Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Essai - Volkswagen T-Roc TDI 150 (2022) : la version diesel à l'essai

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

Tran Ha

Le Volkswagen T-Roc s'offre cette année un discret restylage, avec quelques nouveautés pour poursuivre sereinement sa carrière. Prenons le volant de la version diesel TDI de 150 chevaux, l'une des deux motorisations diesel disponible.

Essai - Volkswagen T-Roc TDI 150 (2022) : la version diesel à l'essai

 EN BREF

SUV urbain

Moteur diesel le plus puissant

À partir de 37 470 €

Si l'heure est aux nouveautés électriques chez Volkswagen, qui met à l'honneur sa gamme ID, le constructeur allemand n'oublie pas pour autant ses fondamentaux, comme ce T-Roc qui n'est autre que sa seconde meilleure vente en France, après la Polo. En 5 ans, il s'en est écoulé plus d'un million d'exemplaires, dont quelques 71 000 dans l'hexagone.

À mi-chemin entre un T-Cross et un Tiguan, le T-Roc revient avec un restylage discret, que seul un œil exercé pourra déceler : les boucliers adoptent un look plus sportif et affirmé, tandis que les optiques s'offrent une signature lumineuse plus moderne, qui s'étend à l'avant pour traverser toute la calandre.

Nous nous intéresserons aujourd'hui à l'offre diesel : sous le capot, nous retrouvons le quatre cylindres TDI de 2,0 litres, couplé à une boîte double embrayage DSG à 7 rapports. Ici, il développe 150 chevaux et un couple de 360 Nm disponibles dès 1 600 tr/min. Selon le cycle combiné WLTP, la consommation est de 5,1 litres/100 km, soit des émissions de 134 g de CO2/km, ce qui entraîne un malus écologique de 190 € en 2022. Une version à quatre roues motrices est également disponible sur cette motorisation, moyennant un supplément de 2 100 €.

Un intérieur plus soigné

Essai - Volkswagen T-Roc TDI 150 (2022) : la version diesel à l'essai

À bord, Volkswagen a revu sa copie avec des matériaux plus flatteurs sur la planche de bord et les habillages de portière. L'ensemble est en net progrès, mais le tableau global alterne le bon et le moins bon : en effet, les plastiques durs sont toujours légion dans les parties basses de l'habitacle, et les nombreux revêtements noirs brillants sont de véritables aimants à poussière et à rayures.

Essai - Volkswagen T-Roc TDI 150 (2022) : la version diesel à l'essai
Essai - Volkswagen T-Roc TDI 150 (2022) : la version diesel à l'essai

Pour le reste, le combiné d'instrumentation numérique Digital Cockpit est désormais de série, et nous retrouvons une nouvelle tablette tactile au centre de la planche de bord, ainsi qu'une nouvelle console de climatisation aux commandes tactiles. Le volant se met également à jour avec un design plus moderne, ainsi que des commandes tactiles sur ses branches.

Côté pratique, rien ne change : le coffre offre un volume de 445 litres et un système de double plancher plutôt pratique, tandis que l'habitabilité est dans la bonne moyenne, à l'exception de la place centrale arrière qui souffre de la présence du tunnel central.

Du sérieux sur la route

Essai - Volkswagen T-Roc TDI 150 (2022) : la version diesel à l'essai

Une fois la voiture mise en route, le grondement du quatre cylindres diesel se fait assez discret à bord, et nous retrouvons les qualités routières du T-Roc. Son comportement ne souffre d'aucune mauvaise surprise, et la tenue de route est au rendez-vous sur les routes sinueuses : les virages s'enchaînent avec assurance, malgré une prise de roulis prononcée, et la direction se révèle douce et précise.

L'amortissement est, lui aussi, globalement soigné, même si les jantes optionnelles de 19 pouces de notre modèle d'essai dégradent quelque peu le confort. Grâce à l'arsenal des systèmes d'aide à la conduite, les trajets sur autoroute seront une formalité, et les kilomètres s'enchaînent sans encombre. La voiture bénéficie en outre d'un couple généreux de 360 Nm disponible très tôt, pour assurer les reprises et les dépassements en toute sécurité.

Comme pour les autres modèles du groupe Volkswagen, on pourra tout de même lui reprocher l'agrément de sa boîte DSG, parfois indécise et lente lorsqu'on a besoin de la solliciter. Différents modes de conduite plus dynamiques sont à votre disposition pour rectifier le tir, tandis que le mode "S" (sport) de la boîte est accessible d'une simple impulsion sur le levier. Côté consommation, nous avons relevé une moyenne de 6,2 litres/100 km lors de notre parcours d'essai.

Chiffres clés *

  • Longueur : 4,23 m
  • Largeur : 1,81 m
  • Hauteur : 1,58 m
  • Nombre de places : 5 places
  • Volume du coffre : 445 l / 1 290 l
  • Boite de vitesse : Auto. à 7 rapports
  • Carburant : Diesel
  • Taux d'émission de CO2 : 128 g/km
  • Malus : 50 €
  • Date de commercialisation du modèle : Septembre 2017

* pour la version (2) 2.0 TDI 150 START/STOP R-LINE DSG7.

Le bonus / malus affiché est celui en vigueur au moment de la publication de l'article.

Photos (22)

Mots clés :

SPONSORISE

Essais 4X4 - SUV - Crossover

Fiches fiabilité 4X4 - SUV - Crossover

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire