Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Audi TT MkI (1998-2006) : une icône du design, dès 3 500 €

Dans Rétro / News rétro

L’histoire d’Audi est ponctuée de jalons, dont le TT constitue l’un des plus importants. Pourquoi ? Parce que grâce à son design de concept-car, il en a considérablement rajeuni l’image, en 1998. Aujourd’hui, cette auto emblématique se déniche pour une croûte de pain : très intéressant vu qu’elle acquiert progressivement un statut de collector.

La ligne du TT n’a pas perdu grand-chose de son impact, surtout dans cette couleur Orange Papaye très flashy.
La ligne du TT n’a pas perdu grand-chose de son impact, surtout dans cette couleur Orange Papaye très flashy.

Audi, c’est une marque à la fois très ancienne et très récente. Fondée par August Horch en 1909, elle intègre le groupe Auto-Union en 1932 et disparaît en 1938. Auto-Union est racheté par Mercedes-Benz en 1958 qui le revend à Volkswagen en 1964. Celui-ci décide de relancer Audi en 1965 pour se doter de modèle de gammes moyennes et hautes. Depuis, la marque aux anneaux a opéré une formidable remontée, surtout sous l’impulsion de Ferdinand Piëch dans les années 70 à 90. Des modèles emblématiques vont ancrer Audi dans les esprits, comme la Quattro de 1980, la très aérodynamique 100 de 1982, la V8 de 1988, la RS2 en 1994 et… la TT en 1998. Celle dernière rajeunit considérablement l’image d’Audi.

Petit flash-back. En mai 1994, Feeman Thomas, designer du bureau californien du Groupe Volkswagen dessine vite fait un petit coupé, évoquant la New Beetle mais aussi un concept présenté deux mois plus tôt : la Renault Argos.

Le concept Renault Argos de mars 1994 a probablement influencé le design de l’Audi TT.
Le concept Renault Argos de mars 1994 a probablement influencé le design de l’Audi TT.

J Mays, le chef de Thomas, flashe sur sa création informelle, en réfère à Franz-Joseph Paefgen, chef de la R&D d’Audi qui, séduit, ordonne la fabrication d’un prototype.

Présenté au salon de Francfort 1995, et dénommé TT Concept, il crée l’évènement. On peut ne pas aimer mais c’est un grand moment de design : style Bauhaus, pavillon en arc de cercle, passages de roue très marqués, c’est un sacré choc !

Le concept TT de septembre 1995. Notez la graphie d’Audi à l’ancienne, avec la barre du d inclinée.
Le concept TT de septembre 1995. Notez la graphie d’Audi à l’ancienne, avec la barre du d inclinée.

Sous l’égide du Dr Hackenberg, la version de série est développée sur la plate-forme PQ34 qui servira aussi aux Audi A3 et VW Golf IV notamment. Elle apparaît au salon de Paris 1998, très fidèle au dessin originel. Un grand coup ! Surtout que le TT, qui reprend le nom d’une sportive NSU des années 60, sorte de R8 Gordini allemande, a le mérite de ne pas être trop cher. En effet, 197 000 F (39 000 € actuels), ce sont à peine 3 000 F de plus que le Coupé Fiat Turbo. À ce prix, le coupé Audi est une traction de 180 ch, mais une version 225 ch à transmission intégrale Quattro est aussi proposée, qui ne sera commercialisée que quelques mois plus tard.

Le TT 180 ch de série en 1998, très proche du concept. Notez l’absence de béquet arrière.
Le TT 180 ch de série en 1998, très proche du concept. Notez l’absence de béquet arrière.

Seulement, le TT ne séduit pas les puristes, qui le jugent plus rapide que réellement sportif. Qu’importe : le succès est là, renforcé par le lancement du Roadster en 1999. Malheureusement, une terrible controverse surgit : l’Audi se déleste de l’arrière à grande vitesse, et cinq accidents mortels lui sont imputés.

Le TT Roadster, ici doté de la rare option sellerie « gant de baseball ».
Le TT Roadster, ici doté de la rare option sellerie « gant de baseball ».

Le constructeur réagit dès 2000 en retouchant la suspension, ajoutant un nouveau béquet fixe produisant 67 kg d’appui sur la poupe, et installant de série l’antidérapage ESP. Par la suite, hormis l’adoption d’un 1,8 l de 150 ch en 2002 (qui passera à 163 ch en 2005), le TT va peu évoluer jusqu’en 2003. Là, il reçoit le remarquable bloc VR6 en déclinaison 3,2 l de 250 ch, ainsi que la boîte à double embrayage DSG, qu’il sera le premier à étrenner hors d’Allemagne (la Golf R32 l’a inaugurée mais sur le marché germanique uniquement).

En 2005, alors que le 1,8 l passe de 180 à 190 ch, une série limitée Quattro Sport débarque, allégée de 75 kg, privée de banquette arrière et animée par le 1,8 l turbo poussé à 240 ch. 24 seront livrées en France, pour une production totale de près de 1 000 exemplaires.

Le TT Mk I, de type 8N, est remplacé par le Mk II, ou 8J, en avril 2006, après avoir été produit à 269 598 exemplaires. Un bien beau succès.

À partir de 2000, tous les TT ont droit à un béquet arrière, un ESP et une suspension modifiée.
À partir de 2000, tous les TT ont droit à un béquet arrière, un ESP et une suspension modifiée.

Combien ça coûte ?

Des TT, il y en a des palanquées à vendre. Un bel exemplaire de moins de 150 000 km se déniche dès 3 500 € en 150 ch. Comptez 4 000 € minimum pour un 180 ch de même condition, et 6 500 € pour un 225 ch Quattro. Quant au V6, plus rare, il exige 10 000 € au bas mot, dépassant même les 15 000 € avec un kilométrage inférieur à 80 000 km. Offrez-vous le plus bel exemplaire accessible à votre bourse : il se peut qu’il prenne de la valeur.

Le TT V6 (2003) a droit à un bouclier antérieur spécifique doté de nervures verticales latérales, juste en avant de la roue.
Le TT V6 (2003) a droit à un bouclier antérieur spécifique doté de nervures verticales latérales, juste en avant de la roue.

Quelle version choisir ?

Il n’y en a pas de mauvaise. Les 150 et 180 ch, en traction, seront les plus simples à entretenir, alors que la 225 ch quattro séduira les amateurs d’efficacité. Mais la plus séduisante sera la V6, puissante et surtout nantie d’un moteur exceptionnel, à la sonorité fantastique. La boîte DSG apporte une touche de modernité, mais, plus répandue que la manuelle, elle n’engendre pas de surcoût.

La Quattro Sport, sorte de version GT3 du TT, se signale par sa livrée bicolore, son 1,8 l de 240 ch et ses deux places, en 2005.
La Quattro Sport, sorte de version GT3 du TT, se signale par sa livrée bicolore, son 1,8 l de 240 ch et ses deux places, en 2005.

Les versions collector

Un TT de tout début de carrière (180 ou 225 ch) en parfait état d’origine affichant moins de 80 000 km sera à collectionner car il n’y en a pratiquement plus ! N’espérez rien à moins de 12 000 € en 180 ch et 15 000 € en 225 ch. À conserver aussi, les V6 peu kilométrés, 15 000 € minimum également. Mais le pur collector sera le Quattro Sport, très difficile à dénicher. On en trouve en Allemagne, à partir de 25 000 € en très bon état.

Mécaniquement, le TT est très robuste, quel que soit le moteur. Ici, le V6 3,2 l commercialisé en France dès 2003.
Mécaniquement, le TT est très robuste, quel que soit le moteur. Ici, le V6 3,2 l commercialisé en France dès 2003.

Que surveiller ?

Mécaniquement, les TT sont très robustes : les exemplaires totalisant 300 000 km d’origine ne sont pas rares. Il faut tout de même qu’ils aient été bien entretenus (changements de la courroie de distribution, vidanges régulières du moteur, de la boîte et du coupleur Haldex des versions Quattro). Attention à la boîte DSG : elle doit être très douce et rapide à l’usage. Sinon, son module Mechatronic (qui orchestre les changements de rapport) sera défectueux et son changement est ruineux : 2 000 € minimum. Très bien fabriqués, les TT sont insensibles à la corrosion et leur finition ne s’altère que très lentement. L’électronique peut cependant poser quelques petits problèmes, alors que l’afficheur de l’ordinateur de bord perd ses pixels à la longue.

Certes sombre, l’habitacle du TT séduit par son design et sa finition.
Certes sombre, l’habitacle du TT séduit par son design et sa finition.

Au volant

Autant le dire tout de suite, je n’ai pas aimé le style du TT à sa sortie. Il me faisait penser à un gros cafard pataud et sans élégance. Mais à l’heure actuelle, j’apprécie l’audace de design et je dois admettre qu’il a remarquablement bien vieilli. L’habitacle résiste lui aussi bien au temps, tant par son dessin que sa fabrication. Et la position de conduite est impeccable, tout comme le maintien du siège, même si on se sent totalement engoncé là-dedans, à cause de la ceinture de caisse très haute. L’équipement de cette 180 ch de 2000 est déjà complet, comprenant la sellerie cuir et la clim automatique. En revanche, les places arrière sont quasi inutilisables.

Dynamiquement, le TT est plus rassurant que sportif. Ici, un 180 ch de 1999.
Dynamiquement, le TT est plus rassurant que sportif. Ici, un 180 ch de 1999.

Qualifiée de très raide à sa sortie, la suspension est tout de même tolérable, alors que la direction et la commande de boîte sont douces. Un qualificatif qui vaut pour le moteur 1,8 l turbo, très souple et prodigue en couple à mi-régime. Il offre encore aujourd’hui un très joli punch, mais n’aime guère le haut du compte-tours. Côté châssis, c’est sain, sûr, et relativement précis, mais pas vraiment communicatif ni joueur. Tout est très filtré dans ce coupé qui ne délivre guère de sensations, un peu comme dans une Golf IV. En somme, le TT 180 ch, très homogène mais trop sérieux dans sa conduite, n’a de fun que sa ligne. Mais c’est un choix respectable qui fait de l’Audi un excellent moyen de rouler différent au quotidien, à prix d’ami et sans se ruiner en essence, la consommation moyenne tournant autour de 9 l/100 km en roulant raisonnablement.

L’alternative youngtimer

Audi Coupé GT 1980-1987

Apparu en 1980, 6 mois après le Quattro, le Coupé GT s’en distingue extérieurement par ses ailes plates. Ici, un modèle de première série.
Apparu en 1980, 6 mois après le Quattro, le Coupé GT s’en distingue extérieurement par ses ailes plates. Ici, un modèle de première série.

On jurerait une Quattro, mais regardez bien les ailes plates : c’est un coupé GT. Basé sur la berline 80, il se signale par ses moteurs 5-cylindres logés en porte-à-faux avant, développant de 115 (2,0 l GT 5S) à 136 ch (2,1 l GT 5E, à partir de 1983). Très agréables par leur sonorité et leur souplesse, ils confèrent à ce coupé de bonnes performances, d’autant qu’il est léger. Après le restylage de 1985, une transmission intégrale Quattro est proposée, ainsi qu’un 4-cylindres 1,8 l en 90 et 112 ch, en plus du 136 ch. Une auto devenue bien rare, solidement fabriquée, fiable et sûre mais pas très sportive. À partir de 3 500 €.

Audi TT 8N 180 ch, la fiche technique

  • Moteur : 4 cylindres en ligne, 1 781 cm3
  • Alimentation : injection électronique, turbo
  • Suspension : jambes McPherson, ressorts hélicoïdaux, barre antiroulis (AV) ; essieu de torsion, ressorts hélicoïdaux barre antiroulis (AR)
  • Transmission : boîte 5 manuelle, traction
  • Puissance : 180 ch à 5 500 tr/mn
  • Couple : 234 Nm à 1 950 tr/mn
  • Poids : 1 205 kg
  • Vitesse maxi : 228 km/h (donnée constructeur)
  • 0 à 100 km/h : 7,5 s (donnée constructeur)
Vous aimez les séries limitées ? Ici, une Le Mans écoulée à 20 unités sur le marché français en 2001. Spécificités ? Baquets Recaro rouges, jantes de 18", audio Bose et hard-top.
Vous aimez les séries limitées ? Ici, une Le Mans écoulée à 20 unités sur le marché français en 2001. Spécificités ? Baquets Recaro rouges, jantes de 18", audio Bose et hard-top.

Pour trouver des annonces d'Audi TT MkI, rendez-vous sur le site de La Centrale.

En savoir plus sur : Audi Tt

SPONSORISE

Actualité Audi

Toute l'actualité

Commentaires (59)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

En voila une belle voiture pour coiffeur... Avec un châssis d'une rare médiocrité.

Je me souviendrais toujours de l'épisode Top Gear consacré à son sujet :fresh:

Par

J'en connais un qui va lui écrire une lettre d'amour :areuh:

Par

La seule audi que j'aime bien, mais plutôt les séries suivante. Celle la fait trop kéké maintenant.

Par

En réponse à VW le roi the first

Commentaire supprimé.

:lol::lol::lol: Elle est impayable celle la aussi. "Pour connaisseurs"....arf arf arf. Oui...dans un sens, pour connaisseurs qui aiment passer des dimanches à trouver les pannes:lol:

Par

En réponse à Volvo power

Toyota sans qualité ???? :fresh::fresh::fresh:

Il confond les marques Volkswagen et Toyota, il ne faut pas lui en vouloir :fresh::fresh::fresh:

Par

En réponse à le dédé

:lol::lol::lol: Elle est impayable celle la aussi. "Pour connaisseurs"....arf arf arf. Oui...dans un sens, pour connaisseurs qui aiment passer des dimanches à trouver les pannes:lol:

Effectivement

Par

En réponse à le dédé

:lol::lol::lol: Elle est impayable celle la aussi. "Pour connaisseurs"....arf arf arf. Oui...dans un sens, pour connaisseurs qui aiment passer des dimanches à trouver les pannes:lol:

Oula tu te trompes! c'est pas une Renault ou une Peugeot hein!

Par

''En effet, 197 000 F (39 000 € actuels), ce sont à peine 3 000 F de plus que le Coupé Fiat Turbo. À ce prix, le coupé Audi est une traction de 180 ch''

Le TT, 3000 francs de plus, mais avec 180ch contre 220 pour le Coupé Fiat (qui était, en passant, le meilleur coupé compact de sa génération en terme de performances et de sensations).

La version Quattro du TT l'a ensuite détrôné. Mais à quel prix...

:jap:

Par

En réponse à pxidr

En voila une belle voiture pour coiffeur... Avec un châssis d'une rare médiocrité.

Je me souviendrais toujours de l'épisode Top Gear consacré à son sujet :fresh:

Tiens, un transistor qui fait des siennes. Il doit provenir probablement d'une Tesla.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire