Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Land Rover Defender (2020) : le mythe réinventé

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

Après des décennies de bons et loyaux services, le vénérable Defender se retire enfin du labeur. Il se voit remplacé par un successeur ambitieux, promettant des prestations de haut niveau sur tous les terrains. Un Defender new age sans complexe et qui n'hésite pas une fulgurante montée en gamme.

Land Rover Defender (2020) : le mythe réinventé

 EN BREF

Nouvelle génération

4x4 baroudeur

À partir de 55 900 €

 Il n’existe plus de dinosaures sur la route. Avec le Mercedes Classe G (renouvelé en 2018), le Land Rover Defender était le dernier représentant d’une époque révolue depuis fort longtemps. 70 ans après sa naissance, le constructeur anglais consent enfin à remplacer son modèle le plus emblématique. Devenu valeur sûre pour les montagnards, agriculteurs, chasseurs et autres amoureux de road trips extrêmes, le Defender n’était plus à la hauteur pour tout le reste (prestation routière, confort, modernité). C’est désormais le cas avec une entrée fracassante dans le 21 siècle. Bardé de technologie, confortable comme un Range, équipé comme une voiture de luxe, le nouveau Defender change du tout au tout. Il va même jusqu’à abandonner ses attributs de vrai franchisseur (châssis monocoque et suspensions indépendantes), contrairement à certains de ses rivaux. De quoi tourner le dos aux amateurs du genre ? Aucun risque. Le Defender reste particulièrement capable en tout-terrain. On y reviendra.

 

Angles droits, surfaces planes, gabarit XXL et petites touches de modernité. Le Defender 2020 a de la gueule.
Angles droits, surfaces planes, gabarit XXL et petites touches de modernité. Le Defender 2020 a de la gueule.
En revanche, ses dimensions l'handicapent en ville. Certains parkings ne lui seront pas accessibles.
En revanche, ses dimensions l'handicapent en ville. Certains parkings ne lui seront pas accessibles.

 

 Il préfère tout simplement travailler son image de dandy pratique et qui n’a pas peur de se salir les boucliers. Disponible en deux carrosseries (90, 3-portes, 4,50 m et 110, 5-portes, 5,02 m), le nouveau Defender est une vraie boîte à malice. Disponible en sept places, il peut également remplacer l’imposant rangement entre les deux sièges avant par un strapontin. Un rangement qui renferme un mini-réfrigérateur, de larges porte-gobelets et un espace ouvert en dessous. À cela s’y ajoutent des contre-portes assez larges pour de grandes bouteilles d’eau, une « étagère » au-dessus de la planche de bord, et une multitude de poignées de maintien, au cas où.

L'ambiance invite à l'aventure, tout en modernité. L'ergonomie en revanche est ratée.
L'ambiance invite à l'aventure, tout en modernité. L'ergonomie en revanche est ratée.
Malgré ses aptitudes, le Defender accueille ses occupants avec beaucoup de confort, d'espace et de rangements.
Malgré ses aptitudes, le Defender accueille ses occupants avec beaucoup de confort, d'espace et de rangements.

 Son sol est recouvert d’une protection en plastique permettant de retirer les traces de boue au jet d’eau. Attention à l’électronique embarquée tout de même… Côté connectique, aucun passager ne sera à court de jus avec pas moins de sept ports USB, quatre prises 12V et même une 230V dans le coffre. Une soute affichant une contenance généreuse de 860 l, dont le seuil très haut perché peut être rabaissé grâce à la suspension pneumatique (de série sur version 110). Et pour répondre à l’utilisation particulière que pourraient avoir les acheteurs, Land Rover a pensé à tout avec un catalogue d’accessoires regroupant plus de 150 références !

Les graphiques sont modernes, la navigation fluide. Il mériterait d'être remonté de quelques centimètres.
Les graphiques sont modernes, la navigation fluide. Il mériterait d'être remonté de quelques centimètres.
Au deuxième rang, les passagers profitent d'un espace conséquent. La banquette se rabat en trois parties.
Au deuxième rang, les passagers profitent d'un espace conséquent. La banquette se rabat en trois parties.

 Quant au confort, les attentions ne manquent pas : sièges avant électriques et chauffants (tout comme la banquette arrière), colonne de direction réglable électriquement, rétroviseur central utilisant une caméra vissée sur le toit, préchauffage de l’habitacle à distance, une installation audio haut de gamme Meridian de 400 W… le tout dans un confort digne du grand Range Rover. Il faut dire que le Defender se surpasse pour se défaire de cette image de bétaillère infatigable. Et c’est plutôt réussi avec un design apte à détourner les regards, renforcé par un gabarit franchement impressionnant. Une véritable réinterprétation moderne du Land originel, mêlant habilement surfaces planes, arrêtes saillantes et quelques coquetteries concédées à la modernité. L’ambiance à bord conserve évidemment un parfum d’aventure, sans renier quelques accents premium. Les matériaux sont joliment choisis par endroits et volontairement plus rustiques à d’autres. En revanche, carton rouge pour l’ergonomie.

Les commandes sont trop proches et imposent un fonctionnement alambiqué.
Les commandes sont trop proches et imposent un fonctionnement alambiqué.
L'écran digital du tableau de bord est disponible dès le deuxième niveau de finition. Ce n'est pas plus intuitif à configurer.
L'écran digital du tableau de bord est disponible dès le deuxième niveau de finition. Ce n'est pas plus intuitif à configurer.

 

D’abord, le tableau de bord digital nécessite de parcourir plusieurs sous menus pour être configuré. Pénible lorsque l’on veut changer d’affichage. Ensuite, toutes les commandes physiques sont étroitement regroupées sur un seul panneau (à côté du levier de vitesse) et présentent de vraies bizarreries. Il faut par exemple utiliser la commande de climatisation gauche (juste après avoir appuyé sur le bouton adéquat) pour parcourir les différents modes du système Terrain Response 2. Une molette dédiée n’aurait-elle pas été une plus simple idée ? Sur le volant, un même bouton peut avoir plusieurs fonctionnalités : il faut simplement surveiller le pictogramme qui est alors rétroéclairé. Quand le pictogramme est suffisamment explicite… On aurait aussi aimé un écran central plus en hauteur, une molette réglant le volume moins éloignée du conducteur, et des boutons de déverrouillage de portes plus accessibles. Fini de pester, place à l’action.

 

Un grand merci à Univers Tout Terrain (01.64.65.64.88; Aérodrome de la Ferte Gaucher, 77320) de nous avoir accueillis pour cet essai. Un complexe mécanique disposant de plusieurs pistes (franchissement, cross, vitesse) proposant des initiations et des stages en moto, quad, buggy et 4x4. Plus d'informations sur : www.universtoutterrain.fr et www.mud-riders.com

Informations techniques

Taux d'émission de CO2 et bonus/malus (norme NEDC)
de la version la plus écologique de : Land Rover Defender

64 g/km - bonus : 0 €

Début de commercialisation du modèle :
Land Rover Defender 4

Septembre 2019

A titre d'exemple pour la version IV 3.0 P400 110 4X4 FIRST EDITION BVA.

1,96 m1,99 m
4,75 m
  •  5 places
  •  857 l / 1946 l

  •  Auto. à 8 rapports
  •  NC

Portfolio (66 photos)

En savoir plus sur : Land Rover Defender 4

SPONSORISE

Essais 4X4 - SUV - Crossover

Fiches fiabilité 4X4 - SUV - Crossover

Toute l'actualité

Commentaires (45)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

200g de CO2 pour un 4 cylindres diesel ??

Par

Un sacré engin l'illustration au dictionnaire du mot "Polyvalence". Avec le V6 400ch c-est parfait mais j'attends une version plus poussée pour titiler les classe G AMG.

Par

En réponse à JimmyNeutron

200g de CO2 pour un 4 cylindres diesel ??

... posé dans un parpaing, ça t'étonne beaucoup ?

Par

En réponse à JimmyNeutron

200g de CO2 pour un 4 cylindres diesel ??

Les 220g de CO2 sont annoncés pour le moteur essayé (un 6 cylindres essence de 400ch) et non pour un 4 cylindres Diesel.................

Par

Voiture extra (pour ceux qui ont besoin, ce qui n'est pas mon cas) mais waouh le prix et rewaouh le malus !!

Mais JLR s'en fiche de notre marché français, c'est une voiture mondiale pour gens très très aisés.

Belle performance en tous cas que de marier efficacité en tout terrain et bonnes prestations sur route.

Bravo !!

Par

En réponse à Alex50002

Les 220g de CO2 sont annoncés pour le moteur essayé (un 6 cylindres essence de 400ch) et non pour un 4 cylindres Diesel.................

Les 199 g de CO2 (19,9 kg/100 kms) en 2L diésel correspondent à une consommation de 19,9/2,60 = 7,65 L (1L de gazole génère 2,60 kg de CO2). En WLTP, cela doit faire probablement plus de 8L/100kms.

Par

Avec 20000 € de malus, bonne chance...

Il lui manque une hybridation PHEV décente.

Manque de vue stratégique chez JLR

Par

Pas mal vraiment pas mal :bien:

Par

Très performant dans sa catégorie, avec tarif et malus dissuasifs, fera de la figuration chez nous.

Par

Pas mal, mais ici, le malus tue tout.:cry:

Pour la fiabilité....faut souhaiter que ce soit au dessus de ce qu'ils font d'habitude.:confused:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire