coupé Corrado.

La VW Passat B6, en break SW, lors de son apparition en 2005.
La VW Passat B6, en break SW, lors de son apparition en 2005.

Pour passer l’impressionnante cavalerie au sol, les ingénieurs ont retenu une transmission à quatre roues motrices, utilisant un coupleur Haldex, induisant que le train arrière ne reçoit de la puissance qu’en cas de besoin. Pour sa part, la boîte n’est autre que la très efficace DSG à 6 rapports.

De son côté, la suspension, durcie, s’allie à des amortisseurs pilotés, alors que la garde au sol diminue de 20 mm, le tout s’alliant à des jantes de 18 pouces. Une adaptation sérieuse, qui s’emballe dans une carrosserie demeurant plutôt discrète.

Fin 2006, la Passat R36 apparaît, caractérisée par ses boucliers, sa calandre et ses bas de caisse spécifiques. Elle ne sera commercialisée qu’en 2008 en France.
Fin 2006, la Passat R36 apparaît, caractérisée par ses boucliers, sa calandre et ses bas de caisse spécifiques. Elle ne sera commercialisée qu’en 2008 en France.

Dénommée R36, en référence aux 3,6 l de son moteur, cette Passat de sport est annoncée fin 2006 mais commercialisée chez nous bien plus tard, en septembre 2008, seul le break SW étant d’ailleurs retenu au programme d’importation français. L’équipement, complet (clim bizone, xénons, régulateur de vitesse, sièges Recaro en cuir, système multimédia à disque dur, GPS…) aide à justifier un tarif plutôt salé de 50 500 € (56 800 € actuels selon l’Insee).

La Passat R36 existe en berline, qui ne sera jamais vendue en France. On en trouve cependant.
La Passat R36 existe en berline, qui ne sera jamais vendue en France. On en trouve cependant.

Celle qui est la plus puissante des Passat de l’Histoire ne fera donc chez nous qu’une carrière discrète, même si elle se décline aussi dès 2008 en un intéressant coupé à 4 portes dénommé CC. Celui-ci, nanti du même bloc, n’a pourtant pas droit à l’appellation R36 et se voit proposé moins cher : 46 150 €. Sans affoler les bons de commande. Ce petit monde quitte la scène dès 2011, quand la gamme Passat change de génération.

La Passat R36 bénéficie de parements en alu sur le tableau de bord ainsi que de beaux sièges Recaro.
La Passat R36 bénéficie de parements en alu sur le tableau de bord ainsi que de beaux sièges Recaro.

Combien ça coûte ?

La CC, moins connue que la R36, est aussi plus abordable. On la déniche dès 11 000 € en très bon état, approchant certes des 200 000 km. Pour sa part, la R36 demande 3 000 € supplémentaires à kilométrage équivalent. Une auto de 100 000 km par exemple, réclamera 16 000 € en CC et 19 000 € en R36, au bas mot.

Lancé en 2008, le coupé à 4 portes Passat CC a droit au V6 3,6 l de 300 ch de la R36.
Lancé en 2008, le coupé à 4 portes Passat CC a droit au V6 3,6 l de 300 ch de la R36.

Quelle version choisir ?

Entre break et coupé à 4 portes, c’est d’abord une question de goût, ensuite de budget. Évidemment, la CC propose un meilleur rapport prix/prestations.

Gros avantage du break R36 SW, un volume de chargement conséquent de 1 730 l.
Gros avantage du break R36 SW, un volume de chargement conséquent de 1 730 l.

Les versions collector

L’appellation R36 et la présentation qu’elle suppose font plus saliver les amateurs de VW que l’élégance discrète de la CC. C’est donc la Passat R36 qui revêt le plus grand intérêt en collection, à condition d’être en parfait état et de contenir son kilométrage.

Le V6 3,6 l ne pose pas de problème particulier et simplifie sa maintenance en recourant à une chaîne de distribution.
Le V6 3,6 l ne pose pas de problème particulier et simplifie sa maintenance en recourant à une chaîne de distribution.

Que surveiller ?

Présentées alors que la carrière de la Passat était bien entamée, la R36 et, a fortiori, la CC échappent aux soucis de jeunesse. Ainsi, le moteur est très fiable, et a la bonne idée de se doter d’une distribution par chaîne. La transmission apparaît également digne de confiance, mais attention, ce système demande un entretien régulier, comprenant des vidanges de la DSG (tous les 60 000 km maxi), ainsi que du coupleur Haldex.

Comme souvent, c’est surtout l’électricité qui fera parler d’elle, avec des allumages intempestifs de témoins, des vitres en panne, ou des xénons qui dysfonctionnent. On relève aussi des avaries de compresseur de clim, une habitude chez VW. Cela dit, dans l’ensemble, tant la R36 que la CC sont des autos endurantes.

Au volant

Véloce, efficace et sûre, la VW Passat CC 3,6 l n’est en revanche pas joueuse du tout.
Véloce, efficace et sûre, la VW Passat CC 3,6 l n’est en revanche pas joueuse du tout.

J’ai pu essayer une Passat CC 3,6 l de 2009. Si la carrosserie se signale par son élégance, l’habitacle demeure assez banal. Très bien assemblé, il retient en revanche trop de plastiques bas de gamme pour distiller une ambiance premium. Heureusement, l’habitabilité est impressionnante, alors que la position de conduite s’avère irréprochable grâce à l’amplitude de réglages offerte par le volant et le siège.

Présentation flatteuse à première vue pour la Passat CC de 2008, mais certains plastiques demeurent bas de gamme.
Présentation flatteuse à première vue pour la Passat CC de 2008, mais certains plastiques demeurent bas de gamme.

En ville, la douceur mécanique est totale, tant côté moteur que boîte. Sur route, on entend un peu plus les très agréables vocalises du V6 3,6 l qui offre des accélérations en rapport avec ses 300 ch, donc très consistantes. Pour pousser, il pousse et ce, jusqu’à 7 000 tr/mn. Seulement, de par son irréductible linéarité, ce bloc ne fait pas grimper le thermomètre à sensations. Le 3,2 l de la Passat V6 250 ch est plus démonstratif ! La boîte DSG reste fidèle à elle-même : elle monte toujours les rapports de façon imperceptible et ultrarapide, mais manque parfois de célérité au moment de rétrograder.

Beaucoup d’espace à l’arrière de la Passat CC, mais attention, elle reste une 4-places.
Beaucoup d’espace à l’arrière de la Passat CC, mais attention, elle reste une 4-places.

Dynamiquement, si la direction se montre précise, elle manque de consistance et ne communique quasiment pas, même en mode Sport. Dommage. Les trains roulants rigoureux, alliés aux quatre roues motrices, conjuguent adhérence de haut niveau et motricité totale, de sorte que cette Passat 3,6 l apparaît redoutablement sûre et efficace.

Mais amusante ? Pas du tout car elle n’est pas du tout joueuse. Un choix que certains apprécient certes, d’autant que le confort de roulement est évident en mode Comfort, l’amortissement devenant percutant, cela dit, en Sport. En fait, le mode Auto convient très bien ! En somme, la CC 3,6 l est une autoroutière de haut vol cachant très bien son jeu. Quant à la consommation, elle n’a rien de délirant : tablez sur 11 l/100 km en moyenne.

L’alternative youngtimer

VW Passat VR6 (1991-1996)

Le curieux museau de la VW Passat B3 de 1988 est presque le copié-collé du celui du concept Auto 2000 de 1981.
Le curieux museau de la VW Passat B3 de 1988 est presque le copié-collé du celui du concept Auto 2000 de 1981.

À son apparition en 1988, la Passat B3 (ou 35i) est la première à dériver techniquement de la Golf, en l’occurrence la 2. En 1991, cette Passat accueille le remarquable moteur VR6, un 2,8 l de 174 ch. Légère et aérodynamique, la berline allemande file à 224 km/h et franchit les 100 km/h en 8,2 s. Le tout dans une sonorité affriolante ! Malheureusement, la motricité est vite prise en défaut, cette VR6 restant une simple traction.

En 1993, elle bénéficie d’un profond restylage (et devient B4) mais si elle conserve le 6-cylindres, celui-ci a droit à une évolution à 2,9 l offrant 190 ch qui s’attèle à une transmission à quatre roues motrices. L’efficacité augmente sensiblement ! La B4 dure jusqu’en 1996, année où elle est remplacée par une nouvelle génération de Passat dérivant à nouveau de l’Audi A4. La VR6 se dégotte partir de 5 000 €.

VW Passat 3,6 l (2008), la fiche technique

En SW, la Passat R36 associe sportivité discrète et élégance de bon aloi.
En SW, la Passat R36 associe sportivité discrète et élégance de bon aloi.
  • Moteur : 6 cylindres en V (mais un peu en ligne quand même), 3 597 cm3
  • Alimentation : injection directe
  • Suspension : jambes McPherson, ressorts hélicoïdaux, triangles, amortisseurs pilotés, barre antiroulis (AV), essieu multibras, ressorts hélicoïdaux, amortisseurs pilotés, barre antiroulis (AR)
  • Transmission : boîte 6 à double embrayage, quatre roues motrices
  • Puissance : 300 ch à 6 600 tr/mn
  • Couple : 350 Nm à 2 400 tr/mn
  • Poids : 1 747 kg
  • Vitesse maxi : 250 km/h (donnée constructeur)
  • 0 à 100 km/h : 6,5 secondes (donnée constructeur)

> Pour trouver des annonces, rendez-vous sur le site de La Centrale : Passat 6, Passat CC.

En savoir plus sur : Volkswagen Passat 6

SPONSORISE

Actualité Volkswagen

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire