Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

La beauté des laides - Suzuki X90 : inutile, désagréable, mais tellement fiable

Dans Rétro / Autres actu rétro

Le 4x4 coupé-cabriolet-targa n'aura marqué ni l'histoire de l'automobile ni les finances de sa marque, les clients l'ayant largement boudé. Commercialisé en 1996, il est arrêté peu de temps après. La généralement prudente marque Suzuki n'aura pas cette fois échappé au syndrome de la fausse bonne idée. Pourtant, cette auto possède des qualités que de grands blasons n'ont pas toujours, et notamment sa fiabilité.

La beauté des laides - Suzuki X90 : inutile, désagréable, mais tellement fiable"Moi je ne m'assieds pas là-dedans, je préfère rentrer en snowboard. Même s'il n'y a pas de neige."

 

 

Après tout, un crossover n'est qu'un mélange des genres. Et s'il fallait une synthèse malencontreuse de ce type d'exercice, le Suzuki X90 serait tout désigné. Coupé, cabriolet, 4x4, roadster : il est tout cela à la fois. Sauf que pas grand monde n'a réellement besoin d'un tel cocktail. On nous rétorquera que nombre d'objets parfaitement inutiles ont du succès, mais pas lui. Il n'en a jamais eu au cours de sa très courte carrière de deux ans. Peut-être car il lui manquait un tout petit ingrédient pour arriver au firmament : une cohérence esthétique.

Haut et court : le X90 est effectivement haut sur pattes et sa carrière fut courte.
Haut et court : le X90 est effectivement haut sur pattes et sa carrière fut courte.

Mais revenons au début des années quatre-vingt-dix. Une époque où Suzuki a le nez creux et s'aperçoit, à juste titre, que les consommateurs, surtout américains, commencent à apprécier les petits tout-terrain des villes. Le japonais dispose bien d'un Jimny ex-Samouraï, mais celui-ci est en service depuis 1981 et il est un tantinet rustique. Alors comment proposer une auto plus confortable, au look fun et jeune ? Une voiture urbaine et estivale qui puisse séduire les populations plutôt aisées et friandes de jouets, de Malibu à Palavas-les-Flots ?

Un succès piège au salon de Tokyo 1993

L'idée du mélange des genres germe alors du côté de Hamamatsu, le siège japonais du constructeur. Mais certains cadres sont réticents en découvrant le prototype. Ils réclament l'avis du public. Ce sera chose faite. À la fin de l'année 93 se déroule, comme tous les mois de novembre, le salon de Tokyo. L'engin trône au centre du stand Suzuki sous la forme d'un concept-car. Le succès est immédiat, la foule en redemande. Les commentaires, retranscrits par les sondeurs maison qui interrogent les visiteurs sont enthousiastes. Les cadres réticents sont douchés et la décision de produire le X90 est prise.

Un habitacle découvrable aussi beau qu'une Porsche 911 Targa. Ou presque.
Un habitacle découvrable aussi beau qu'une Porsche 911 Targa. Ou presque.

Le public a toujours raison, certes. mais le visiteur enthousiaste des salons n'est pas forcément celui qui achète en concessions. Suzuki va l'apprendre à ses dépens en 1996, lors du lancement de sa drôle d'auto. Les journalistes qui essaient l'auto font la moue et les acheteurs ne se précipitent pas du tout. C'est que l'auto n'a que deux uniques places. Derrière les sièges avant, le peu d'espace sert à une seule chose : ranger les deux parties du toit qui s'enlève façon Porsche 911 Targa. Bien sûr, il y a un coffre, sauf qu'il n'embarque que 237 litres. Et qu'est-ce que ces deux leviers de vitesses ? La clientèle ciblée se le demande et n'est pas vraiment adepte de la boîte courte des franchisseurs.

Un Vitara revisité

Ce double levier n'existe à bord du X90 que pour une seule raison : toute la partie mécanique de l'engin est héritée du Vitara, qui dispose lui aussi de deux leviers et d'une boîte courte. Du coup, le drôle de cabriolet tout-terrain se voit affublé de cette double peine, qui lui permet d'évoluer dans des conditions extrèmes, mais qui n'est pas indispensable pour affronter les trottoirs, puisque c'est surtout à cet usage qu'il est destiné. Il dispose également du moteur du Vitara : un 1.6 16S essence de 95 ch. C'est d'ailleurs le seul et unique bloc qui aura les faveurs du drôle d'engin. Un tel équipage ne pouvait donc logiquement  remplir les conditions indispensables à une voiture plaisir : le plaisir, justement. Car si un Vitara de cette époque-là possédait beaucoup de qualités, sa vélocité et la rigueur de son châssis sur route n'étaient pas ses points les plus forts.

Si l'extérieur est censé être fun, l'intérieur est d'une tristesse que le tissu des sièges et des garnitures de portes ne saurait rehausser, même si, dans cette version à boîte auto, les deux leviers de vitesses inutiles et disgrâcieux ont disparu.
Si l'extérieur est censé être fun, l'intérieur est d'une tristesse que le tissu des sièges et des garnitures de portes ne saurait rehausser, même si, dans cette version à boîte auto, les deux leviers de vitesses inutiles et disgrâcieux ont disparu.

Résultat des courses : c'est une catastrophe internationale. Même les Américains, pourtant adeptes d'autos inutiles, n'en achèteront guère plus de 7 000 durant toute la vie de la voiture. Une vie très courte d'ailleurs, car les dirigeants de Suzuki comprennent vite l'étendue du désastre et arrêtent les chaînes de fabrication un peu plus d'un an après le début de la mise en production de ce X90, en 1997. Mais l'engin n'a pas dit son dernier mot et les stocks d'invendus sont si impressionnants que l'auto sera encore au catalogue, sur certains marchés, jusqu'en 1999. La voiture aura même droit, en France, à une série limitée "Philippe Cousteau". Mais, en dépit de l'intervention du fils du commandant au bonnet rouge, l'auto s'est échouée au cimetière marin des bides de l'automobile.

Il faut sauver le soldat X90

13 ans après la fin du règne très court de ce Suzuki X90, il n'est toujours pas sorti du purgatoire des ratés de l'histoire, à l'inverse d'une Renault Avantime qui s'est très mal vendue de son vivant avant de devenir culte et de voir ses prix monter sur le marché de la collection, moins de 10 ans après la fin de sa commercialisation. Mais le X90 n'a pas eu cette chance, du moins pas pour le moment. Mais qui peut prédire l'avenir ? Pourtant, le 4x4-coupé-cabriolet maudit aurait déjà pu connaître une seconde carrière au panthéon du kitch, grâce à Redbull. Le fabricant de soda l'a en effet exhumé pour le transformer en voiture de promotion avec une canette fixée sur son coffre.

Une version Redbull du X90 avec sa jolie canette sur le coffre.
Une version Redbull du X90 avec sa jolie canette sur le coffre.

 Malgré cette valeureuse tentative, pas le moindre collectionneur ne s'est pour le moment aventuré à tenter de spéculer sur l'engin. C'est d'autant plus incompréhensible que des engins d'autres marques, comme Jaguar, Rolls-Royce ou Ferrari, trouvent grâce à leurs yeux. Ils ont certes quelques longueur d'avance en terme de design et de puissance. Mais pour le critère de fiabilité, le X90, comme l'ensemble des modèles de la gamme Suzuki, leur dame largement le pion. En plus, les autos de Maranello  elles aussi n'ont que deux places. Des autos rouges qui ne sont pas toutes découvrables et ne sont jamais capables de crapahuter hors des sentiers battus. Autant de domaines où le Suzuki X90 marque aussi des points. Mais en vain.

Portfolio (6 photos)

En savoir plus sur : 4X4 - SUV - Crossover

4X4 - SUV - Crossover

SPONSORISE

Actualité 4X4 - SUV - Crossover

Avis 4X4 - SUV - Crossover

Avis Volkswagen Touareg 2II (2) 3.0 V6 TDI 262 FAP 4MOTION BLUEMOTION TECHNOLOGY CARAT EDITION TIPTRONIC (2015)

Par Toto53600 le 31 Mars 2020 à 11h27

Lire l'avis»

Toute l'actualité

Commentaires (35)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

J'en ai vu un ,une seule fois et à l'époque ,je l'avais trouvé mignon ce petit4x4.

Par

Après ,il était peut-être trop en avance sur son temps.... Maintenant, on voit bien des SUV coupé, cabriolet:bah:

Par

Mis à part l'aileron arrière quelque peu zonard et le volant gravide, hélas commun à bien des tires de cette époque, j'vois vraiment pas en quoi cette auto serait esthétiquement non cohérente...

Surtout comparé à bien des modèles SUV esthétiquement mal gaulés que propose la marque en 2020....

Peu pratique, peu polyvalent, ça oui.... mais moche, pardon.... :nanana:

Par

Même le coffre était d'un accès bien foutu....une vue ici.... faut virer la roue de secours, qui le plus souvent n'existe plus à notre époque.

Je pige pas trop votre commentaire sur les deux leviers de vitesse de la BVA.... la commande de la boite de transfert existe bien sur les deux versions.

https://www.pistonheads.com/gassing/topic.asp?t=1766744

Pourquoi se plaindre qu'à une époque, certaines marques savaient proposer des autos à prix accessible qui n'avaient pas que le look pour sortir un peu des routes asphaltées.

Pourquoi leur reprocher ?

Par

Pas de quoi la qualifier de laide... Par rapport à la floppée de Suv coupés ou cabriolets modernes, et vu son époque de conception et sa gamme, elle n'a pas à rougir, loin de là.

Je préfère encore voir ça qu'un Murano cabriolet, une Bmw X4 ou un Suzuki Ignis! Celle-ci me fait sourire quand les trois précitées me donneraient envie de vomir ! :ptèdr:

Par

Héhé, faute de la trouver vraiment belle, je la trouve surtout bien rigolote. Quand on voit les réalisations actuelles, entre les voitures avec des faces avant de tracteur agricole, aux allures de tuning low-cost de mauvais goût, bardés de néons de supermarché....

Par

Le lieu de la première photo a bien été choisi, il est dans le thème de la voiture : le bide :brosse:.

( Les stations de ski artificielles n'ont également pas été un grand succès ).

Par

Il est vrai qu'on pourrait la croire s'être fait prendre en sandwich entre 2 poids lourds. une version un peu moins haute aurait peut-être été plus judicieuse, à l'image d'une catheram, mais sans aller trop loin non plus.

Sinon, pour une stricte 2 places, la capacité du coffre reste tout à fait acceptable, et d'ailleurs bien supérieure à celui de la eHonda.:bah:

Par

Vous l'appréciez car c'est une petite voiture. Rien de plus, rien de moins.

Une petite voiture,targa, 2 places,en propulsion ou en 4rm. Une petite voiture de plage ou de ville. Mais pour rouler par contre ...

Par

A mon sens, l'article se suffit à lui-même : cette voiture ne s'est pas vendu et ne se vend toujours pas en tant que collection. Après que quelques uns se précipitent à être le premier à contredire l'article et à tirer sur ce qui se vend aujourd'hui ne change pas grand chose : cette voiture ne risque pas beaucoup plus de trouver preneur, et les autres de se vendre.

Perso, j'aimerais bien qu'un propriétaire (ou ex-propriétaire) s'exprime ici. Ça c'est intéressant, non ?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire