Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Prise en mains vidéo - Alfa Romeo Stelvio MY20 : en attendant mieux

Dans Nouveautés / Restyling

Alfa Romeo met à jour son modèle phare. À défaut de proposer un vrai restylage de mi-carrière, le Stelvio millésime 2020 corrige ses principaux défauts. Suffisant pour redonner du souffle à ses ventes ? Réponse au volant de la version 2.2 diesel de 190 ch.

Prise en mains vidéo - Alfa Romeo Stelvio MY20 : en attendant mieux

Note

des propriétaires

En bref 

A partir de 39 900 €*
Nouvelle interface multimédia
Nouvelles aides à la conduite

 Pour Alfa Romeo, le Stelvio, que nous avions essayé à sa sortie, n’est pas une simple voiture. C’est un sauveur. Le SUV est né pour relancer les ventes d’Alfa Romeo en 2017 et depuis il tient à lui seul la marque à bout de bras. Car les temps sont durs pour la firme italienne. Les ventes chutent, la gamme est réduite à trois véhicules (Giulietta, Giulia et Stelvio) et le plan produit de la marque ne fait pas vraiment rêver. Récemment, Alfa a présenté sa stratégie pour les années à venir et il faudra patienter jusqu’à 2021 pour voir la gamme s’étoffer avec l’arrivée du Tonale, le petit frère du Stelvio, et 2022 avec l’apparition d’un SUV urbain électrique sur base de Jeep Renegade. Mais tout ceci est à mettre au conditionnel puisqu’en vue du rapprochement avec le groupe PSA, les évènements pourraient prendre une tout autre direction.

D’ici là, il faut tenir. Et ce n’est chose facile sur un marché comme celui des SUV premium dominé par les constructeurs allemands. Alors pour subsister quand on a peu de marge de manœuvre, on s’adapte. À défaut d’évoluer, ce millésime 2020 corrige deux thèmes à revoir depuis sa commercialisation en 2017 : l’équipement et la qualité. Pour le restylage de mi-carrière, le vrai, il faudra patienter jusqu'en 2021.

Prise en mains vidéo - Alfa Romeo Stelvio MY20 : en attendant mieux
Prise en mains vidéo - Alfa Romeo Stelvio MY20 : en attendant mieux

Ce millésime 2020 n'apporte aucune évolution à la robe du Stelvio.

Le Stelvio a bâti sa réputation d’abord sur son physique et ensuite sur le plaisir de conduite qu’il distille. Alors pas question pour Alfa de toucher à sa pépite qui génère à elle seule la majorité des revenus de la marque. Les modifications esthétiques que suggère habituellement un restylage sont donc ici nulles. Le SUV du Biscione conserve son caractère affirmé par des lignes suaves et un regard de braise. Toutefois, la marque est l’une des rares à proposer de nombreuses séries spéciales mixant les équipements, les coloris et les kits carrosserie. On en compte déjà une demi-douzaine depuis son lancement en 2017.

Prise en mains vidéo - Alfa Romeo Stelvio MY20 : en attendant mieux
Un chargeur de smartphone par induction fait son apparition sous l'accoudoir central.
Un chargeur de smartphone par induction fait son apparition sous l'accoudoir central.
L'écran de 8'' est désormais tactile et permet d'organiser la présentation sous forme de widgets. Il est compatible Androïd Auto et Apple Carplay.
L'écran de 8'' est désormais tactile et permet d'organiser la présentation sous forme de widgets. Il est compatible Androïd Auto et Apple Carplay.

 

C’est à bord que le Stelvio évolue le plus et il en avait besoin. Le cockpit était plutôt plaisant mais les matériaux, la finition et surtout la technologie embarquée n’étaient pas au niveau. Alfa a revu sa copie et propose une console centrale légèrement réaménagée pour accueillir des rangements plus vastes ainsi qu’un chargeur à induction. La qualité de finition nous est apparue plus flatteuse que lors du premier essai réalisé en 2017. Les ajustements des plastiques, des boiseries et des habillages sont conformes au standing premium revendiqué.

Le levier de vitesses est également nouveau, tout comme le volant qui se veut plus ergonomique. Ces évolutions mineures sont compensées par la remise à niveau du système multimédia. Exit l’écran archaïque. Désormais le conducteur fait face à un écran tactile de 8,8’’ dont l’interface a été revue. Il est compatible Android et Carplay et permet de personnaliser la présentation sous forme de widgets. Les services connectés s’enrichissent d’un appel d’urgence, d’un système de contrôle et de verrouillage via un smartphone. L’offre sera complétée courant 2020 par d’autres services. Ses performances sont correctes mais la rapidité d’exécution et les graphismes n’en font toutefois pas une référence dans la catégorie.

L'espace aux places arrière est correct pour deux adultes.
L'espace aux places arrière est correct pour deux adultes.
Avec 525 litres de bases et une modularié très correcte, le coffre se place dans la bonne moyenne du segment.
Avec 525 litres de bases et une modularié très correcte, le coffre se place dans la bonne moyenne du segment.

A vivre, le Stelvio est ce que l’on peut qualifier d’élève moyen. L’espace aux places arrière est correct et le tunnel de transmission pas trop intrusif. Une banquette davantage creusée aurait renforcé le niveau de confort. Le volume de coffre atteint quant à lui 525 litres, ce qui le place dans la bonne moyenne du segment. 

 Il est beau à regarder mais surtout très plaisant à conduire, Ce Stelvio

 Alfa Romeo a mis à jour l’ensemble des motorisations avec un filtre à particules pour les blocs essence et un SCR, un piège à NOX pour les diesels. Ceci permet de limiter la casse au malus écologique, car à partir du 1 janvier 2020, les barèmes se durcissent et les montants aussi. Et ce sera pire en juin avec la nouvelle norme WLTP. À ce jeu, le Stelvio s’en sort plutôt bien car c’est un SUV léger. Il revendique 1 600 kg, soit 200 kg de moins qu’un Mercedes GLC, son concurrent allemand à finition et motorisations équivalentes. Le 4 cylindres diesel subit donc moins de contraintes. Le généreux couple de cette version 190 ch (450 Nm) est parfaitement géré par la performante boîte de vitesses à 8 rapports ZF qui offre au conducteur des passages fluides et des reprises rassurantes. L’insonorisation a aussi fait l’objet d’optimisation par l’ajout d’isolants.

Le Stelvio se distingue du commun des SUV par son agilité et son dynamisme.
Le Stelvio se distingue du commun des SUV par son agilité et son dynamisme.
L'italien offre une conduite sportive mais sait rester confortable.
L'italien offre une conduite sportive mais sait rester confortable.

Il est beau à regarder ce Stelvio, mais surtout très plaisant à conduire. Alfa a réuni tous les éléments techniques pour favoriser le dynamisme : un centre de gravité bas, des voies larges, une transmission intégrale (qui fonctionne en propulsion en usage normal), un différentiel arrière (option) et des suspensions actives font partie du « package » des versions haut de gamme. Force est de constater que le résultat est payant. Il a du tempérament avec une direction très directe, un maintien en courbe impressionnant et une répartition du couple bien gérée par le différentiel. Assurément, l’italien fait preuve de tempérament.

Renforcement notable des aides à la conduite

Le second axe d’amélioration de ce millésime 2020, c’est le renforcement notable des aides à la conduite. Ainsi le Stelvio intègre à son offre le freinage d'urgence automatique ou encore un système de conduite autonome de niveau 2 que nous avons eu l’occasion de tester en conditions réelles. Il est supposé gérer le maintien dans la voie, l’accélération, le freinage et les distances de sécurité avec les véhicules qui le précèdent. Sur trois tentatives réalisées dans les embouteillages sur autoroute, ce système a fonctionné correctement une fois. Précisons toutefois que son efficacité est soumise au bon état des infrastructures et qu'il convient de garder les mains sur le volant pour maintenir le fonctionnement. Enfin, les nouveaux propriétaires gagneront un détecteur d’angle mort et une surveillance de la somnolence.

L'Alfa Romeo Stelvio "Ti" deviendra une finition à part entière en France dès le début de l'année 2020.
L'Alfa Romeo Stelvio "Ti" deviendra une finition à part entière en France dès le début de l'année 2020.

Alfa a remanié la structure de gamme de son modèle pour le marché français. Désormais, elle débute avec la finition de base « Stelvio », suivie par la finition Super. Ensuite vient la finition Ti (tourisme international), celle de notre essai qui embarque des équipements tels que les jantes de 17 ", des inserts bois et du cuir pleine fleur sur les sièges et la planche de bord. En haut de gamme, on retrouve les finitions Sprint et Veloce. Sans oublier la méchante version Quadrifoglio MY20. A ce jour, les tarifs n’ont pas encore été établis de manière définitive mais nous ne manquerons pas de les mettre à jour. Pour rappel, la version de base du Stelvio débute à 39 900 €.

 

*Estimation sur base de la gamme 2019.

 

Informations techniques

Taux d'émission de CO2 et bonus/malus
de la version la plus écologique de : Alfa Romeo Stelvio

136 g/km - malus : 410 €

Début de commercialisation du modèle :
Alfa Romeo Stelvio

Janvier 2017

Portfolio (33 photos)

En savoir plus sur : Alfa Romeo Stelvio

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (80)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

"En attendant mieux". Tout l'art de certains essayeurs de Caradisiac de présenter un véhicule intrinsèquement très bon mais en le dénigrant déjà dans le titre de l'article.

Si au moins c'était fait avec subtilité… Mais non. Monsieur Bataille y va directement avec les gros sabots. Pourtant, en lisant le reste de l'article, on s'aperçoit que ce Stelvio a de bons arguments. C'est juste que le titre semble fait pour dissuader de lire la suite. C'était peut-être le but après tout.

Par

40 000€ la version de base d'une Alfa Romeo c'est facilement 5 à 6 000€ trop cher. Pour une marque en manque cruel d'argent et de vente, je les trouve vraiment ambitieux sur leur tarif. A ce tarif, Peugeot est presque bon marché

Par

l'essai montre encore une fois qu'alfa sait faire des voitures disposant des meilleurs chassis du marché.pour avoir eu la chance d'essayer une Giulia,j'ai été enchanté de sa précision et de son efficacité.

Par

J'ai bien aimé le chapitre

" Il est supposé gérer le maintien dans la voie, l’accélération, le freinage et les distances de sécurité avec les véhicules qui le précèdent. Sur trois tentatives réalisées dans les embouteillages sur autoroute, ce système a fonctionné correctement une fois "

Notez bien qu'il est visiblement question de se mouvoir à vitesse d'escargot dans un trafic congestionné en laissant faire la machine...

Surtout qu'ils passent leur tour quand il sera question de proposer le même service à vitesse soutenue... :peur:

Par

" Ensuite vient la finition Ti (tourisme international), celle de notre essai..."

Eh...Grands Pieds...il est où le prix de l'auto essayée ?

On doit être un peu plus loin que les 39 900 € dans l'article évoqués pour la version de base....

Par

"En attendant mieux" ou, il y a mieux ailleurs ...

Par

En réponse à Dumbphone

"En attendant mieux". Tout l'art de certains essayeurs de Caradisiac de présenter un véhicule intrinsèquement très bon mais en le dénigrant déjà dans le titre de l'article.

Si au moins c'était fait avec subtilité… Mais non. Monsieur Bataille y va directement avec les gros sabots. Pourtant, en lisant le reste de l'article, on s'aperçoit que ce Stelvio a de bons arguments. C'est juste que le titre semble fait pour dissuader de lire la suite. C'était peut-être le but après tout.

"En attendant mieux" L'essayeur parle du restylage pas du véhicule. Le restylage c'est le seul truc à se mettre sous la dent chez alfa... Ce qui est bien dommage.

Par

En réponse à Dumbphone

"En attendant mieux". Tout l'art de certains essayeurs de Caradisiac de présenter un véhicule intrinsèquement très bon mais en le dénigrant déjà dans le titre de l'article.

Si au moins c'était fait avec subtilité… Mais non. Monsieur Bataille y va directement avec les gros sabots. Pourtant, en lisant le reste de l'article, on s'aperçoit que ce Stelvio a de bons arguments. C'est juste que le titre semble fait pour dissuader de lire la suite. C'était peut-être le but après tout.

:bien:

C est exactement ça...

en lisant l article on s attend à ce qu il nous dise ce qu il pourrait avoir de mieux... mais non rien.. presque que des éloges..

alors c est quoi le mieux qu il attend ?

on attend aussi... :bah:

Par

En réponse à CrushBCT

40 000€ la version de base d'une Alfa Romeo c'est facilement 5 à 6 000€ trop cher. Pour une marque en manque cruel d'argent et de vente, je les trouve vraiment ambitieux sur leur tarif. A ce tarif, Peugeot est presque bon marché

'' A ce tarif, Peugeot est '' PRESQUE '' bon marché '' ?? C'est vrai que mettre 40k liasse dans une Peugeot 3008, en finition GT Line avec un (très) petit moteur 1.2 THP ou 1.6 HDI qui font 120-130 ou le misérable 180ch, c'est très bon marché.

La 3008 est un SUV avec bon nombre de défauts. Je sais car j'en possède une comme véhicule de Fonction. Mais je préfere 1000 fois mettre 40k € dans une Stelvio et perdre 5-10k en 3 ans (regard les annonces d'occasion t'en trouvera difficilement en dessous de 29k) que de mettre 40k € dans une 1.2 GT 180ch si c'est pour la revendre au alentours de 22-25k € en à peine 2 ans. Et je sais de quoi je parle une nouvelle fois car j'en ai fais un nombre incalculable de recherches! Et je peut vous assurer le Stelvio est l'un des SUV le plus fiables du marché.

Par

En réponse à CrushBCT

40 000€ la version de base d'une Alfa Romeo c'est facilement 5 à 6 000€ trop cher. Pour une marque en manque cruel d'argent et de vente, je les trouve vraiment ambitieux sur leur tarif. A ce tarif, Peugeot est presque bon marché

Sauf que pour moins cher chez Peugeot, on a 130 ch (essence ou diesel) au lieu de 160 ch diesel sur un Stelvio. Et l'équipement n'est probablement pas le même donc compliqué à comparer. Au final le ticket d'entrée est certes élevé, mais a équipement comparable, les prix sont proches.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire