Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Essai - Hyundai Tucson 1.7 CRDi 141 DCT-7 (2016) : une étoile est née

Le nouveau Tucson vit un très bon démarrage commercial. Son design soigné et ses bonnes prestations ont eu raison de la clientèle européenne qui faisait encore de la résistance. Pour entériner ce succès et couvrir l’ensemble des besoins, le SUV reçoit aujourd’hui un nouveau moteur diesel, le 1.7 CRDi de 141 ch, le seul à pouvoir être associé à la boîte double embrayage.

Essai - Hyundai Tucson 1.7 CRDi 141 DCT-7 (2016) : une étoile est née

En bref

A partir de 30 250 €

Boîte double embrayage

2 roues motrices

Transformation réussie pour le Tucson qui vient de passer la barre des 100 000 unités sur le Vieux Continent en à peine un an d’existence. Une première pour le constructeur coréen qui a enfin trouvé la faille dans les désirs d’une clientèle réputée exigeante.

Pour entériner ce succès et couvrir l’ensemble des besoins (surtout celui des flottes), le SUV reçoit un nouveau moteur diesel, le 1.7 CRDi de 141 ch. Il y a de quoi se perdre dans la gamme puisqu’à ses côtés, Hyundai propose également un 2.0 CRDi de 136 ch. A première vue, aucun intérêt pour le client. Et pourtant, ce 1.7 de 141 ch est le seul à pouvoir être associé à la très plébiscitée boîte à double embrayage, en l’occurrence la DCT-7, ainsi qu’à une transmission à deux roues motrices, elle aussi prisée par les Européens. Le 2.0 CRDi, lui, aura la charge de contenter ceux qui désirent 4 roues motrices et une boîte automatique traditionnelle à convertisseur.

Essai - Hyundai Tucson 1.7 CRDi 141 DCT-7 (2016) : une étoile est née

L’association entre le moteur diesel de 141 chevaux et la récente boîte à double embrayage DCT-7 issue du groupe Hyundai/Kia s’avère plutôt réussie pour qui recherche du confort. Le diesel ronronne avec discrétion et déroule son couple maxi (340 Nm) de manière coulée. Le conducteur en a assez sous le pied pour se sortir des situations délicates mais globalement ses performances sont très quelconques (0 à 100 km/h en 12 s et V-Max de 185 km/h) pour la catégorie. La boîte de vitesse n’est pas un modèle de réactivité au décollage, ce qui s’avère problématique en ville. Passer du Neutre au Drive génère un délai (trop) important. Si vous êtes amené à effectuer rapidement un demi-tour en 3 fois, la boîte va mettre un temps (interminable) à enclencher le rapport une fois le levier positionné sur « D ». Il en va de même pour le passage en marche arrière « R ». Une fois à mi-régime, en revanche, aucun problème. Elle égrène les rapports avec une grande souplesse pour privilégier la consommation. À ce propos, nous avons relevé une moyenne honorable de 7,1 l/100 km lors de notre essai.

Le compromis trouvé par Hyundai tient la route, tout comme le Tucson. Le coréen bénéficie d’un châssis homogène qui offre un amortissement travaillé, notamment grâce à la présence d’un train arrière multi-bras de série. Le niveau de confort, ici voiture chaussée de jantes 17’’, est irréprochable et le maintien presque aussi rigoureux que les leaders européens. Un léger effort sur la direction à assistance électrique, peu agréable et limite artificielle, rendrait le tableau encore plus flatteur.

Essai - Hyundai Tucson 1.7 CRDi 141 DCT-7 (2016) : une étoile est née

Hyundai s’est donné beaucoup de mal pour améliorer la qualité perçue de son modèle. Le progrès est notable mais quelques détails comme certains plastiques durs ou une qualité de cuir moyenne le situent encore un cran au-dessous des stars européennes comme le Seat Ateca ou le Volkswagen Tiguan. En matière d’habitabilité, en revanche, c’est un sans-faute. Le coréen offre un espace à vivre très bien proportionné pour accueillir cinq adultes et leurs bagages (volume de coffre de 513 litres).

Essai - Hyundai Tucson 1.7 CRDi 141 DCT-7 (2016) : une étoile est née
Essai - Hyundai Tucson 1.7 CRDi 141 DCT-7 (2016) : une étoile est née

Garanti 5 ans, kilométrage illimité, le Tucson CRDi 141 ch s’affiche à partir de 30 250 € en finition médiane « Intuitive ». Des tarifs certes justifiés par un bon niveau d’équipement, mais qui ne sont plus vraiment aussi attractifs que par le passé par rapport à la concurrence et surtout le nouveau Seat Ateca Tdi 150 (à partir de 31 385 €) qui a les dents longues ou encore le Nissan Qashqaï dCi 130 X-Tronic (à partir de 30 850 €).

Au final, c’est en montant en gamme que le Tucson devient intéressant, à l’image de notre version d’essai, en finition haute « Executive » (37 300 €) qui embarque de série la sellerie cuir, l’allumage automatique des feux, l’assistance active au maintien de voie, le capteur de pluie, la reconnaissance des panneaux, l’accès mains-libres et le démarrage sans clé, l’aide au stationnement avant/arrière, la caméra de recul, le hayon mains-libres intelligent, le régulateur/limiteur de vitesse, les sièges avant et arrière chauffants et ventilés, les 4 vitres électriques, la climatisation automatique, le système audio MP3 avec connexion Bluetooth, prises auxiliaire, USB et iPod, l’aide active au stationnement et les jantes alliage 19''.

Chiffres clés *

  • Longueur : 4,47 m
  • Largeur : 1,85 m
  • Hauteur : 1,65 m
  • Nombre de places : 5 places
  • Volume du coffre : 488 l / 1478 l
  • Boite de vitesse : Auto. à 7 rapports
  • Carburant : Diesel
  • Taux d'émission de CO2 : 129 g/km
  • Malus : 740 €
  • Date de commercialisation du modèle : Janvier 2016

* pour la version II 1.7 CRDI 141 EXECUTIVE DCT-7.

Photos (16)

Mots clés :

SPONSORISE

Essais 4X4 - SUV - Crossover

Fiches fiabilité 4X4 - SUV - Crossover

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire