Publi info
 

Le patron de tesla Elon Musk invente le #balancetonjournaliste

Le patron de tesla Elon Musk invente le #balancetonjournaliste

Chouchou de la presse jusqu’à ces derniers mois, le patron de Tesla voit s’accumuler les nuages médiatiques qui relaient les déboires de son entreprise et de ses voitures. Mais pour Elon Musk, c’est de l’acharnement, pas de l’info. Alors il souhaite créer un site de notation des journalistes. Avec la bénédiction de ses fans.

On ne s’ennuie jamais avec le patron de Tesla. Quand il n’assiste pas à la fuite de ses meilleurs cerveaux, le voilà qui tweete tout le bien qu’il pense des journalistes. Mais le garçon, s’il utilise le même réseau que Donald Trump pour faire connaître ses décisions, sait, quant à lui, jouer de l’autodérision auprès de ses 21 millions de followers. Et le voilà qui se lance, le 24 mai dernier dans une curieuse annonce.

Le patron de tesla Elon Musk invente le #balancetonjournaliste

En gros et en français dans le texte, Magic Elon nous explique tout : « je songe à créer un site où le public pourra noter la véracité de n'importe quel article, établir un score de crédibilité pour chaque journaliste, rédacteur en chef ou publication. Je pense l’appeler Pravda ». Mazette, Musk va nous fastchecker les fake news ? Nous disrupter les ragots ? Nous séparer le bon grain de l’ivraie ? Mais attention, sur le ton de la blague, c’est pas bien sérieux l’actu, puisqu’il va baptiser son tripadvisor de l’info du nom du célèbre quotidien et organe officiel de l’ex-parti communiste de l’ex-union soviétique qui n’avait qu’une ligne à suivre : celle que lui indiquait le Soviet Suprême.

Un plébiscite en faveur de la Pravda

Mais la blague continue tout au long de la journée puisque, quelques heures plus tard, Musk se lance dans un sondage, toujours sur Twitter, et demande à ses followers si son idée est bonne ou si, au contraire, ils trouvent les médias formidables en l’état. La réponse ne se fait pas attendre : 680 000 internautes qui le suivent sont d’accord avec le boss, soit 88 % des votants.

Le patron de tesla Elon Musk invente le #balancetonjournaliste

On peut évidemment se dire que la lubie du milliardaire est innocente et sans la moindre arrière-pensée. Même si le fait de lancer un #balancetonjournaliste a quelque chose de beaucoup plus malsain que le même hashtag appliqué au harcèlement sexuel. Sauf que la veille, le même fustigeait les fameux médias, sur Twitter toujours. Il indiquait que pour lui, le problème « est que les journalistes sont constamment sous pression pour obtenir un maximum de clics, faire rentrer de la pub au risque de se faire virer. Situation délicate, car Tesla ne fait pas de publicité, alors que les compagnies pétrolières et les constructeurs de voitures sont parmi les plus grands annonceurs du monde ».

Le patron de tesla Elon Musk invente le #balancetonjournaliste

Nous y voilà. Elon est une victime des médias. Ces derniers n’ont d’yeux que pour ceux qui s’offrent des bannières de pub sur leur site ou des pleines pages dans leurs journaux. Comme Tesla ne passe pas à la caisse, il se fait démonter à longueur de papiers. CQFD. On se gardera de tomber dans la psychanalyse à deux euros en invoquant une parano galopante chez le boss de Tesla/SpaceX et de quelques autres sociétés. Tout au plus nous contenterons-nous de rappeler les tonnes d’éloges que Musk, ses autos électriques comme ses fusées réutilisables, ont reçu pendant des années de la part des médias, sans qu’effectivement, il ne leur verse un fifrelin.

Du visionnaire au piètre industriel

Peut-être même que le côté sale gosse rebelle, les manières non conformistes de Musk, refusant le jeu publicitaire, ont longtemps séduit les journalistes qui pendant plus d'une décennie l’ont traité en inventeur du futur et en visionnaire. Sauf que l’itinéraire de l’enfant gâté s’est heurté à quelques revers après les années fastes. La presse aurait-elle dû ignorer les pertes de l’entreprise ? Aurait-elle dû zapper les retards à l’allumage de la Model 3 ? Aurait-elle dû faire l’impasse sur les accidents liés à l’Auto-Pilot. Selon Musk, elle a commis là des fautes d’irrévérence qui appellent la vengeance. Alors autant livrer les fautifs à la vindicte populaire et donner leurs noms en pâture.

La grenouille et le bœuf

Il est certes un vieux dicton qui s’applique souvent au monde médiatique. Un monde ou l’on lèche d’abord, on lâche ensuite et on lynche à la fin. La grande aventure de Tesla est-elle une application de plus de cet adage ? Ou ne serait-ce que l’application d’un autre adage, celui de la grenouille qui a voulu se faire aussi grosse que le bœuf ? Celui de la start-up incapable de se transformer en grande entreprise industrielle ? Réponse dans un avenir peut-être pas si éloigné. Mais si d’ici là le tripadvisor des médias voit le jour, pas sûr que cet article figure à une place enviée.

Mots clés :

Tesla

Poursuivez votre lecture :

Commentaires (48)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Moi je le respecte Elon, car c'est le seul à s'investir dans la recherche d'un meilleur futur quitte à se faire attaquer par les médias qui eux ne voient que les profits à court terme. Il a un mental de fer et on se souviendra de lui plus tard car il est arrivé à réunir des gens capables de devancer la NASA et a su se faire un nom dans l'automobile pour enfin changer les habitudes des consommateurs. Au final je pense qu'à part les investisseurs et les entreprises concurrentes, tout le monde s'en fou de la stabilité économique de Tesla. On a envie que ça continue car sans Elon on en serait encore à glorifier le diesel et se plaindre du bruit des éoliennes près des villes. Les futures générations remercieront Elon mais auront oublié les médias qui lui mettaient des bâtons dans les roues.

Par

En réponse à Florian Denis

Moi je le respecte Elon, car c'est le seul à s'investir dans la recherche d'un meilleur futur quitte à se faire attaquer par les médias qui eux ne voient que les profits à court terme. Il a un mental de fer et on se souviendra de lui plus tard car il est arrivé à réunir des gens capables de devancer la NASA et a su se faire un nom dans l'automobile pour enfin changer les habitudes des consommateurs. Au final je pense qu'à part les investisseurs et les entreprises concurrentes, tout le monde s'en fou de la stabilité économique de Tesla. On a envie que ça continue car sans Elon on en serait encore à glorifier le diesel et se plaindre du bruit des éoliennes près des villes. Les futures générations remercieront Elon mais auront oublié les médias qui lui mettaient des bâtons dans les roues.

Où est-il question de respect? Par ailleurs on sait parfaitement que les fanboys de M Musk l'appellent par son prénom. C'est effectivement un signe d'appartenance, voire de croyance à la limite du sectarisme.

Et puis quand je lis cette phrase "sans Elon on en serait encore à glorifier le diesel et se plaindre du bruit des éoliennes près des villes" je me remets à douter. Ai-je affaire à un croyant-crédule de la 1ère heure ou juste à un clown qui se fait passer pour tel? Le Dieselgate serait donc resté aux oubliettes sans le nouveau Dieu californien? Pitié!

Par

En réponse à Florian Denis

Moi je le respecte Elon, car c'est le seul à s'investir dans la recherche d'un meilleur futur quitte à se faire attaquer par les médias qui eux ne voient que les profits à court terme. Il a un mental de fer et on se souviendra de lui plus tard car il est arrivé à réunir des gens capables de devancer la NASA et a su se faire un nom dans l'automobile pour enfin changer les habitudes des consommateurs. Au final je pense qu'à part les investisseurs et les entreprises concurrentes, tout le monde s'en fou de la stabilité économique de Tesla. On a envie que ça continue car sans Elon on en serait encore à glorifier le diesel et se plaindre du bruit des éoliennes près des villes. Les futures générations remercieront Elon mais auront oublié les médias qui lui mettaient des bâtons dans les roues.

Exactement. :bien:

Par

"Magic Elon nous explique tout : « je songe à créer un site où le public pourra noter la véracité de n'importe quel article, établir un score de crédibilité pour chaque journaliste, rédacteur en chef ou publication. "

Crédibilité ? Et c'est Magic Elon qui le dit ? Allez je note Elon sur sa crédibilité : 0/20 :oui:

Par

Pour Caradisiac, ca va être tendu de choper la moyenne et pour Audric Doche, ca sent meme la note éliminatoire.

Perso, Audric. Je te mettrai 1/10 sur la Pravda de Musk. 1 pour tes efforts a essayé de faire de ton mieux.. Sans jamais atteindre le minimum qualitatif requis.

Par

En réponse à Philippe2446

Où est-il question de respect? Par ailleurs on sait parfaitement que les fanboys de M Musk l'appellent par son prénom. C'est effectivement un signe d'appartenance, voire de croyance à la limite du sectarisme.

Et puis quand je lis cette phrase "sans Elon on en serait encore à glorifier le diesel et se plaindre du bruit des éoliennes près des villes" je me remets à douter. Ai-je affaire à un croyant-crédule de la 1ère heure ou juste à un clown qui se fait passer pour tel? Le Dieselgate serait donc resté aux oubliettes sans le nouveau Dieu californien? Pitié!

Hormis la partie sur le diesel, il a raison, Musk bouscule tout ce petit monde, à moins de dire que space x et Tesla soient insignifiants...

Par

En réponse à Florian Denis

Moi je le respecte Elon, car c'est le seul à s'investir dans la recherche d'un meilleur futur quitte à se faire attaquer par les médias qui eux ne voient que les profits à court terme. Il a un mental de fer et on se souviendra de lui plus tard car il est arrivé à réunir des gens capables de devancer la NASA et a su se faire un nom dans l'automobile pour enfin changer les habitudes des consommateurs. Au final je pense qu'à part les investisseurs et les entreprises concurrentes, tout le monde s'en fou de la stabilité économique de Tesla. On a envie que ça continue car sans Elon on en serait encore à glorifier le diesel et se plaindre du bruit des éoliennes près des villes. Les futures générations remercieront Elon mais auront oublié les médias qui lui mettaient des bâtons dans les roues.

Paradoxe des calculs mathématiques ou réalité ? En tout cas la décision de Singapour a de quoi faire sourire et faire réfléchir. La cité-Etat asiatique a décidé d'imposer un malus écologique à la voiture fabriquée par le constructeur Tesla d'Elon Musk. Une voiture 100 % électrique, donc en théorie non-polluante, qui se retrouve qualifiée de "très polluante" par les autorités.

Le calcul de la pollution à Singapour

En France une Tesla S bénéficierait totalement du bonus écologique : 100 % électrique, elle n'émet pas de gaz carbonique lorsqu'elle roule. Alors comment se fait-il qu'à Singapour, comme le rapporte Channel News Asia, pour les autorités elle soit aussi polluante qu'une Porsche 911... soit une voiture de sport ? Simple : le calcul de la consommation est différent.

Si Tesla est 100 % électrique, il faut tout de même la recharger et cette recharge dépense de l'énergie. Cette énergie est produite par les centrales qui, elles, sont polluantes. Surtout à Singapour où 75 % de l'électricité est produite par des centrales à gaz, qui polluent et émettent du carbone dans l'atmosphère.

Or, le ministère des transports singapourien prend en compte l'intégralité de la chaîne de production de l'énergie pour calculer la consommation. Et la Tesla S se retrouve donc dans la catégorie des voitures "très polluantes".

10 000 dollars de malus au lieu de 10 000 dollars de bonus...

Il reste plusieurs zones d'ombre dans cette affaire et Elon Musk a annoncé sur Twitter avoir pris directement contact avec le ministre des Transports singapouriens pour tenter de comprendre ce qu'il se passe. Pas étonnant : Singapour pourrait être un gros marché pour Tesla. Mais si ses voitures sont attaquées sur le front de la pollution, les ventes ne risquent pas de décoller."

Par

Il a un sacré paquet de moutons et de pigeons derrière lui :cubitus:

Par

J'adore l'idée de demander à ses suiveurs sur Twitter de valider son idée...

Un peu comme si tu demandais à des gars comme Moulache de se positionner sur la consommation de viande de lapin ou à Entouteobjectivité sur le pouvoir d'attraction des surpiqûres rouges devant une cantine sochaliennne...

Se mettre la gente journalistique à dos.... la fuite en avant continue...

Par

Le bruit médiatique est le carburant de la pyramide de Ponzi qu'est Tesla.

Il leur est nécessaire de communiquer en continu sur tout et n'importe quoi pour "exister" et noyer sous un raz de marée de comm inutiles les articles défavorables à la "secte" Tesla.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire