Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Voitures électriques : les projets secrets des constructeurs

Dans Futurs modèles / Scoops

Pour des rejets de CO2 en baisse, les constructeurs électrifient leurs véhicules. Si l’hybridation est l’une des solutions, le véhicule “zéro émission“ a aussi ses partisans pour éviter les amendes de l’Union européenne. Si quelques véhicules sur batteries existent déjà, cette catégorie est amenée à s’élargir. Cette semaine nous faisons le point sur ce que les constructeurs prévoient comme nouveaux véhicules 100 % électriques.    

Voitures électriques : les projets secrets des constructeurs

Afin de réaliser ce que demande l’Union européenne qui veut que le total des voitures vendues par un constructeur ne dépasse pas les 95 g/m de rejets de CO2 en moyenne, les marques automobiles prônent l’électrification à outrance. Si les hybrides ont le vent en poupe avec des constructeurs français très impliqués dans le processus (Citroën C5 Aircross Hybrid, DS7 Crossback E-Tense, Peugeot 3008 Hybrid, Renault Captur E-Tech Plug-in…), le 100 % électrique a aussi de l’avenir et là aussi les marques françaises sont en bonne place, la Zoe de Renault ayant été rejoint depuis peu de temps par la DS3 Crossback E-Tense, les Peugeot e-208 et Peugeot e-2008.

Voitures électriques : les projets secrets des constructeurs

Plus d'artisanat, une production spécifique

S’il y a de cela quelques années les constructeurs transformaient des véhicules thermiques en véhicules électriques (on se rappelle des Citroën Saxo électrique ou Peugeot 106 Electric à batteries Nickel-Cadium), aujourd’hui les marques automobiles produisent des voitures spécifiques ou des plateformes polyvalentes capables de recevoir un moteur thermique et son réservoir de carburant, ou un moteur électrique et le volume de batteries nécessaire à son fonctionnement. Cela permet de produire des voitures électriques bien plus performantes que par le passé, mais aussi que les batteries n’empiètent plus sur le volume habitable de l’auto ou sur la capacité de chargement du coffre.

Tous les constructeurs en veulent

Aujourd’hui, un grand nombre de constructeurs ont au moins une voiture dans leurs showrooms ou un projet de voiture électrique dans leurs cartons. Certains s’y sont mis plus rapidement que d’autres comme Nissan avec la Leaf, Renault avec la Zoe, d’autres ne font que ça comme le constructeur américain Tesla. Mais ils sont désormais rejoints par de nombreux constructeurs généralistes dont certains font de gros efforts sur l’électrique comme les groupes BMW, Daimler et Volkswagen (dont l'ID.3 va être bientôt lancée), car ils savent que sans ventes de voitures électriques, ils seront au-dessus des émissions limites de CO2 et condamnés à payer de lourdes amendes.

Voitures électriques : les projets secrets des constructeurs

Grammage réduit contre zéro émission

Face à cette limitation des émissions de CO2, les constructeurs investissent dans l’électrification de leurs gammes. C’est pourquoi l’hybridation gagne du terrain avec du Mild-hybrid en 12V et 48V, mais aussi avec de l’hybride simple comme la Toyota Yaris 4 ou bien encore de l’hybride rechargeable ou plug-in comme pour la Renault Mégane E-Tech Plug-in et sa version Estate. Mais l’hybridation n’est la panacée et les rejets de CO2 sont toujours présents, limités cependant par rapport à une auto thermique “traditionnelle“. Seule une voiture électrique à 100 % peut garantir le “zéro émission“ et c’est pourquoi le tout électrique gagne du terrain, toutefois d’une manière moins rapide que l’hybridation.

Voitures électriques : les projets secrets des constructeurs

Trois quarts d’hybrides pour un quart d’électriques

Ainsi, l’an dernier, il s’est vendu sur le marché français 125 432 voitures hybrides (dont 18 592 hybrides rechargeables) soit 5,7 % du marché automobile (progression de 0,8 % par rapport à 2018). Le nombre de véhicules électriques est moindre puisqu’il s’établit à 42 764 unités, soit 1,9 % du marché (progression de 0,5 % par rapport à 2018). Aujourd’hui, difficile de prévoir si les chiffres seront supérieurs en 2020 du fait d’un marché impacté par la pandémie de coronavirus, et l’on ne peut se fier aux deux premiers mois de 2020 qui étaient pourtant élogieux avec 11 % de parts de marché pour les hybrides et 6,8 % pour les électriques. Mais le marché pourrait être dopé dans les prochains mois par les nouveautés “100 % électriques“ que vont dévoiler les constructeurs. Et puis, il nous faut aussi parler de ces voitures thermiques (des old-timer) transformées en électrique. Le “rétrofit“ devrait être facilité par un changement de législation. Mais cela devrait rester confidentiel, car le coût de transformation assez important (10 000 € environ). Cependant les constructeurs sont en état de veille sur ce petit marché de la transformation, d’ailleurs Volkswagen Commercial Vehicles (VWCV) en partenariat avec eClassics devait présenter au Salon Techno Classica 2020 (annulé pour cause de pandémie) un e-Bulli. Il s’agit d’un Combi Volkswagen T1 de 1966 converti à l’énergie électrique.

Voitures électriques : les projets secrets des constructeurs

En savoir plus sur : 4X4 - SUV - Crossover

4X4 - SUV - Crossover

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (51)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Résumons :

Hybrides + 0, 8% / 2018

Electriques + 0,5% / 2018

en raisonnement PDM.

Tout ça pour ça ....combien d'articles, d'essais, de débats enflammés sur ce site et ailleurs pour en arriver à ces résultats anecdotiques....

Se souvenir aussi du nombre d'immatriculations grises, pour vider les stocks....

Alors oui, bien entendu, ce sera cette année que le % d'hybrides ira en s'accroissant, course au détournement des législations castratrices financièrement pour les constructeurs oblige.

Mais pour les pures électriques, sauf la triplette VAG qui présente un semblant de cohérence financière, pour le reste, ça restera encore et toujours anecdotique, tant les services des produit proposés sont insuffisants égard aux tarifs exigés.

Et ce sera pire encore quand les états, qui sortiront financièrement exsangues de la crise que nous connaissons stopperont le sponsoring pour ces produits. Ayant grand besoin de racler les miettes au fond des tiroirs pour assurer la survie économique des pays.

Mais ne vous inquiétez pas.... un produit abouti n'a nul besoin d'aide pour trouver des clients... ils ne le sont simplement pas suffisamment.

Par

Faudrait vraiment arrêter avec cette terminologie "zéro émissions" : TOUTES les manières de produire de l'électricité émettent du CO2 (cf le site de RTE pour le nucléaire par exemple, c'est loin d'être zéro), les électriques émettent aussi des particules avec leurs pneus, comme les autres, mais ce n'est pas zéro, et la production des batteries émet d'énormes quantité de CO2 en plus par rapport à une voiture thermique avant même le premier kilomètre, donc toujours loin de zéro, sans causer d'un réseau à créer de zéro, investissement cher en CO2 quand celui pour les thermiques existe déjà. :bah:

En faisant le compte de tout ça on se rend bien compte que parler de zéro est une hérésie, techniquement mais aussi de manière pédagogique : c'est pas pour rien que la sécurité sociale n'est pas "gratuite" mais a décidé de laisser 1€ à la charge de l'assuré. :non:

Par

En réponse à roc et gravillon

Résumons :

Hybrides + 0, 8% / 2018

Electriques + 0,5% / 2018

en raisonnement PDM.

Tout ça pour ça ....combien d'articles, d'essais, de débats enflammés sur ce site et ailleurs pour en arriver à ces résultats anecdotiques....

Se souvenir aussi du nombre d'immatriculations grises, pour vider les stocks....

Alors oui, bien entendu, ce sera cette année que le % d'hybrides ira en s'accroissant, course au détournement des législations castratrices financièrement pour les constructeurs oblige.

Mais pour les pures électriques, sauf la triplette VAG qui présente un semblant de cohérence financière, pour le reste, ça restera encore et toujours anecdotique, tant les services des produit proposés sont insuffisants égard aux tarifs exigés.

Et ce sera pire encore quand les états, qui sortiront financièrement exsangues de la crise que nous connaissons stopperont le sponsoring pour ces produits. Ayant grand besoin de racler les miettes au fond des tiroirs pour assurer la survie économique des pays.

Mais ne vous inquiétez pas.... un produit abouti n'a nul besoin d'aide pour trouver des clients... ils ne le sont simplement pas suffisamment.

Sauf que si tu regardes bien tu verras que la solution qui progresse le plus et représente le plus de PDM est l'hybride non rechargeable, qui justement en proposant une solution écologiquement ET économiquement pertinente arrive à percer sans subvention ni soutien, preuve de son intérêt intrinsèque et réel. :bah:

Par exemple Honda arrivera à vendre des voitures ET à respecter les directives européennes avec sa Jazz hybride, sa petite caisse électrique fera juste de la figuration sur un catalogue... Idem pour PSA et Cie pour qui ses "hybrides" à 50.000 boules ne seront qu'une larme dans l'océan de CO2 émis par ailleurs pour le reste de la gamme. :redface:

Par

ouais enfin

0g de CO2 tant qu'on ne compte ni le CO2 du carburant électrique ni le CO2 de construction de la batterie

Passe encore pour le CO2 du carburant électrique nucléaire français, mais rien qu'en Allemagne avec plus de 30% d'électricité à base de lignite et de charbon ... en fait ça fait beaucoup de CO2/km

Quant à la construction de la batterie, on méditera que la Zoe utulise une batterie lGCHEM fabriquée en Corée ou en pOlogne avec de l'électricité au charbon ... quant à la e-208, c'est encore pire car c'est une batterie CATL chinoise faite avec encore plus d'électricité au charbon

Bref Il faudrait comparer le CO2 du puits à la roue et pas seulement en combustion

et alors, même le pDG de VAG confessait il y a quelques mois qu'une e-golf roulant en Allemagne consommait plus de CO2 qu'une golf diesel

Détails in http://blogs.caradisiac.com/pollution-automobile/construction-batterie-2020-8265600.html

Par

Les VE sont incohérents et ne survivent que par les primes, belle source de gavage pour les constructeurs.

Le PHEV est un phénomène fiscal pour les sociétés et ne fera jamais de vente de masse.

Il est évident que l'hybride simple de Toyota est la solution de transition. En ça il semble clair que Renault a pris le bon chemin en sortant e-tech et en conservant l'offre VE pour l'image (pour l'instant).

Enfin il va vraiment falloir que l'Europe se bouge pour imposer une mesure globale du véhicule et surtout pas rester cantonné à ce CO2 à l'échappement. Du puit à la roue permettrait d'adosser la fiscalité sur du concret et le marché s'équilibrera naturellement.

Par

Parlez-vous bien de pourcents de progression ou de points de progression ?...

La différence à son importance, et je suis surpris de voir +0,8% et +0,5%

Si les progressions sont bien de 0,8% et de 0,5% alors ces évolutions sont anecdotiques... malheureusement !

Par

Ah....t'en es encore là.... toujours avec tes 2,2 tonnes à trimbaler pour sucer 30% de plus facile qu'une pure thermique fine et légère.

Décidément...

Tient, pendant mon ban, un exemple me revient à l'esprit...

Parcouru à deux semaines d'intervalle le même parcours autoroutier de 900 km, conditions climatiques très similaires. Au régulateur mode peinard.

- Ford Mondeo Hybride break Vignale : 7,8 l/100

- BMW Serie 2 Active Tourer chassis long diesel ( me demande pas lequel ) : 5,6 l/100

Bien entendu, la seconde caisse est loin d'être un parangon d'efficience aéro....

On se souviendra aussi que, contrairement aux annonces fiscales de ces dernières années, le litre de gazou qui mousse est encore et toujours moins cher que celui de SP 95 en notre riant pays.

Alors les usines à gaz, les deux moteurs et les batteries qui bouffent la capacité du coffre ( voir l'amusant essai de la pseudo Volvo d'hier ) hein....

Par

En réponse à ArnoH28

Les VE sont incohérents et ne survivent que par les primes, belle source de gavage pour les constructeurs.

Le PHEV est un phénomène fiscal pour les sociétés et ne fera jamais de vente de masse.

Il est évident que l'hybride simple de Toyota est la solution de transition. En ça il semble clair que Renault a pris le bon chemin en sortant e-tech et en conservant l'offre VE pour l'image (pour l'instant).

Enfin il va vraiment falloir que l'Europe se bouge pour imposer une mesure globale du véhicule et surtout pas rester cantonné à ce CO2 à l'échappement. Du puit à la roue permettrait d'adosser la fiscalité sur du concret et le marché s'équilibrera naturellement.

"Du puit à la roue permettrait d'adosser la fiscalité sur du concret et le marché s'équilibrera naturellement."

Sur le CO² je suis d'accord, soit on calcule tout soit on calcule rien.

Et pour le test d'homologation il devrait se faire en prenant en compte des hypothèses basées sur un usage réel (recalculer chaque année, pour prendre en compte l'évolution des comportements). Par exemple des hypothèses du type : seul 50% des personnes rechargent leur hybride par exemple.

Ensuite le bonus / malus devrait être directement indexé sur le prix de la voiture. Typiquement, pour 150 grammes de CO², la taxe serait de 8%, pour 160 grammes de CO², la taxe serait de 10%, etc... et non plus un chiffre fixe, qui pénalise au final les voitures "abordables" plus que les supercars.

Je pense que pour créer l'adhésion à un système il doit tendre à être le plus juste possible.

Par

En réponse à MaxTa

Parlez-vous bien de pourcents de progression ou de points de progression ?...

La différence à son importance, et je suis surpris de voir +0,8% et +0,5%

Si les progressions sont bien de 0,8% et de 0,5% alors ces évolutions sont anecdotiques... malheureusement !

Il est bien ici question de progression de part de marché....donc oui, c'est tout de même bien moins pire que ce que l'autre hypothèse.

Mais bon, on est toujours à ne trouver qu'1,9 % de clients sponsorisés par la communauté pour vouloir s'emmerder l'existence.

Déduis les ventes aux entreprises ( qui peuvent en effet trouver un réel intérêt à ces autos si parcours routinier ) et les auto-immatriculations quasi obligatoirement imposées par les constructeurs ( va en causer à un responsable de concession Rîno pour exemple ), ça reste toujours dans l'anecdotique intégral....

Par

Il est bien ici question de progression de part de marché....donc oui, c'est tout de même bien moins pire que ce que l'autre hypothèse.

Mais bon, on est toujours à ne trouver qu'1,9 % de clients sponsorisés par la communauté pour vouloir s'emmerder l'existence.

Déduis les ventes aux entreprises ( qui peuvent en effet trouver un réel intérêt à ces autos si parcours routinier ) et les auto-immatriculations quasi obligatoirement imposées par les constructeurs ( va en causer à un responsable de concession Rîno pour exemple ), ça reste toujours dans l'anecdotique intégral....

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire