Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

2. Sur route : du pur plaisir

Essai vidéo- Alpine A110 : le retour de la Berlinette

 La chasse au poids était l’une des principales préoccupations de Jean Rédélé. Il devait en être de même de cette Alpine du 21e siècle. Bernard Ollivier, directeur général adjoint d’Alpine, avait fixé un objectif : « faire de l’A110 l’une des voitures les plus légères de sa catégorie et donc ne pas dépasser un poids de 1 100 kg ». Pour cela, une nouvelle plate-forme a été élaborée afin de bénéficier d’un centre de gravité et de roulis placés très bas. L’aluminium a également été massivement employé pour la carrosserie, le châssis mais également certains organes de suspension. D’autres choix forts ont été faits comme des sièges baquets Sabelt particulièrement légers (13,1 kg chacun) et des freins Brembo avec actionneur de frein de parking intégré – une première mondiale qui génère à elle seule un gain de de 2,5 kg. Résultat : un poids en ordre de marche de seulement 1 080 kg. L’objectif initial a donc été atteint. Face à la concurrence, cette Alpine n’est pas la plus légère du marché, une Alfa Romeo 4C descend en dessous des 1 000 kg mais un Porsche Cayman affiche 300 kg de plus sur la balance. Une différence énorme surtout quand on connaît l’importance du sujet pour une sportive.

Sous le capot, placé en position centrale arrière, Alpine a installé un quatre cylindres 1.8 Turbo de 252 ch. Sur le papier, ce n’est pas une puissance extraordinaire surtout quand on sait que le Cayman (qui a renoncé au 6 cylindres à plat) dispose de 300 ch et même 310 ch pour un Audi TT S, deux modèles plus puissants mais aussi plus lourds. À l’inverse, la 4C doit se contenter de 240 ch. Pourtant, sur l’exercice du 0 à 100 km/h, ce sont l’italienne et la française qui se mettent le plus en valeur avec un chrono de 4,5 s contre 5s pour la Porsche. Une nouvelle démonstration de l’importance de ce fameux rapport poids/puissance !

  Type de moteurs Puissance Couple Poids 0 à 100 km/h
Alfa Romeo 4C 4 cylindres, 1.8 Turbo 240 ch 350 Nm 920 kg 4,5 s
Alpine A110 4 cylindres, 1.8 Turbo 252 ch 320 Nm 1 080 kg 4,5 s
Audi TTS 4 cylindres, 2.0 Turbo 310 ch 380 Nm 1 460 kg 4,6 s
Porsche Cayman 718 4 cylindres à plat, 2.0 Turbo 300 ch 380 Nm 1 410 kg 5,1 s
Essai vidéo- Alpine A110 : le retour de la Berlinette

Mais bon tout cela, c’est de la théorie et c’est bien connu, rien ne vaut la pratique. C’est donc parti, on appuie sur le bouton rouge placé sur la console centrale, le 4 cylindres démarre dans une sonorité très agréable. La route défile et tout de suite, on est agréablement surpris par le confort, excellent pour une voiture de cette catégorie. Alpine a fait le choix d’une suspension à double triangulation à l’avant et à l’arrière et c’est payant. Contrairement à beaucoup de sportives, l’A110 n’est pas dure comme un bout de bois, bien au contraire. Elle prend légèrement du roulis mais cela n’est en rien gênant tant le châssis est sain. Les barres antiroulis sont donc réduites à un diamètre minime. La direction électrique fait preuve d’une bonne consistance et permet de placer facilement la voiture en courbes. Un équilibre dû également à la conception même, en raison d’un centre de gravité particulièrement bas (à la hauteur du bassin du conducteur) et à une répartition des masses de 44 % à l’avant et 56 % à l’arrière. Comme toute bonne propulsion qui se respecte, l’A110 n’hésite pas à « danser » de l’arrière, sans toutefois se montrer dangereuse. Elle propose d’ailleurs trois modes de fonctionnement (Normal, Sport et Track) qui modifient la réponse de l’accélérateur, l’assistance de la direction, le passage des rapports, la sonorité et le calibrage de l’ESP. Celui-ci peut d’ailleurs être totalement déconnecté indépendamment du mode choisi.  

Réellement amusante et performante, l’A110 demande toutefois un peu d'adaptation concernant son freinage. Contrairement aux modèles de Renault Sport, l’attaque du freinage fourni par Brembo est moins mordant que d’habitude. Un choix assumé par Alpine afin d’améliorer sa progressivité sur circuit.

Essai vidéo- Alpine A110 : le retour de la Berlinette

Terminons enfin par ce moteur, impossible à voir et qui nous gratifie d’une sonorité à l’échappement agréable avec en bonus quelques bruits du turbo qui rajoutent une touche de sportivité. Avec son couple disponible sur une large plage comprise entre 2 000 et 5 000 tr/min, le 4 cylindres propulse sans aucune difficulté l’A110. Il est parfaitement secondé par une boîte à double embrayage à 7 rapports complètement retravaillée pour l’occasion, qui se montre rapide et réactive en conduite sportive mais aussi douce et fluide en usage quotidien. On regrettera simplement que les palettes soient solidaires de la colonne de direction et non du volant.

Nettement moins exigeante, plus confortable et tout aussi efficace qu’une Alfa Romeo 4C, cette A110 se positionne clairement comme l’une des références de la catégorie. Elle peut se mesurer sans aucun problème avec le Cayman. Son homogénéité, son efficacité et son confort sont de sérieux arguments pour la faire s'imposer face au coupé allemand.

Portfolio (57 photos)

En savoir plus sur : Alpine A110 (2e Generation)

SPONSORISE

Essais Coupé

Fiches fiabilité Coupé

Toute l'actualité

Commentaires (367)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Le problème reste le portefeuille ! Sinon, tel que l’on pouvait l’attendre : Sportive, bien finie , un design très réussi et agréable et des performances au top .

Si certains éléments font tiquer et un peu bas de gamme, ce n’est pas un problème, la fonctionnalité est là et le prix reste tout de même contenu .

Déjà un succès avec des délais d’attente digne d’une supercar !

Par

Une grande réussite, à n’en pas douter!

Mais... rappelez nous un peu les chiffres de puissance et de poids de la 4C?

Ah ben, non, ça ferait tache...

Par

J'en veux une mais je ne peux pas :biggrin: Elle a l'air terrible a conduire et le son finalement pour un 4 cylindre est sympathique.

Par

Il me reste un obstacle pour craquer et eventuellement troquer mon Elise: le toit. Allez, une version decouvrable siouplait! :P

Par

Un bon compromis entre l'alfa plus radicale et la porsche surement plus agréable au quotidien mais beaucoup plus lourde. Très bonne voiture qui saura trouvé sa clientèle!

Quand à la audi tts je n'ai pas compris ce qu'elle faisait dans ce comparatif. Pas vraiment la même catégorie.

Par

Le retour de la voiture plaisir à la française...merci Renault ! Ca faisait 30 ans qu'on attendait le retour de la France sur ce créneau abandonné depuis...la fin de la première Alpine dans les années 90 !

Par

En réponse à Xelon

Une grande réussite, à n’en pas douter!

Mais... rappelez nous un peu les chiffres de puissance et de poids de la 4C?

Ah ben, non, ça ferait tache...

En lisant mieux l'article, et notamment la page "Face a la concurrence", on trouve les chiffres. Ceci etant, ceux de la 4C sont tres tres optimistes au niveau du poids (rajouter un bon gros quintal au minimum, et en restant gentil).

D'ailleurs... Poids officiel a sec 895kg, 920kg a vide. Les liquides sont tres tres legers chez le biscione...

Par

Un peu léger comme essai pour une voiture tant attendue, heureusement que les confrères creusent plus le sujet. Pas de détail sur les modes de conduite qui changent pas mal de chose, la boite etc.. Je pourrai faire le même essai

Par

En réponse à

C'est incroyable les constructeurs Francais ressuscite les marques des véhicules de légende après des dizaines d'année de d'absence , et la seul chose qu'on entend c'est des abrutis critiquer ,

Par

En réponse à ChrisLeGrand

Un bon compromis entre l'alfa plus radicale et la porsche surement plus agréable au quotidien mais beaucoup plus lourde. Très bonne voiture qui saura trouvé sa clientèle!

Quand à la audi tts je n'ai pas compris ce qu'elle faisait dans ce comparatif. Pas vraiment la même catégorie.

Bah il faut bien essayer de comparer a quelque chose. Au moins pour effectivement comclure que ca n'est pas le meme genre de voiture. Le plaisir de conduire face au plaisir de posseder...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire