Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Et si dans 10 ans, c'en était fini de la Formule 1 et des rallyes thermiques ?

Dans Sport Auto / Formule 1

2031 : c'est l'échéance que nombre de professionnels accordent aux sports mécaniques thermiques avant leur remplacement par l'électrique. Une condamnation à mort des moteurs à pétrole qui s'explique par le basculement de l'industrie vers les autos à zéro émission.

Max Verstappen, après sa victoire au Grand Prix de Monaco 2021.
Max Verstappen, après sa victoire au Grand Prix de Monaco 2021.

Ce devait être la course du monégasque Charles Leclerc. Il jouait à domicile ce week-end, dans les rues en pente, dans les épingles de la Rascasse, du Casino et du tunnel de Monte Carlo. Las, le jeune pilote qui avait pourtant décroché la pole position la veille, n'a même pas pu prendre le départ du Grand Prix de F1. Sa boîte de vitesses cassée a annihilé ses chances et Max Verstappen, qui le suivait sur la première ligne, l'a logiquement emporté dans le serpentin réputé sans dépassements possibles.

Deux Grands Prix, deux ambiances

Sans dépassements ? Quinze jours auparavant, sur le même tracé, on ne les comptait plus, mais c'était une autre course, un autre Grand Prix : celui de Formule E. Une discipline où la lutte est acharnée, et pas seulement dans les stands entre les ingénieurs, mais entre les pilotes sur la piste. Une évidence, sauf qu'elle n'a presque plus lieu d'être en Formule 1. Certes, les bolides électriques vont moins vite. Évidemment, ils n'émettent pas ce bruit assourdissant qui vrille les tympans et qui, paraît-il, participe du spectacle.

La DS de Formule E de cette saison. Elle devrait évoluer dès l'an prochain.
La DS de Formule E de cette saison. Elle devrait évoluer dès l'an prochain.

Pourtant, il va bien falloir s'y faire. Et les professionnels du sport auto se préparent dès aujourd'hui à cette révolution. En commençant, évidemment, par ceux de la Formule électrique qui attendent une montée en régime de leurs autos déjà programmée. Dès l'an prochain, les équipes pourront développer leur propre moteur (commun à tous les teams jusqu'à présent). Et la puissance, comme la vitesse de pointe, devraient être augmentées.

DS, qui a annoncé son engagement dans la discipline jusqu'en 2026, estime, comme les autres équipes, pouvoir mettre sur la piste une voiture 40 % plus puissante et qui disposera de 350 kWh (l'équivalent de 470ch) durant les qualifications et de 300 kWh en course, pour préserver un peu d'autonomie lors des 45 minutes d'un Grand Prix. Le poids de la voiture, pilote compris, ne devrait pas dépasser 780 kg. De quoi atteindre des vitesses de pointe de plus de 280 km/h.

La FE va condamner la F1

Et alors, se demandent les fans de la bonne vieille F1 à pétrole. Les stars et les budgets sont toujours de leur côté. Certes, mais pour combien de temps encore ? En 7 saisons, les Formule E ont progressé vite, très vite, passant de 150 kWh en 2014, à 180 kWh en 1017 pour atteindre 250 kWh aujourd'hui. Mais le rapprochement des puissances entre les deux disciplines qui va sans doute se produire avant la fin de la décennie va se faire à l'avantage de l'une, et au détriment de l'autre. Car, dès que le nombre de chevaux sera équivalent, la Formule électrique gagnera. Et pas au nom de ses pseudo-vertus écologiques, mais tout simplement parce que les constructeurs engagés privilégieront la FE, pas la F1.

Les raisons de ce choix sont évidentes et constituées de gros chiffres : le groupe Volkswagen investit 35 milliards d'euros dans la voiture électrique et estime que 70 % de ses autos seront ainsi propulsées en 2030. Du côté de Ford, ce sont 18 milliards de dollars qui sont posés sur la table et l'électrification totale de toute la gamme en 2030 est déjà annoncée. Tous les autres constructeurs mondiaux investissent et se préparent à cette bascule, certainement la plus importante de l'histoire de l'automobile.

LE WRC (championnat du monde des rallyes) devrait lui aussi basculer dans le tout électrique.
LE WRC (championnat du monde des rallyes) devrait lui aussi basculer dans le tout électrique.

Avec de tels investissements, ceux qui pensent que ces mêmes constructeurs continueront à débourser au cours de la décennie prochaine plus de 315 millions d'euros par an (prix d'une saison de Formule 1) ne sont que de doux utopistes qui s'imaginent qu'Alpine, Alfa Romeo ou même Ferrari dépensent ces sommes pour les faire vibrer tous les quinze jours au bord d'une piste ou devant leur télé. 

Le retour sur investissement en faveur de l'électrique

La réalité est un peu différente. Les constructeurs qui sont présents en F1 le sont pour d'évidentes raisons pécuniaires, commandées par trois lettres sacrées : ROI (return on invest). Un retour sur investissements qui se mesure en termes d'image offerte par la discipline star, et par le nombre de voitures vendues le lundi lorsque ces marques courent le dimanche. Or, les voitures disponibles au cours de la décennie 2030-2040 seront majoritairement électriques. Aucune marque d'aucun pays n'aura donc intérêt à investir dans un sport à la technologie aussi thermique qu'obsolète et qui ne concernera qu'un nombre marginal de leurs clients d'alors.

Le rallye-raid : une discipline condamnée.
Le rallye-raid : une discipline condamnée.

Ce constat est également de mise pour les autres disciplines comme le WRC qui réfléchit actuellement à son électrification. D'autant que le rallye, en adaptant sa réglementation, se prête plutôt bien aux autos à batterie en raison de ses spéciales courtes qui nécessitent peu d'autonomie. Cette bascule vers les watts est d'autant plus vitale pour cette discipline que le nombre de constructeurs présents s'amenuise d'année en année et l'électricité semble la seule solution pour les voir revenir.

La fin du rallye-raid ?

Il reste cependant un domaine où le tout électrique est compliqué à mettre en œuvre, il s'agit du rallye-raid dont les épreuves spéciales se disputent sur plusieurs centaines de kilomètres, et auront donc du mal à s'adapter à cette énergie.

Mais qui se soucie encore de cette discipline à l'heure où le Dakar n'en finit plus de galvauder son nom et s'apprête, dès le mois de janvier prochain, à s'égailler, et à se perdre, une fois de plus, en Arabie saoudite ou il sévit depuis 2020 ? Ce pays foule du pied les droits de l'homme (et de la femme) aussi sûrement que les gros 4x4 thermiques condamnés écrasent de leurs crampons ses dunes de sable. La version actuelle de ce rallye-raid ne manquera pas à grand-monde.

Quant aux autres disciplines qui perdureront en version électrique, elles accueilleront de nouveaux fans auxquels le bruit fracassant des thermiques ne manquera pas. Un son qui aujourd'hui encore semble indissociable des sports mécaniques aux boomers nostalgiques d'un temps révolu. Ils feront eux aussi leur révolution, comme l'industrie auto est en train de la faire.

Portfolio (2 photos)

SPONSORISE

Actualité Alfa Romeo

Toute l'actualité

Forum Alfa Romeo

Commentaires (99)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Quelle tristesse....

Par

" se prête plutôt bien aux autos à batterie en raison de ses spéciales courtes qui nécessitent peu d'autonomie"

C'est bien la que l'on voit que les journalistes inventent n'importe quel ânerie pour promouvoir les piles ...:lol:

"Évidemment, ils n'émettent pas ce bruit assourdissant qui vrille les tympans et qui, paraît-il, participe du spectacle"

Si tu n'aimes pas le bruit, sans déconner tu ne va pas voir du sport auto et encore moins acceptable quand la remarque vient d'in site AUTOMOBILE:eek:

Par

Une fois de plus, un article plein de mépris rédigé par Mr Holtz.

Que vous soyez anti-thermique, pourquoi pas. Mais le journaliste doit se montrer un peu moins partial ! Le choix de vos mots transpirent ce mépris.

Pour réagir aux mots vacarmes pour décrire le son émis par une thermique, qu'il ne vous plaise pas, soit. Mais comme la présence de supporters aux foot, le son ou bruit émis par une auto apporte, que vous le vouliez ou non, un plus au sport.

Concernant la F1, d'où sort ce chiffre de coût ? Peu d'équipes y sont. Les budgets plafonnés arrivent en F1 (moins de 145 Millions de dollars) et la prochaine réglementation moteur plafonnera le coût de développement également (qui est lui excessif mais propre aux motoristes uniquement).

Enfin, vous partez du principe que le sport thermique sera délaissé par le publique pour le sport électrique. Personne ne sait. Mais pendant que la FE s'est ridiculisée récemment à cause d'artifices trop présents, la F1, après des années de moins bien, reprend des part de marché alors que, selon vous, ça ne doit que baisser.

Le spectateur (et donc le ROI) ne basculera que si le spectacle est à la hauteur. Et l'électrique se développe certes, mais pour le moment, il reste loin du compte. Les progrès deviennent plus compliqués. Et la part de spectacle ne réside pas que dans les performances intrinsèques des véhicules.

Par

Et que rajouter lorsque l'on voit du rally raid électrique plein désert , il sort d'où le courant pour recharger ?

Ben des bons vieux groupes électrogènes qui eux carburent au bon pétrole :bien:

Par

Quand je vais au rallye du mont-blanc c'est pas pour voir des caisses qui font un bruit d'aspirateur.

Ricidule !!!

Le VE c'est pas les garçons, le thermique pour les hommes.

Par

Le bruit des F1 à Magny-Cours, je m'en souviendrais toute ma vie. :lover:

J'ai toujours aimé la F1 parce que c'est la recherche de la perfection, l'ingénierie à son extrême ou tout est étudié, tout est calculé (jusqu'à l'épaisseur des vernis)...

La Formule E ? Absolument rien a branler de ces voiturettes à piles a la vitesse de pointe d'une Clio d'il y a 10 ans. :nanana:

Ces "courses" où il faut changer de châssis dans les stands car l'autonomie est ridicule (et le temps de recharge ultra long, comme les VE en vrai).

Ces "courses" ou tout le monde tombe en panne à la fin faute d'autonomie (cf Valence), quelle mascarade. :ptèdr:

Par

En réponse à Otonei

Le bruit des F1 à Magny-Cours, je m'en souviendrais toute ma vie. :lover:

J'ai toujours aimé la F1 parce que c'est la recherche de la perfection, l'ingénierie à son extrême ou tout est étudié, tout est calculé (jusqu'à l'épaisseur des vernis)...

La Formule E ? Absolument rien a branler de ces voiturettes à piles a la vitesse de pointe d'une Clio d'il y a 10 ans. :nanana:

Ces "courses" où il faut changer de châssis dans les stands car l'autonomie est ridicule (et le temps de recharge ultra long, comme les VE en vrai).

Ces "courses" ou tout le monde tombe en panne à la fin faute d'autonomie (cf Valence), quelle mascarade. :ptèdr:

MDR :biggrin::bien:

Par

Sinon l'article ne me semble pas très objectif, surtout sur un site auto, pourquoi tant de bien pensance ? La dose vaccinale aurait-elle castrée le journaliste ?

Par

En réponse à MM27

Une fois de plus, un article plein de mépris rédigé par Mr Holtz.

Que vous soyez anti-thermique, pourquoi pas. Mais le journaliste doit se montrer un peu moins partial ! Le choix de vos mots transpirent ce mépris.

Pour réagir aux mots vacarmes pour décrire le son émis par une thermique, qu'il ne vous plaise pas, soit. Mais comme la présence de supporters aux foot, le son ou bruit émis par une auto apporte, que vous le vouliez ou non, un plus au sport.

Concernant la F1, d'où sort ce chiffre de coût ? Peu d'équipes y sont. Les budgets plafonnés arrivent en F1 (moins de 145 Millions de dollars) et la prochaine réglementation moteur plafonnera le coût de développement également (qui est lui excessif mais propre aux motoristes uniquement).

Enfin, vous partez du principe que le sport thermique sera délaissé par le publique pour le sport électrique. Personne ne sait. Mais pendant que la FE s'est ridiculisée récemment à cause d'artifices trop présents, la F1, après des années de moins bien, reprend des part de marché alors que, selon vous, ça ne doit que baisser.

Le spectateur (et donc le ROI) ne basculera que si le spectacle est à la hauteur. Et l'électrique se développe certes, mais pour le moment, il reste loin du compte. Les progrès deviennent plus compliqués. Et la part de spectacle ne réside pas que dans les performances intrinsèques des véhicules.

+1

Bien résumé !

Par

En réponse à Otonei

Sinon l'article ne me semble pas très objectif, surtout sur un site auto, pourquoi tant de bien pensance ? La dose vaccinale aurait-elle castrée le journaliste ?

Comment lobotomiser la pensée...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire