Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac 20 ans    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Le patron de Seat sera-t-il le héros de Renault ?

Dans Economie / Politique / Personnalités

L’arrivée de l’Italien à la tête du Losange est imminente. Sur le papier, celui qui a, en partie, sauvé Fiat et Seat paraît le mieux désigné pour tenter de régler les problèmes de la première marque française. Mais le défi à relever est colossal et la suite de sa carrière à la tête de l’Alliance pourrait dépendre de sa réussite.

Luca De Meo, le premier étranger à la tête de Renault.
Luca De Meo, le premier étranger à la tête de Renault.

Ce n’est pas du foot, et Luca De Meo n’est pas Kilian M’Bappé. Pourtant, ce qui se trame ces jours-ci à Wolfsburg ressemble fort à un transfert de star du ballon rond. Car dans les bureaux du siège du groupe Volkswagen, Jean-Dominique Senard, président de l’Alliance Renault Nissan, négocie avec son homologue Herbert Diess, patron du groupe allemand, l’arrivée de Luca De Meo à la tête du Losange. C’est que ce dernier, comme la plupart des cadres dirigeants, supérieurs ou moyens, se voit affublé d’une clause de non-concurrence et c’est pour la lever, moyennant argent, que les deux patrons discutent, comme le feraient des agents de joueurs pour transférer leurs poulains du PSG au Real Madrid.

Italien et polyglotte

La somme en jeu ne devrait pas fuiter, mais, assemblée générale et rapport annuel obligent, on devrait connaître un jour ou l’autre le salaire de l’Italien à la tête de Renault, qui pourrait, du moins pour ses débuts, être moins élevé que sa rémunération allemande.

Car c’est une première historique : ce n’est pas un Français qui va diriger l’ex-Régie. Même le très mondialiste et voyageur Carlos Ghosn avait (entre autres) un passeport tricolore. De Meo, lui, est italien, ce qui ne l’empêche pas de parler couramment cinq langues, dont le français, avec un charmant accent transalpin. Mais ce n’est pas ce critère qui a guidé le choix de Jean-Dominique Senard, ni du gouvernement français, actionnaire de référence du losange. C’est plutôt le parcours du garçon.

La Fiat 500 : petite, mais très lucrative.
La Fiat 500 : petite, mais très lucrative.

En effet, l’homme est avant tout un as du marketing. Ce qui, en dehors de sa nationalité, est aussi un changement historique chez Renault. Maison d’ingénieurs ou de gestionnaires, puisque les précédents dirigeants étaient tous formés dans ces domaines, l’ex-Régie va pour la première fois tester le flair De Meo. Comme celui qui lui a valu sa première étoile, et la reconnaissance de ses pairs.

Nous sommes en 2006, et l’homme se voit confier le lancement de la Fiat 500, nouvelle version du mythe de la marque turinoise. L’engin, qui hérite de la base mécanique de la Panda, doit être positionné comme sa grande sœur : pas cher et pratique et à un prix légèrement inférieur. Normal pour une voiture moins habitable.

Mais De Meo tente un pari : faire de la nouvelle Fiat un objet de luxe, une auto premium sans une once de qualité du premium, mais avec un véritable style et des personnalisations infinies. Résultat : en entrée de gamme : la petite 500 est aujourd’hui vendue près de 13 000 euros, quand la « grande » Panda frôle à peine les 10 000 euros.

Le redresseur de Seat

Et le tour de passe-passe fonctionne à merveille. Douze ans plus tard, l’histoire lui a donné plus que raison : la mini-Fiat a sauvé la maison Fiat. Elle est même la seule auto rentable de la firme.

De Meo, lui, a été remercié par un cadeau empoisonné : Sergio Marchionne, le défunt PDG du groupe, lui a offert dans la foulée, en 2008, la direction d’Alfa Romeo avec un objectif : doubler ses ventes et les amener à 300 000 unités commercialisées chaque année. Un truc à la mesure du bonhomme. Mais il a vite senti que son boss facétieux lui tendait un piège, car pour redresser la marque, aucun budget supplémentaire ne lui était confié. Et le plan de nouveaux produits était aussi vide que la résidence surveillée de Carlos Ghosn au Japon. Vexé, il quitte l’Italie en 2009. Direction l’Allemagne et le groupe Volkswagen.

Seat Ateca : le premier SUV de la marque et le début de l'ascension.
Seat Ateca : le premier SUV de la marque et le début de l'ascension.

Il va faire ses armes à la direction des ventes d’Audi, rongeant son frein en attendant que son nouvel employeur lui confie une marque. C’est chose faite en 2014. De Meo se retrouve propulsé à la tête de Seat, l’animal espagnol blessé qui vit des heures sombres.

Quatre ans plus tard, la marque de Martorell renaît. Ses SUV Ateca et Arona ont relancé la machine. De Meo obtient de l’Allemagne l’accès aux dernières technologies du groupe, alors qu’auparavant, il fallait patienter des mois, voire des années pour que Seat en dispose. Et, comme il l’avait fait chez Fiat, en créant la marque Abarth, le nouveau patron sépare les sportives du reste de la gamme en lançant la marque Cupra. Une distinction dont il ne verra pas les résultats (fin 2020), puisqu’il est en train de boucler ses valises pour Boulogne-Billancourt.

Le challenge Renault

Le chantier qui l’attend en France n’est évidemment pas le plus simple. Car le groupe Renault, qui regroupe notamment le Losange, Dacia et Alpine, n’est pas des plus vaillants.

Alpine doit réduire ses cadences de production car les ventes s’essoufflent après deux ans d’un succès plutôt franco-français. Elle doit être relancée pour éviter que l’aventure de la berlinette ne vire au feu de paille.

Chez Dacia, la montée en gamme constatée sur le Duster notamment doit être savamment orchestrée, et le renouvellement du best-seller Sandero, prévu cette année, doit être bien mis en musique.

Mais le gros des travaux de De Meo va porter sur la marque Renault. Car l’ex-Régie fait face à un problème récurrent depuis des années : son incapacité à monter en gamme, sa difficulté à se dépêtrer des petites autos, sa spécialité, et à produire des grandes voitures, beaucoup plus rentables que la Clio, son absolu best-seller.

Renault Clio : le best-seller du osange, isolé dans une gamme moins rentable.
Renault Clio : le best-seller du osange, isolé dans une gamme moins rentable.

Car les tentatives de se frayer un chemin dans les SUV compacts, grands SUV ou berlines ne sont pas à franchement parler des réussites. La Talisman reste invisible sur les routes, les Kadjar et Koleos se font damer le pion par les Peugeot 3008 et 5008, et l’Espace, enfant naturel d’un monospace et d’un SUV, est en petite forme.

Lucas De Meo devra donc sortir de sa zone de confort - les petites autos généralistes - pour tenter de transformer Renault en le tirant vers le haut. C’est très certainement le challenge qui va lui être confié dès sa prise de fonction. Sa réussite, ou son échec, devrait conditionner la suite de sa carrière au sein de la galaxie Renault-Nissan. Car Jean-Dominique Senard, du haut de ses 65 ans, a prévenu son conseil d’administration dès son arrivée : il ne briguera qu’un seul mandat. Son successeur sera-t-il italien ? Il a trois ans pour convaincre, le temps de déployer une stratégie efficace pour que Renault ne devienne pas Fiat, en misant tout son outil industriel sur la seule Clio.

En savoir plus sur : 4X4 - SUV - Crossover

4X4 - SUV - Crossover

SPONSORISE

Actualité 4X4 - SUV - Crossover

Avis 4X4 - SUV - Crossover

Avis Volkswagen Touareg 2II (2) 3.0 V6 TDI 262 FAP 4MOTION BLUEMOTION TECHNOLOGY CARAT EDITION TIPTRONIC (2015)

Par Toto53600 le 31 Mars 2020 à 11h27

Lire l'avis»

Toute l'actualité

Commentaires (33)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Le parcours du garçon est prometteur.

Après ce sera un nouveau défi pour lui : il sort de deux expériences dans des marques challengeuses qui ne demandaient qu'a progresser (voir se sauver pour Fiat), pour atterrir dans une marque très bien installée sur son marché et qui n'a rien à craindre, qui plus est locomotive de son "groupe" à l'inverse de Seat

Mis à part la Clio, ça fais 20 ans que la gamme Renault est moribonde et que j'ai le sentiment que la marque ne progresse pas, reste à voir si les recettes appliquées chez Fiat et Seat fonctionneront avec le Losange

Par

Renault pique du gros gibier à PSA, Gilles Le Borgne, 57 ans, est diplômé de l’École Nationale Supérieure des Céramiques industrielles.

Après plus de trente années passées dans le Groupe PSA, Gilles Le Borgne est reconnu comme l’un des grands experts français les plus complets en matière d’ingénierie et de conception de véhicules.

Après huit ans de recherche et développement sur les matériaux et les technologies, il devient ingénieur en chef de la plateforme Citroën C3 phase I. Il prend ensuite la responsabilité des concepts avancés véhicules pendant sept ans. En 2010, il est nommé à la tête de la Direction Avant-Projets, avant de devenir Directeur de la Recherche et du développement en avril 2013 puis Directeur Qualité et Ingénierie du groupe PSA de septembre 2016 à mai 2019.

De Janvier 2015 à mai 2018, il est aussi Président du Comité Technique Automobile (CTA) au sein de la PFA (Plateforme de la Filière Automobile). En 2018, il reçoit le prix « Eurostar » décerné par Automotive News Europe dans la catégorie « Product Development Executive ».

Par

tiens quand c'est le contraire ça fait les gros titres !!! Renault pique du gros gibier à PSA, Gilles Le Borgne, 57 ans, est diplômé de l’École Nationale Supérieure des Céramiques industrielles rejoint RENAULT

Par

En réponse à jaco14

tiens quand c'est le contraire ça fait les gros titres !!! Renault pique du gros gibier à PSA, Gilles Le Borgne, 57 ans, est diplômé de l’École Nationale Supérieure des Céramiques industrielles rejoint RENAULT

Qu'est-ce que tu racontes là Jacques ? S'agirait de respirer un coup et de déstresser

Par

Faut arréter avec les histoires de Renault/PSA/FIAT/VW etc etc...

que ce soit les dirigeants, les ingénieurs, les techniciens, les ouvriers...tout le monde peut passer de l'un à l'autre.

Bon, dans la classe dirigeants ça se fait moins à cause du nombre de poste dispo.

Tavarès ex Renault..ok.

Mais même ce De Meo est déjà passé de FIAT à VW.

Dans le design Malval part de Citroën pour aller chez Mercedes et est remplacé par Leclercq en provenance de chez KIA.

Et Van den acker il venait d'où avant d'officier chez Renault ?

Audi, Ford, Mazda...dans l'ordre.

C'est la valse permanente et elle continuera longtemps.

Il n'y a pas de quoi crier au scandale ou en tirer gloriole.

Par

'Car les tentatives de se frayer un chemin dans les SUV compacts, grands SUV ou berlines ne sont pas à franchement parler des réussites. La Talisman reste invisible sur les routes, les Kadjar et Koleos se font damer le pion par les Peugeot 3008 et 5008, et l’Espace, enfant naturel d’un monospace et d’un SUV, est en petite forme.'

Ca fait des mois voire des années qu'on l'écrit , ici.

Par

En réponse à CrushBCT

Le parcours du garçon est prometteur.

Après ce sera un nouveau défi pour lui : il sort de deux expériences dans des marques challengeuses qui ne demandaient qu'a progresser (voir se sauver pour Fiat), pour atterrir dans une marque très bien installée sur son marché et qui n'a rien à craindre, qui plus est locomotive de son "groupe" à l'inverse de Seat

Mis à part la Clio, ça fais 20 ans que la gamme Renault est moribonde et que j'ai le sentiment que la marque ne progresse pas, reste à voir si les recettes appliquées chez Fiat et Seat fonctionneront avec le Losange

Clio et la Mégane, qui approchent la moitié des ventes Renault en Europe.

Par

Fiat a été certes sauvé, mais sa survie ne dépend que du succès d'un seul modèle, la 500.

Est-ce un modèle à suivre pour Renault, qui n'a déjà que la Clio qui se vend bien dans la gamme ?

Le succès viendra plutôt d'une chose : monter en gamme, ce que Renault n'a jamais su faire... même si certains modèles emblématiques ont rencontré un certain succès par le passé (R25 et premières générations d'Espace notamment).

Par

Je suis surement stupide, mais je vois pas en quoi avoir été le patron de Seat ou de Fiat

est rassurant quand on veut devenir le patron de Renault.

.

Je vous rapel que Renault, en France en Europe ou dans le monde

est encore aujourd'hui une énorme réussite face

Fiat ou Seat encore et toujours plus ou moins moribonds depuis une décennie au moins.

Par

En réponse à CrushBCT

Qu'est-ce que tu racontes là Jacques ? S'agirait de respirer un coup et de déstresser

moi ça va RAS!!! mais les pro PSA qui nous les rabotes en permanence avec les petits transferts à la petite gloire de leur fanion ça va les calmer un peut

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire