Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Renault Vel Satis essence (2002-2009) : sous la laideur, le confort, dès 1 500 €

Dans Rétro / News rétro

Derrière sa ligne pour le moins baroque, la Renault Vel Satis cache un confort exceptionnel qui, aujourd’hui encore, en fait une voiture de choix pour qui aime voyager loin sans se fatiguer. Le tout, à un tarif discount !

La Renault Vel Satis, ici en 2002, n’est pas belle, mais ce qu’on est bien dedans ! Un peu comme dans des charentaises…
La Renault Vel Satis, ici en 2002, n’est pas belle, mais ce qu’on est bien dedans ! Un peu comme dans des charentaises…

S’il est une voiture qui synthétise à merveille la période noire qu’a traversée Renault au début des années 2000, c’est bien la Vel Satis. D’abord le design. Complètement loupé. On a l’impression que l’avant, le profil et la poupe ont été dessinés par trois équipes différentes et qui se détestaient.

J’exagère, mais il y a de ça. Renault est une immense entreprise, presque un pays, avec ses stratégies politiques et ses batailles de clans. Pour la Vel Satis, tout avait pourtant bien commencé, le concept Initiale de 1995 annonçant des choses très intéressantes pour le haut de gamme Renault.

Le concept Initiale de 1995 laissait entrevoir de belles choses pour le haut de gamme Renault. L’avant, inspiré de celui de la 40 CV, influencera celui de la Vel Satis.
Le concept Initiale de 1995 laissait entrevoir de belles choses pour le haut de gamme Renault. L’avant, inspiré de celui de la 40 CV, influencera celui de la Vel Satis.

Mais juste quand ce prototype est dévoilé, Patrick Le Quément, patron du design du Losange, se voit confier la direction de la qualité, en plus de ce qu’il accomplissait déjà. Alors, forcément, il devient moins présent pour défendre les activités de ses équipes, et la direction technique, plutôt conservatrice, entend reprendre le dessus sur les designers. Elle demande à ce que la future Vel Satis soit dessinée de l’intérieur vers l’extérieur, qui devra s’adapter.

Or, on lui imagine un habitacle immense, tout en hauteur et difficile à habiller. Surtout que le patron n’est que rarement là pour aider au dessin, occupé qu’il est dans des discussions incessantes sur la qualité. Aussi, les frictions entre tenants du style et de la technique sont fréquentes, et le projet Vel Satis avance difficilement. Louis Schweitzer, PDG de Renault et auparavant proche de Le Quément, au lieu de soutenir ce dernier qui ne voulait pas d’un véhicule aussi haut, tente d’obtenir un compromis entre les deux camps. Cela débouche sur une Vel Satis horriblement mal proportionnée.

La Vel Satis, à sa sortie en 2001, laisse le grand public dubitatif quant à son esthétique.
La Vel Satis, à sa sortie en 2001, laisse le grand public dubitatif quant à son esthétique.

Mais le pire n’est pas là, car si on passe outre son look bizarre, on découvre dans la grande Renault un habitacle vraiment somptueux, ce qui peut convaincre une clientèle habituée aux excentricités esthétiques du constructeur. Celui-ci a réussi à se forger une bonne image en termes de qualité, depuis le lancement de la très réussie R19 en 1988.

Or, dans la deuxième moitié des années 90, on cherche absolument à comprimer les frais de développement. Pour ce faire, on décide de digitaliser les tests d’endurance, ce qui revient bien moins cher que de faire parcourir des millions de kilomètres réels à des prototypes, surtout si on demande aux ingénieurs de les abréger au maximum. L’élément central de la catastrophe est là.

La Vel Satis joue la surélévation pour offrir plus d’espace à ses passagers, démarche que suivra l’Opel Signum avec un peu plus de succès commercial mais guère…
La Vel Satis joue la surélévation pour offrir plus d’espace à ses passagers, démarche que suivra l’Opel Signum avec un peu plus de succès commercial mais guère…

La Vel Satis, présentée en 2001, au salon de Genève, fait énormément parler d’elle à cause de sa ligne. Mais, au-delà de son aspect controversé, c’est une excellente voiture. Spacieuse, confortable, très bien équipée et nantie de belles qualités routières. Elle dispose par ailleurs de moteurs performants : en essence, un 2,0 l turbo de 165 ch et surtout un 3,5 l V6 Nissan de 241 ch !

En diesel, elle adopte le 2,2 l dCi, en 115 et 150 ch, ainsi qu’un V6 3,0 l dCi d’origine Isuzu, développant 180 ch. Toutes les versions disposent d’un ESP, d’un régulateur de vitesse, d’une clim bizone, de feux automatiques, de 8 airbags, d’un lecteur CD : belle richesse. À cette dotation faisant de l’Expression une entrée de gamme attirante, la Privilège ajoute le radar de recul, les sièges électriques chauffants, les projecteurs au xénon, le chargeur CD, l’Alcantara…

Au-dessus, l’Initiale se pare d’une sellerie cuir, de parements en bois, de jantes de 18, et de rétros photosensibles notamment. Le luxe quoi. En V6 essence, la motorisation qui nous intéresse ici, elle coûte 42 100 € en Privilège et 46 700 € en Initiale, soit respectivement 53 300 € et 59 100 € actuels selon l’Insee. Pas bradée !

La lunette arrière en bulle rappelle celle de la R25 mais ne s’intègre pas du tout à la ligne. Ici, une Vel Satis de 2002.
La lunette arrière en bulle rappelle celle de la R25 mais ne s’intègre pas du tout à la ligne. Ici, une Vel Satis de 2002.

Pourtant, les ventes commencent bien (près de 20 000 unités en 2002), signe que l’aspect extérieur ne rebute pas tant que ça la clientèle. Hélas, mille fois hélas, celle-ci constate bien vite que la voiture n’est pas fiable. Du tout. L’électronique n’est pas au point, engendrant une avalanche de dysfonctionnements, et les diesels cassent, aussi bien le 2,2 l que le 3,0 l. Du coup, les ventes plongent dès 2003 !

Établies sur la même base et dans les mêmes conditions, les Laguna II et Espace IV connaîtront également de gros problèmes. Tout le travail effectué pour restaurer l’image qualitative de Renault disparaît dans la fumée des turbos cassés. Le constructeur peine à résoudre les avaries, souvent répétitives, et organise certes un grand rappel en 2003, mais il faut attendre le restylage (très léger) de 2005 pour que la Vel Satis atteigne un niveau de fiabilité correct.

Evoluant très peu et ne se vendant plus qu’au compte-gouttes, la grande Renault quitte la scène en 2009, non sans avoir reçu en 2006 l’excellent 2,0 l dCi de 150 ch. 62 201 unités ont été produites, bien loin des 50 000 annuellement prévues, qui eussent été possibles sans toutes ces pannes. Surtout que de l’autre côté du Rhin, la Mercedes Classe E W211, lancée en 2002, a, elle aussi, été d’un manque de solidité ahurissant. Dans le haut de gamme, Renault ne se remettra jamais de cette occasion manquée.

L’intérêt principal de la Vel Satis réside dans son habitacle spacieux, bien dessiné et ultra-confortable.
L’intérêt principal de la Vel Satis réside dans son habitacle spacieux, bien dessiné et ultra-confortable.

Combien ça coûte ?

C’est simple, les Vel Satis, personne n’en veut. Aussi est-il possible de se dégotter une 2,0 l Turbo correcte pour 1 500 €, alors qu’une V6 exigera 2 000 € au minimum. On parle d’exemplaires sains mais dépassant les 200 000 km. À moins de 150 000 km, ajoutez 1 000 €, mais n’hésitez pas à dépenser plus pour une Vel Satis vraiment impeccable. Les plus belles autos dépassent rarement les 5 000 €.

En 2005, la Vel Satis est légèrement restylée : notez les barrettes de calandre désormais horizontales et non plus verticales.
En 2005, la Vel Satis est légèrement restylée : notez les barrettes de calandre désormais horizontales et non plus verticales.

Quelle version choisir ?

Tant qu’à faire, optez pour une V6 Initiale, la plus puissante et la mieux équipée de toutes les Vel Satis : ça ne coûte pas vraiment plus cher ! Cela dit, la 2,0 l T est recommandable car son moteur fait très bien son travail.

Sur les Vel Satis restylées, le bas des feux arrière est désormais totalement transparent.
Sur les Vel Satis restylées, le bas des feux arrière est désormais totalement transparent.

Les versions collector

Difficile de parler de collector avec une Vel Satis, du moins pour le moment. Mais, là encore, une V6 Initiale impeccable totalisant moins de 50 000 km sera à préserver, surtout un exemplaire restylé.

Le V6 3,5 l d’origine Nissan ne présente pas de défaut particulier, mais ses capteurs ont dû être remplacés lors d’un rappel en 2003.
Le V6 3,5 l d’origine Nissan ne présente pas de défaut particulier, mais ses capteurs ont dû être remplacés lors d’un rappel en 2003.

Que surveiller ?

On peut estimer que vu l’âge des autos en circulation, elles auront résolu leurs soucis. Mais dans le doute, assurez-vous que tout fonctionne, surtout la carte de démarrage, le frein de parking, les vitres électriques et la clim. Mécaniquement, c’est du solide : bonne surprise ! La V6 a tout de même été rappelée en 2003 pour un changement des capteurs moteur, puis en 2006 pour une reprogrammation du boîtier d’injection. Avantage, son bloc bénéficie d’une distribution par chaîne, ce qui simplifie la maintenance.

Pas de soucis particuliers pour le 2,0 l, le F4RT qui a démontré sa grande robustesse dans de multiples modèles. Il faut simplement en changer la courroie de distribution régulièrement. En revanche, sa boîte 6 manuelle a connu des casses, avant 100 000 km, alors que l’unité automatique Aisin, si elle est vidangée en temps et en heure, se révèle solide. Les deux versions étant lourdes, on surveillera aussi l’état des rotules de suspension, des freins et des pneus. Le bilan global n’est donc pas si mauvais, surtout que la tôlerie et la finition intérieure vieillissent plutôt bien.

De belles qualités dynamiques pour la Vel Satis, ici une Initiale de 2004. Le toit ouvrant est en option.
De belles qualités dynamiques pour la Vel Satis, ici une Initiale de 2004. Le toit ouvrant est en option.

Au volant

Épouvanté par l’esthétique de la Vel Satis, je me réfugie vite à l’intérieur. Et là, dans cette V6 Initiale de 2004, c’est l’extase. Déjà, l’habitacle est immense. Ensuite, les sièges avant, au dossier articulé, se révèlent amples et moelleux tout en procurant un bon maintien : ils procurent un confort extraordinaire.

Enfin, la finition affiche un sérieux assez étonnant, tandis que les détails raffinés abondent, tels ce parement en bois face au passager qui cache des rangements, ou la ceinture de sécurité qui se pose délicatement sur l’épaule, sans la serrer. Elle est solidaire du siège et non fixée au montant central.

On est assis en hauteur dans la Renault, plus que dans une berline mais moins que dans un monospace, ce qui donne un point de vue sur la route panoramique et fort plaisant.

Magnifique tableau de bord dans cette Vel Satis Initiale de 2004. La finition est d’un très bon niveau et l’équipement, pléthorique, comprend le GPS.
Magnifique tableau de bord dans cette Vel Satis Initiale de 2004. La finition est d’un très bon niveau et l’équipement, pléthorique, comprend le GPS.

A la mise en route, le moteur est quasi inaudible, et le demeure par la suite, ne diffusant dans le cockpit qu’un feulement rauque et lointain. La boîte, un peu lente, agit tout en douceur, à l’instar de la suspension, filtrant efficacement les aspérités. En somme, la sérénité règne à bord.

Vu le poids, les performances ne sont pas ébouriffantes, mais le châssis révèle un dynamisme assez inattendu. La direction, précise, contribue à cette vivacité, alors que la tenue de route impressionne, de même que l’amortissement, assurant un bon maintien de caisse sans nuire au confort. Enfin, le freinage puissant rassure. Du beau travail !

En somme, une grande berline très plaisante à conduire, et pratique avec son hayon combiné à une banquette rabattable. Dommage qu’elle consomme beaucoup : 12,5 l/100 km en moyenne. Mais on peut toujours installer un boîtier E85 pour réduire la facture de carburant de ce vaisseau autoroutier au rapport prix/prestations imbattable !

L’alternative youngtimer

Renault 25 V6 (1984-1991)

En 1985, la Renault 25 V6 Turbo inaugure la version à manetons décalés du V6 PRV.
En 1985, la Renault 25 V6 Turbo inaugure la version à manetons décalés du V6 PRV.

Tout comme la Vel Satis, la R25, révélée fin 1983 et commercialisée en 1984, connaît en début de carrière des soucis de fiabilité. Mais ceux-ci ne concernent presque jamais la mécanique, très solide en essence comme en diesel. De sorte que la 25 connaît une très belle carrière commerciale.

En haut de gamme, la V6 propose un bel équipement, qui complète un grand confort et un espace habitable conséquent. Malheureusement, la finition reste médiocre. Sous le capot, le 2,6 l de 144 ch procure des performances estimables mais boit beaucoup. En 1985, il reçoit un turbo qui booste la puissance à 182 ch et affole les chronos : les allemandes n’ont qu’à bien se tenir !

Fin 1987, le V6 atmo bénéficie des manetons décalés de son variant suralimenté, qui adoucissent son fonctionnement, alors que nanti de 2,85 l de 160 ch, il gagne en punch. En 1988, la 25 bénéficie d’un important restylage qui profite aussi grandement à la finition, surtout avec la nouvelle déclinaison hyper-luxueuse Baccara.

En 1990, le V6 turbo passe à 205 ch et la 25 V6 termine sa carrière en 1991, en ayant constamment évolué. Produite à 780 976 unités toutes versions confondues, la grande Renault reste le dernier haut de gamme français à avoir rencontré un vrai succès commercial…

En 2005, la Vel Satis restylée change de graphisme de ses cadrans ainsi que son système GPS, désormais commandé par un petit joystick au pied du levier de vitesses.
En 2005, la Vel Satis restylée change de graphisme de ses cadrans ainsi que son système GPS, désormais commandé par un petit joystick au pied du levier de vitesses.

Renault Vel Satis V6 3.5 (2004), la fiche technique

  • Moteur : 6 cylindres en V, 3 498 cm3
  • Alimentation : injection
  • Suspension : jambes McPherson, ressorts hélicoïdaux, barre antiroulis (AV) ; essieu multibras, ressorts hélicoïdaux, barre antiroulis (AR)
  • Transmission : boîte 5 automatique, traction
  • Puissance : 241 ch à 6 000 tr/min
  • Couple : 330 Nm à 3 600 tr/min
  • Poids : 1 720 kg
  • Vitesse maxi : 235 km/h (donnée constructeur)
  • 0 à 100 km/h : 8,3 s (donnée constructeur)

> Pour trouver des annonces de Renault Vel Satis, rendez-vous sur le site de La Centrale.

SPONSORISE

Actualité Renault

Toute l'actualité

Commentaires (124)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

une bonne voiture sur le fond torpillée sur la forme par un design de merde, tout est dit.

ou comment flinguer un haut de gamme avec des choix stylistiques à la ramasse... :cyp:

Par

En réponse à fedoismyname

une bonne voiture sur le fond torpillée sur la forme par un design de merde, tout est dit.

ou comment flinguer un haut de gamme avec des choix stylistiques à la ramasse... :cyp:

Cette "chose" fait partie des créations, fort nombreuses, d'ailleurs, au sujet desquelles on se demande toujours "comment a-t-on pu valider une telle horreur ?"

Par

on ne peut pas dire que Renault A tellement changer depuis, la fadesse esthétique continue, contrairement a Peugeot et Citroen ...

Par

Pourtant une excellente autoroutière, avec un confort au top!!

Un voiture "A vivre" de l'intérieur surtout!

Et, hélas pas d'une fiabilité a toute épreuve, mais bon, c'est comme ca qu'on fait du HDG en France!!

Puisque Cara parle des laides, j'espère qu'ils n'omettront pas dans la liste la DS 5...Quand on tient un raisonnement, il faut aller jusqu'au bout!

Par

Malheureusement comme tout haut de gamme français qui a floppé plus ou moins il faut s'attendre à avoir du mal à trouver des pièces et avoir un SAV Renault incapable d'aider ou de réparer...

A réserver aux bricoleurs, à ceux qui connaissent du monde et aux patients donc.

Par

En réponse à axoxyxous

on ne peut pas dire que Renault A tellement changer depuis, la fadesse esthétique continue, contrairement a Peugeot et Citroen ...

Pas d'accord. Le design était pour ce modèle très dissuasif. Il est beaucoup plus consensuel aujourd'hui ce qui n'empêche pas des réussites comme le Captur ou la Clio. Alors, c'est sûr, les nouvelles Peugeot sont bien plus tape à l'œil mais pas sûr que ces excès stylistiques vieillissent bien... D'ailleurs, ils ne plaisent pas toujours comme le prouve l'échec de la ds 3 cross back ou la ligne modérément appréciée de la nouvelle c4

Par

En réponse à JohnDoe

Malheureusement comme tout haut de gamme français qui a floppé plus ou moins il faut s'attendre à avoir du mal à trouver des pièces et avoir un SAV Renault incapable d'aider ou de réparer...

A réserver aux bricoleurs, à ceux qui connaissent du monde et aux patients donc.

Je me rappelle très bien, au début des années 2000/2005 même Renault ne voulait pas faire de reprises sur une Vel Satis,ou alors au "coup de fusil!

J'ai un ami qui est resté des mois a faire toutes les concessions (toutes marques confondues!) pour se la faire reprendre!

Elle a été reprise une bouchée de pain, et lui a fait un très gros cheque pour repartir avec un Scénic Privilège !Je précise que sa Vel Satis avait les phares qui se remplissaient d'eau au bout de 3 jours qu'elle restait dehors!

Des vrais aquariums....

C'est vrai que les Français savent perpétuer la longue et triste tradition du HDG mal fabriqué, vendu très cher, et invendable par la suite!!

Par

Dans le jardin de mon garage. J'en ai une 2.2 dci qui pourri entre les ronces...

Par

Super voiture, design original, confort extraordinaire, silence exceptionnel (connu en diesel de mon côté), tenue de route correcte (mais je ne serai pas aussi dithyrambique que le journaliste de ce côté là), ultra spacieuse et pratique avec son hayon (mais coffre pas très grand cependant), ses successeures à la maison en restaient bien loin et sont pourtant nommées 607 et BMW Série 5, toutes 2 plus bruyantes, toutes 2 moins sécurisantes (en particulier cette dernière et son train avant ultra volage...), toutes 2 moins bien finies aussi, quoi qu'on en dise.

Mais... Non, le seul défaut de la Vel Satis, c'était sa fiabilité, et je peux tout autant en attester, catastrophique...

Par

Du HDG français ... vendu trop cher, pas réputé pour sa fiabilité et à la décote monstrueuse.

Et sorti du marché local (si commercialisé ailleurs), volume de vente anecdotique.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire