Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac 20 ans    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

3. L’avenir des marques PSA

La fusion des groupes PSA et FCA pourrait provoquer quelques chamboulements au sein des marques automobiles gérées par les groupes français et italo-américain. Que pourrait-il se passer chez PSA ?

Pleins feux sur la fusion PSA-FCA

Citroën

Pleins feux sur la fusion PSA-FCA

Les projets de Citroën sont en voie de finalisation. La nouvelle Citroën C4 devrait faire son apparition avant la fin de l’année, la future Citroën C5 est prévue pour 2021. Si la compacte existera en électrique (base CMP), la berline familiale aura doit à de l’hybride rechargeable (plateforme EMP2). Plus tard, on devrait voir un petit SUV sous le Citroën C3 Aircross qui reprendra la base du futur Peugeot 1008 prévu pour fin 2021. Ce ne sera pas le seul SUV de prévu puisqu’il devrait y avoir un C4 Aicross positionné entre C3 Aircross et C5 Aircross (qui vient de recevoir une motorisation hybride), et du fait de l’arrêt du monospace C4 Space Tourer, le futur Peugeot 7008 pourrait prêter sa base issue du Peugeot Traveller pour créer un C6 Aircross capable de transporter sept à neuf personnes. Avant que n’arrive la nouvelle Citroën C3 en 2023 qui reprendra la base technique CMP, on aura droit à tout un tas de nouveautés électriques. Ainsi après la petite Citroën Ami, il y aura le Citroën e-Jumpy et le e-Boxer en fin d’année 2020, le Citroën e-Berlingo en 2021 et une Citroën C4 à quatre portes en 2022, réservée au marché chinois, qui aura droit, elle aussi, à sa variante électrique.

DS Automobiles

Pleins feux sur la fusion PSA-FCA

DS 3 Crossback, DS 7 Crossback, DS 9, les voitures récentes ne manquent pas chez DS Automobiles. La prochaine nouveauté devrait être d’importance puisqu’il s’agit de la nouvelle DS 4 berline qui arrivera en 2021 et sera suivi du DS 4 Crossback en 2022. Ensuite ce sera au tour d’un grand SUV de faire son apparition en 2023, il devrait se nommer DS 8 Crossback (inspiré du concept-car DS Aero Sport Lounge) et pourrait servir à la marque de luxe de PSA pour faire son entrée sur le marché américain. Toutes ces nouveautés disposeront bien sûr de la technologie hybride rechargeable.

Opel et Vauxhall

Pleins feux sur la fusion PSA-FCA

Grâce à PSA, Opel revit et est devenue une marque profitable, ce qui ne lui était pas arrivé depuis très longtemps. La marque allemande dispose d’une belle brochette de nouveaux modèles sur base PSA : Opel Corsa, Opel Crossland X, Opel Grandland X, Opel Combo Life, Opel Zafira Life. Et ce n’est pas fini puisque le nouvel Opel Mokka X (qui circule encore très camouflé) qui arrive cette année aura une plateforme de Peugeot 2008, que la prochaine Astra prévue pour 2021 devra beaucoup à la nouvelle génération de Peugeot 308, que l’Opel Insignia, qui pourrait exister sous la forme d’un crossover partagera ses dessous avec la Peugeot 508 en 2022. Un peu avant on devrait avoir droit à l’arrivée d’un petit SUV puis d’un grand SUV 7 à 9 places. Reste le cas des mini-citadines. Les Opel Agila, Karl et Adam ayant disparu, PSA pourrait mettre à profit l’arrivée de FCA pour doter plusieurs marques de petites autos. Opel pourrait en bénéficier tandis que Fiat aurait droit à une nouvelle Panda sur une base identique (une plateforme CMP raccourcie).

Peugeot

Pleins feux sur la fusion PSA-FCA

La marque au lion possède une gamme relativement récente. Les Peugeot 508 et Peugeot Rifter ont été lancés en 2018, les Peugeot 208 et Peugeot 2008 en 2019. Toutes ses autos disposent de nouvelles plateformes comme l’EMP2. Peugeot est également à la pointe dans son programme d’électrification avec des voitures électriques (Peugeot e-208 et Peugeot e-2008), ou de l’hybride rechargeable sur les Peugeot 508 Hybrid, Peugeot 3008 Hybrid et Hybrid4. Manque pour Peugeot des SUV à chaque extrémité de la gamme. Un petit SUV (Peugeot 1008 ?) pourrait fort bien remplacer l’actuelle Peugeot 108, ce modèle reprendrait une base CMP et serait lancé vers la fin de 2021 (il pourrait être également badgé Citroën, Fiat, Opel afin de limiter les coûts et de devenir plus rapidement rentable). Tout en haut, un Peugeot 7008 (prévue pour 2023) à sept places ou neuf places trouverait tout naturellement sa place. Pour cela la base du Peugeot Traveller devrait être mise à contribution. Deux ans avant, on aura la joie de découvrir la nouvelle Peugeot 308. Celle-ci disposera d’une plateforme EMP2 évoluée et devrait recevoir des motorisations hybrides rechargeables et peut-être une motorisation 100 % électrique. Enfin, l’association avec FCA pourrait permettre à Peugeot d’aller se frotter au marché nord-américain. Une Peugeot 508 avec un bloc V6 emprunté à Alfa Romeo pourrait être une bonne idée pour tester les réactions des Américains. On peut imaginer aussi un pick-up Ram rebadgé.

SPONSORISE

Actualité Peugeot

Toute l'actualité

Forum Peugeot

Commentaires (49)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Allez, on y croit à cette fusion :bien:

Par

Le choix entre les PureTech et FireFly s'annonce compliqué car c'est vrai que Fiat est bien implanté en Amérique du Sud et je les vois mal renoncer à ce marché. Et là-bas, pas de fonctionnement à l'éthanol, pas de salut!

Je n'ai jamais conduis ni l'un ni l'autre, mais est-ce que cela serait rentable de conserver les PureTech seulement en Europe et les FireFly seulement en Amérique latine? Je ne sais pas... Finalement pourquoi ne pas combiner le meilleur des deux dans une nouvelle gamme de moteurs ?

Par

Article très complet, bien documenté, et qui n'a pas besoin je crois de commentaires additionnels.... surtout quand la situation de ce dossier peut évoluer de manière radicale dans les semaines ou les mois à venir.

Par

Espérons pour le groupe encore français que cette fusion ne se fasse pas.

Pourquoi ?

- L'idée de voir Peugeot gagner des sous aux USA est un voeu pieux : depuis le temps, Volkswagen a bien du mal là-bas par exemple.

- Le nouveau groupe ne sera plus français dans cette fusion, et dans 5 ans, le roue Agnelli prendra le contrôle du groupe et sucera PSA comme il a sucé Chrysler.

Que faut-il alors ?

- Abandonner cette fusion.

- Que PSA prenne le contrôle de FCA par un rachat partiel ou total de FCA. Par exemple, en rachetant 51 pour 100 des parts de FCA pour ensuite donner des perspectives au groupe FCA comme PSA a pu le faire pour Opel.

Cette fusion est un piège pour PSA et à ceux qui me répondront qu'il faut absolument grossir pour survivre : regardez GM qui était il y a quelques années numéro 1 et qui se porte plutôt mal ou le groupe Renault- Nissan comme cela a fait pssscchhhiitt.

Cela d'autant que le groupe FCA est en grande difficulté, sur l electrique , l'autonomie, ses marques en Europe. Ce sera une charge pour PSA et un frein à son développement.

C'est mon avis, je le partage avec vous et je vous autorise même à en prendre un morceau.

Par

En réponse à roc et gravillon

Article très complet, bien documenté, et qui n'a pas besoin je crois de commentaires additionnels.... surtout quand la situation de ce dossier peut évoluer de manière radicale dans les semaines ou les mois à venir.

Et tu viens commenter pour dire que ce n'est pas la peine de commenter , :biggrin::biggrin: T'es grave quand même !!

Par

:rs::voyons:ce qui serait intéressant , ce serait de connaître les réactions de la famille Peugeot ( surtout Marie-Hélène)

je ne pense pas que Pierre Peugeot aurait approuvé, déjà Dongfeng !!!!!!!!!!!!!:ddr::voyons::rs:

Par

Que ça relance alfa Romeo

Par

En réponse à Commandek

Le choix entre les PureTech et FireFly s'annonce compliqué car c'est vrai que Fiat est bien implanté en Amérique du Sud et je les vois mal renoncer à ce marché. Et là-bas, pas de fonctionnement à l'éthanol, pas de salut!

Je n'ai jamais conduis ni l'un ni l'autre, mais est-ce que cela serait rentable de conserver les PureTech seulement en Europe et les FireFly seulement en Amérique latine? Je ne sais pas... Finalement pourquoi ne pas combiner le meilleur des deux dans une nouvelle gamme de moteurs ?

il y aura de toute façon de nouveaux moteurs à terme, mais je pense plus une évolution de l'existant; soit de ceux de PSA, soit de ceux de FCA. ils décideront de ce qu'il y aura d emieux à faire, mais dans les critères de choix, la problématique co2 sera clairement prédominante = pas le choix.:bah:

Par

En réponse à Pierre du 90

Espérons pour le groupe encore français que cette fusion ne se fasse pas.

Pourquoi ?

- L'idée de voir Peugeot gagner des sous aux USA est un voeu pieux : depuis le temps, Volkswagen a bien du mal là-bas par exemple.

- Le nouveau groupe ne sera plus français dans cette fusion, et dans 5 ans, le roue Agnelli prendra le contrôle du groupe et sucera PSA comme il a sucé Chrysler.

Que faut-il alors ?

- Abandonner cette fusion.

- Que PSA prenne le contrôle de FCA par un rachat partiel ou total de FCA. Par exemple, en rachetant 51 pour 100 des parts de FCA pour ensuite donner des perspectives au groupe FCA comme PSA a pu le faire pour Opel.

Cette fusion est un piège pour PSA et à ceux qui me répondront qu'il faut absolument grossir pour survivre : regardez GM qui était il y a quelques années numéro 1 et qui se porte plutôt mal ou le groupe Renault- Nissan comme cela a fait pssscchhhiitt.

Cela d'autant que le groupe FCA est en grande difficulté, sur l electrique , l'autonomie, ses marques en Europe. Ce sera une charge pour PSA et un frein à son développement.

C'est mon avis, je le partage avec vous et je vous autorise même à en prendre un morceau.

Mais... PSA est-il vraiment français? :bah:

à l'heure de la mondialisation... même remarque pour Renault, d'ailleurs.

et FCA est-il vraiment italien?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire