Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

2. Mercedes Classe E (2020) - Sur la route : c'est la ouate qu'elle préfère

Mercedes Classe E (2020) : la voiture des notaires chausse les baskets

Une auto au look dynamique, avec des inserts AMG au bas des portières et des incrustations façon diamant dans la calandre, réveillerait l'instinct sportif d'un expert-comptable. D'autant que cette E 300 diesel hybride revendique tout de même 300ch en cumulant thermique et électrique. C'est beaucoup. Dans l'ordre d'entrée en scène, le moteur à watts culmine à 122 ch, et le 2L diesel à 194 ch.

Ceci n'est pas une sportive, mais un TGV

Les deux rassemblés comme un seul homme déploient leur très camionnesque couple de 700 Nm et revendiquent un 0/100 km/h en 5,9s. Un beau générique pour se la jouer conduite dynamique, même si le double moteur doit trimbaler un peu plus de 2 tonnes pour une auto de 4,90 m. Mais en fait de sportivité, cette Classe E rappelle plutôt le TGV. Celui que l'on vient d'emprunter pour rejoindre l'Alsace, terrain de jeu de ces essais.

Mercedes Classe E (2020) : la voiture des notaires chausse les baskets

Elle va vite, très vite, et atteint son allure de croisière rapidement. Mais comme dans le train, l'on n'y prête pas garde. Les sensations sont effacées, gommées et sacrifiées sur l'autel du confort. Un exercice ou la grande berline excelle. Les cliquetis des moteurs mazout ? De la préhistoire. Les à-coups des passages de rapport ? Une antiquité au regard de la boîte G-Tronic à 9 vitesses. Les bruits d'air ou de roulement ? De la pure fiction. Surtout sur les 40 premiers kilomètres, effectués en mode tout électrique, au lieu des 53 revendiqués par le constructeur. Et même par la suite, lorsque le moteur thermique reprend le flambeau, presque timidement, pour ne surtout pas troubler la quiétude à bord. La consommation reste elle aussi timide, et ne dépasse pas, sauf à de rares moments, les 6l/100 km.

Profession : autoroutière

À bord de cette Classe E millésime 2020, la route est filtrée par la suspension pilotée, les décibels extérieurs sont éloignés par une insonorisation d'orfèvre. Du coup, on se coule dans la ouate et on se détend. Au bout de quelques kilomètres, on se retrouve dans un univers ou tout n'est que douceur, ou l'on en devient presque passager, même au volant. On guide alors la voiture du bout des cinq branches du volant et l'exercice peut durer des heures, sans ressentir la moindre fatigue. Car c'est bien là la vocation de ce vaisseau : la route, ou l'autoroute, ce qui laisse le temps de profiter des commodités du bord. Car l'habitacle fait le spectacle. Rien que les deux écrans, de 12,5 pouces chacun, assurent le show.

Une qualité d'assemblage, de matériaux impossible à prendre en défaut.
Une qualité d'assemblage, de matériaux impossible à prendre en défaut.

La qualité des assemblages et celle des matériaux utilisés ? Elle est largement au-dessus du lot du commun des constructeurs. Et même de certains rivaux premium. Évidemment, pour se sentir parfaitement à l'aise dans cet univers feutré, encore faut-il ne pas être confiné dans un habitacle étroit. On se sent au grand large dans cette auto. En revanche, aux places arrière, l'assise n'est pas la plus confortable qui soit. Trop courte, avec un dossier trop vertical, elle est une invitation à s'asseoir à l'avant, ce qui est un comble, pour une auto dont l'une des vocations est, justement, d'accueillir des clients ou son patron aux places arrière.

La bosse, au fond du coffre, n'est pas une malle au trésor, mais la batterie qui alimente le moteur électrique.
La bosse, au fond du coffre, n'est pas une malle au trésor, mais la batterie qui alimente le moteur électrique.

Si la position d'assise est le vilain défaut de cette Classe E, la taille du coffre en est un autre. En cause, la batterie de 13,5 kWh. La plateforme de la Classe E n'étant pas prévue au départ pour intégrer la batterie en question, il a bien fallu caser le colis encombrant qui se retrouve au fond de la profonde malle. Résultat : 400 litres seulement de contenance pour ce coffre, soit 140 de moins que la version thermique. Sa taille n'est certes pas ridicule, mais on est loin des critères qui fondent une grande routière.

Photos (17)

En savoir plus sur : Mercedes Classe E 5

SPONSORISE

Essais Grande Berline

Fiches fiabilité Grande Berline

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire