Publi info
 

Jean-Philippe Sabatier, directeur du marketing Suzuki France : pas de voiture électrique ou autonome au programme… - Les boss de l'auto en direct du Mondial 2018

Dans Salons / Salon de Paris

Suzuki présente trois nouveautés au Mondial et se flatte d’être le constructeur le plus rentable au monde. Un exploit peut-être lié à son peu d’intérêt pour la voiture électrique et à son manque d’implication dans la voiture autonome.

Jean-Philippe Sabatier, directeur du marketing Suzuki France : pas de voiture électrique ou autonome au programme… - Les boss de l'auto en direct du Mondial 2018

C’est une devinette à laquelle très peu de monde aurait su répondre. Quel est le constructeur le plus rentable au monde depuis le début de cette année et quel est celui qui expose pas moins de trois nouveautés dans le prestigieux Hall 1 du Mondial de l’automobile ? Rares sont ceux qui auraient nommé Suzuki. Et pourtant, le modeste japonais a devancé tous les grands dans le baromètre publié périodiquement par le grand cabinet d'audit et de conseil E&Y. Et si BMW détenait la première place l’an passé, Suzuki lui a désormais grillé la politesse. Mais comment le 8e constructeur mondial parvient-il à faire mieux que les géants, le trio allemand (Audi, BMW, Mercedes), l’Alliance Renault-Nissan et même Toyota ?

 Jean-Philippe Sabatier, directeur du marketing de la filiale française, a bien sa petite idée. Mais pas question de révéler le secret de cette rentabilité. « On a un certain savoir-faire, mais je ne vais pas vous livrer les ficelles. » Si ce n’est lui qui livre les ingrédients de la réussite de Suzuki, ce seront donc ses produits : fiables, avec une excellente image, comme le Jimny. La précédente version aura battu le pavé, et les ornières, pendant deux décennies avant de laisser la place au nouveau modèle dévoilé au Mondial.

 

Le nouveau Jimny, vingt ans d'écart avec la première version.
Le nouveau Jimny, vingt ans d'écart avec la première version.

Problème, s’il est toujours aussi craquant, pratique et sûrement, costaud, il pâtit d’un sérieux malus. A son prix de base, peu élevé, de 17 395 euros, il faut rajouter 2 940 euros de taxes. Et c’est peu comparé à la version équipée d’une boîte auto qui écope quant à elle d’un malus de 10 500 euros. La peine maximale et incompressible prévue par la loi. De quoi rendre la voiture invendable ? Selon Jean-Philippe Sabatier, c’est loin d’être le cas : « Le Jimny a une grosse clientèle professionnelle. Et elle n’est pas concernée par le malus. »

L'électrique en retard, la voiture autonome dans le lointain

Un souci de taxe que d’autres modèles n’ont pas. Au point que le boss du marketing français explique que certains d’entre eux, équipés comme l’Ignis ou la Swift, de l’hybridation légère du moteur 1,0 l Boosterjet SHVS, « font mieux en matière d’émissions avec les nouvelles normes que les anciennes ». Du moins avec la norme NEDC corrélée, homologation transitoire en place depuis le premier septembre. Pour autant, si Suzuki est un bon élève en matière de normes, il n’en va pas de même en matière de projection dans le futur. La voiture électrique n’est pas encore au programme, même si elle doit être testée en Inde pour un lancement en 2020. Quant à la voiture autonome, elle ne semble pas figurer dans les priorités du japonais. Peut-être que son secret de rentabilité tient dans les économies réalisées en matière de recherche & développement ?

Commentaires (13)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Toute façon sus qui qui ou Dacia c’est même combat, mêmes bouses:fleur:

Par

" Le Jimny a une grosse clientèle professionnelle. Et elle n’est pas concernée par le malus. "

Il aura donc fallu l'interview de ce néo-barbu directeur marketing Suzuk' pour en obtenir confirmation..

eh bien vas y Jean Phi-Phi, crache ta Valda, présente là nous ta version deux places, puisque les autres seront quasi-invendables sur notre territoire...

Par

Je pense que Suzuki avec ses marches a niches ici ou autres Japon /Inde avec ses k-cars ou vans et utilitaires reste sage .Ses partenariats avec Fiat ou Nissan a l'etranger lui suffit .Peut etre integrer un grand groupe .

Par

reste que pour le marché européen, voire chinois, ne pas proposer d'électrique à terme risque d'être très pénalisant.:bah:

Par

En réponse à mynameisfedo

reste que pour le marché européen, voire chinois, ne pas proposer d'électrique à terme risque d'être très pénalisant.:bah:

Suzuki ne vend quasiment plus rien en Chine Saccapuces.... mais largement n°1 en Inde avec son allié Maruti... un choix comme un autre qui a date paye....

Ne pas péter plus haut que son c..., telle est la stratégie de la marque.

Qui devrait toutefois songer à soigner à mi nima le design de nombre de ses véhicules...une ligne agréablement dessinée ne coûte pas plus chez qu'un sketch balourd...

Par

Oui ;Maruti en Inde et puis Suzuki c'est comme Honda ingenerie tres variee deux roue / bateaux etc...

Par

En réponse à excellence

Toute façon sus qui qui ou Dacia c’est même combat, mêmes bouses:fleur:

Suzuki n a plus à prouver ses qualités...fiabilité, robustesse, prix...Ça change des bouses françaises pas fiables er vendus à des prix exorbitants pour leur piètre qualité et leur moteur chétif

Par

Dixit le gars qui a jamais eu les moyens ou l intelligence t acheter un suzuki

Par

La mairie de Lyon vient d'annoncer l'interdiction des janvier 2019 des véhicules crit'air 4 et 5 pour les professionnels (VUL et camions) et a précisé que les crit'air 3 suivront en janvier 2021. J'espère que les professionnels "pas concernés par le malus" ne comptaient pas venir à Lyon, ni dans toutes les villes qui suivront. À noter qu'il ne s'agit pas d'une interdiction liée aux pics de pollution, c'est toute l'année ! Et ça ne concerne pas seulement l'hyper centre mais tout ce qui est à l'intérieur du périphérique, Villeurbanne et Vénissieux comprises !

Par

En réponse à Didier-971

La mairie de Lyon vient d'annoncer l'interdiction des janvier 2019 des véhicules crit'air 4 et 5 pour les professionnels (VUL et camions) et a précisé que les crit'air 3 suivront en janvier 2021. J'espère que les professionnels "pas concernés par le malus" ne comptaient pas venir à Lyon, ni dans toutes les villes qui suivront. À noter qu'il ne s'agit pas d'une interdiction liée aux pics de pollution, c'est toute l'année ! Et ça ne concerne pas seulement l'hyper centre mais tout ce qui est à l'intérieur du périphérique, Villeurbanne et Vénissieux comprises !

A madrid, c'est pire: seules les hybrides et électriques auront le droit de rouler à partir de 2019.

et ce genre de mesure risque de se propager rapidement un peu partout.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire