Publi info
 

Comment Toyota est devenue leader mondial de l'hybride

Le constructeur japonais, pionnier de l’hybride, fête cette année les 20 ans de la Prius. C’est avec elle que tout a commencé et que Toyota a fait de cette technologie une marque de fabrique. Aujourd’hui, la firme a vendu plus de 10 millions d’hybrides à travers le monde. Comment est née cette success story, que représente l’hybride au sein de la gamme actuelle et quelles sont les pistes pour l’avenir ? Enquête.

Comment Toyota est devenue leader mondial de l'hybride

Dès la fin des années 90, Toyota voulait une familiale à vocation écologique mais néanmoins pratique et plaisante à conduire. L’objectif était de diviser par deux la consommation de carburant et de réduire les émissions polluantes. Le principe de base : 2 moteurs qui se complètent dans les domaines où ils sont le plus gourmands en énergie. L’électrique supplante le thermique pour les phases de décollage, la circulation à faible vitesse et les embouteillages. Le moteur essence prend le relais lors des fortes sollicitions.

À l’été 1994, le concept G21 était approuvé dans ses grandes lignes et en 1997 la première voiture de série à motorisation hybride-électrique au monde voyait le jour au Japon. La Prius était alors équipée d’un 1.5 essence et d’un moteur électrique affichant une puissance combinée de 70 ch. Sa commercialisation sur le marché européen interviendra en 2000.

                          Toyota Prius 1                                                   Toyota Prius 2

Lancement au Japon en 1997 puis en Europe en 2000 Moteur essence : 4 cylindres, 1.5 Accélération 0 à 100 km/h : 13,4 s Puissance totale combinée : 70 ch Consommation (cycle mixte) : 5,1 l/100 km Poids : 1 240 kg
Lancement au Japon en 1997 puis en Europe en 2000
Moteur essence : 4 cylindres, 1.5
Accélération 0 à 100 km/h : 13,4 s
Puissance totale combinée : 70 ch
Consommation (cycle mixte) : 5,1 l/100 km
Poids : 1 240 kg
Lancement en 2003 Moteur essence : 4 cylindres, 1.5 Accélération 0 à 100 km/h : 10,9 s Puissance totale combinée : 110 ch Consommation (cycle mixte) : 4,3 l/100 km Poids : 1 270 kg
Lancement en 2003
Moteur essence : 4 cylindres, 1.5
Accélération 0 à 100 km/h : 10,9 s
Puissance totale combinée : 110 ch Consommation (cycle mixte) : 4,3 l/100 km
Poids : 1 270 kg

 « À l’époque, personne ne savait ce qu’était un véhicule hybride. Ceux qui la conduisaient passaient même parfois pour des geeks », confiait récemment Takeshi Uchiyamada, président du conseil d’administration de Toyota et ingénieur en chef de la Prius. C’est en 2004, lorsque le rendement a été nettement amélioré et que la prise de conscience écologique est devenue planétaire, que la japonaise a vu croître son intérêt auprès du grand public. Plus pratique et désormais dotée d’un hayon, elle colle davantage avec les besoins de la clientèle. De plus, le système hybride est devenu plus puissant et surtout moins gourmand en énergie. Autant d’atouts qui l’on fait devenir voiture européenne de l’année 2005 en Europe.

                       Toyota Prius 3                                                      Toyota Prius 4

Lancement en 2009 Moteur essence : 4 cylindres, 1.8 Puissance totale combinée : 136 ch Accélération 0 à 100 km/h : 10,4 s Consommation (cycle mixte) : 3,9 l/100 km Poids : 1 370 kg
Lancement en 2009
Moteur essence : 4 cylindres, 1.8
Puissance totale combinée : 136 ch
Accélération 0 à 100 km/h : 10,4 s
Consommation (cycle mixte) : 3,9 l/100 km
Poids : 1 370 kg
Lancement en 2016 Moteur essence : 4 cylindres, 1.8 Puissance totale combinée : 122 ch Accélération 0 à 100 km/h : 10,6 s Consommation (cycle mixte) : 3,3 l/100 Poids : 1 375 kg
Lancement en 2016
Moteur essence : 4 cylindres, 1.8
Puissance totale combinée : 122 ch
Accélération 0 à 100 km/h : 10,6 s
Consommation (cycle mixte) : 3,3 l/100
Poids : 1 375 kg

Voyant les ventes décoller, le groupe renforce le développement de cette technologie sur les deux générations suivantes, avec en prime une version rechargeable, et étend son offre à plusieurs modèles de la gamme dont la Yaris, l’Auris, le Rav-4 et plus récemment le CH-R. « Nous sommes leaders de la production et des ventes d'hybrides en Europe. Les hybrides Toyota représentent plus de 70% des véhicules à motorisation alternative vendus sur le continent (hybrides, hybrides rechargeables, véhicules électriques) », explique Sébastien Grellier, directeur de la communication de Toyota France.  Aujourd’hui, ce sont plus de 10 millions d’hybrides Toyota qui ont été vendus dans le monde et au total 33 modèles hybrides commercialisés dans plus de 90 pays. « Entre le dieselgate, la poussée des petits moteurs essence et le 100% électrique, les clients ne savent plus trop vers quoi se tourner aujourd’hui. Ce sont ces personnes qui viennent d’elles-mêmes trouver une solution chez nous ».

Comment Toyota est devenue leader mondial de l'hybride
Comment Toyota est devenue leader mondial de l'hybride
Comment Toyota est devenue leader mondial de l'hybride

 Un petit aperçu de la gamme hybride de Toyota en France avec de gauche à droite, la Yaris, le CH-R et le Rav-4

Aujourd’hui démocratisée, notamment avec des véhicules comme la Yaris (à partir de 19 650 €), la technologie hybride s’avère aussi économique pour certains utilisateurs. Une étude interne Toyota auprès de 70 000 clients dont les véhicules ont été équipés d’un boîtier a mis en lumière que plus de 50% des trajets étaient effectués en mode tout électrique, donc sans consommation d’essence ni émissions polluantes dont le CO2. Enfin, c’est aussi l’assurance (dans la majorité des cas) de ne pas être pénalisé par un malus écologique.

La contrepartie, c’est une conduite différente. En effet, le conducteur doit temporiser ses accélérations et apprivoiser « l’effet moulinette » de la boîte à variation continue CVT qui équipe la majorité des modèle hybride de chez Toyota. Passée cette « adaptation », le silence de fonctionnement, la souplesse d’usage et les économies réalisées à la pompe sont de sérieux arguments. Enfin, dans le groupe Toyota, il existe aussi des véhicules hybrides à consonnance sportive comme le nouveau coupé de Lexus, le LC500H qui associe un V6 essence à un moteur électrique pour une puissance combinée de 359 ch… aux roues arrière. 

L'hybride peut aussi être associé au sport à l'image de cette Lexus LC 500H, une propulsion de 359 ch.
L'hybride peut aussi être associé au sport à l'image de cette Lexus LC 500H, une propulsion de 359 ch.

2017 marque une nouvelle étape dans l’objectif ambitieux, « défi environnemental 2050 », que s’est fixé le groupe japonais de réduire de 90 % les émissions de CO2 de son parc roulant d’ici à 2050. Le constructeur ambitionne de ne plus vendre de voitures fonctionnant uniquement aux carburants fossiles et de les remplacer d'ici à 2050 par des modèles hybrides, à pile à combustible ou employant une autre technologie écologique.

 

La Toyota Mirai, premier véhicule de série fonctionnant à l'hydrogène.
La Toyota Mirai, premier véhicule de série fonctionnant à l'hydrogène.
Le concept Fine-comfort dévoilé à Tokyo utilise aussi une technologie de pile à combustible à hydrogène avec une autonomie de 1000 km
Le concept Fine-comfort dévoilé à Tokyo utilise aussi une technologie de pile à combustible à hydrogène avec une autonomie de 1000 km

Et c’est avec la Mirai qui fait appel à l’hydrogène que Toyota compte bien rééditer le succès « Prius ». En pratique une pile à combustible génère de l’électricité par réaction entre l’oxygène de l’air et l’hydrogène de ses réservoirs, en ne rejetant que de la vapeur d’eau. En prime, le véhicule possède de sérieux avantages par rapport aux véhicules à batterie électrique : son autonomie bien supérieure - environ 500 km - et un temps de ravitaillement de 3 à 5 minutes seulement à la pompe à hydrogène. « Ainsi, le conducteur ne change pas ses habitudes d’usage par rapport à un véhicule thermique », explique Toyota. Le déploiement de la Mirai reste pour le moment balbutiant puisqu’il dépend avant tout de la maturité du marché de l’hydrogène, de sa production, des infrastructures de distribution, etc. L’objectif est de tendre vers la démocratisation des véhicules à pile à combustible dès 2020, avec un plan de déploiement mondial de plus de 30 000 unités par an à partir de 2020.

Portfolio (6 photos)

Commentaires (247)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Il y a vingt ans Toyota misait sur l'hybride, les Français sur le poêle à mazout : Cherchez l'erreur !

Par

Pas encore très pertinent, selon quelques amis ayant une Toyota hybride et ne réalisant pas tant d'économies que cela.

Pour l'heure, en France, le diesel demeure et de loin la meilleure solution pour quiconque fait beaucoup de route au quotidien.

Cela évoluera sans doute mais, pour l'heure, l'électrique et l'hybride demeurent des niches. Toutefois, et comme toutes les niches dans des secteurs porteurs, l'on trouvera de belles évolutions techniques, enfin viables pour tous... dans quelques années. La recherche étant focalisée sur le sujet.

Et sur le sujet de la hausse du diesel, wait & see avec beaucoup de recul. En effet, cela fait de très nombreuses années que cela est annoncé, sûr de sûr ma bonne dame, et cela ne se fait pas. D'autant que l'essence est, comme le diesel et avec des paramètres différents, aussi répugnant que tous les autres produits issus du pétrole dans l'automobile, pour la santé, l'environnement, l'air, etc.

En somme : diesel, cela jusqu'à l'arrivée dans 6 à 12 ans d'alternatives vraiment viables d'un point de vue technique. Car le marketing, cela a ses limites.

Par

Ceci étant dit, Toyota produit de bons véhicules globalement. Un peu rustres (surtout l'entrée de gamme Yaris...) mais de qualité. Mais tout de même je préfère nettement l'incroyable technicité mécanique allemande et l'excellence de la conception (très vrai chez Audi/Volkswagen), avec des planches superbes, une qualité de finition absolument époustouflante, un dessin rigoureux et soigné, des véhicules durables, d'une extrême robustesse et aux côtes défiant toute concurrence.

Par

Toyota a tout compris, et l'a bien fait !

Fiabilité, économie, coût d'achat et d'entretien en font d'excellents véhicules.

En dehors d'une conduite sportive, ce sont des autos extrêmement agréables à conduire. Aucun à coups, performances tout à fait correct (il suffit de faire un 0 à 130 en sortie de péage pour s'apercevoir que la voiture est équivalente au milieu de gamme de ses concurrentes). L'effet moulinette du train épicycloïdale s'atténue au fil des génération et c'est de toute façon bien plus agréable que le vrombissement et les vibrations d'un diesel boite manuelle (ou double embrayage).

Nous sommes passés d'une 307 hdi 16 à une prius II ô combien plus fiable et plus agréable à conduire. Sans parler de l'espace intérieur et des équipements de série.

Nous sommes maintenant fidèle à l'hybride.

Et ayant en seconde voiture des 5 ou 6 cyl essence je prends toujours du plaisir à conduire la prius (ou tout autre HSD Toy Lexus) Et la remplaçante du 5cyl Turbo essence sera certainement un RX400/ 450h ou GS 450 LS600h. Dans tous les cas HSD Toy.

J'ai pu essayer le Kia Niro, qui est une excellente hybride également, faible consommation, bien équipé, etc ... mais gravement plombée par les à coups de la boite à double embrayage, Une boite e-cvt aurait été bien plus agréable (ou une convertisseur de couple classique)

Par

En réponse à savoyard73000

Pas encore très pertinent, selon quelques amis ayant une Toyota hybride et ne réalisant pas tant d'économies que cela.

Pour l'heure, en France, le diesel demeure et de loin la meilleure solution pour quiconque fait beaucoup de route au quotidien.

Cela évoluera sans doute mais, pour l'heure, l'électrique et l'hybride demeurent des niches. Toutefois, et comme toutes les niches dans des secteurs porteurs, l'on trouvera de belles évolutions techniques, enfin viables pour tous... dans quelques années. La recherche étant focalisée sur le sujet.

Et sur le sujet de la hausse du diesel, wait & see avec beaucoup de recul. En effet, cela fait de très nombreuses années que cela est annoncé, sûr de sûr ma bonne dame, et cela ne se fait pas. D'autant que l'essence est, comme le diesel et avec des paramètres différents, aussi répugnant que tous les autres produits issus du pétrole dans l'automobile, pour la santé, l'environnement, l'air, etc.

En somme : diesel, cela jusqu'à l'arrivée dans 6 à 12 ans d'alternatives vraiment viables d'un point de vue technique. Car le marketing, cela a ses limites.

C'est tout l'inverse chez de nombreux amis convertis à l'hybride.

Tout dépend du type de trajets, en ville c'est consommation diminuée de moitié.

Sur route c'est équivalent à un diesel, voir moins

Sur autoroute c'est supérieur à un diesel, mais l'écart se réduit au fil des générations.

L'entretien est bien moins cher !

Les hybrides gardent la côte. Les diesel sont en baisse.

Par

" de la même manière que Toyota est devenu numéro 1 mondiale des ventes et de fiabilité , en gros avec rigueur , investissement et un sens aigu du marché automobile " .

Par

Le chiffre de puissance de la Prius I est faux. Le moteur à combustion interne développe 72 ch (45kW) et le moteur électrique 44ch (33kW). La puissance combinée était annoncée à 112 ch. Mais ce sont les valeurs de couple qui sont les plus intéressantes. La Prius I développe 35mkg à zéro tr/min...

Par

En réponse à savoyard73000

Ceci étant dit, Toyota produit de bons véhicules globalement. Un peu rustres (surtout l'entrée de gamme Yaris...) mais de qualité. Mais tout de même je préfère nettement l'incroyable technicité mécanique allemande et l'excellence de la conception (très vrai chez Audi/Volkswagen), avec des planches superbes, une qualité de finition absolument époustouflante, un dessin rigoureux et soigné, des véhicules durables, d'une extrême robustesse et aux côtes défiant toute concurrence.

"et aux côtes défiant toute concurrence"... ils sont sur la bonne pente en ce cas ! :biggrin::biggrin::biggrin:

Par

Toyota a néanmoins bien fait de miser sur l'hybride, cela leur permettra d'être installés quand, financièrement, cela aura un intérêt pour le consommateur de passer à l'hybride. Pour l'heure, circulez... !

Par Profil supprimé

Parce qu'il y a beaucoup de fans de mobylettes qui naturellement s'orientent vers ces machins CVT pour retrouver cette sensation mobylette sur autoroute :ptdr::ptdr::ptdr::ptdr::ptdr:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire