Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Essai XXL - Hyundai Kona (2021) : tout ce qu'il faut savoir

Dans Nouveautés / Restyling

Outre sa ligne originale, le Hyundai Kona présente une particularité unique sur le marché automobile, celle d'être disponible en essence, en diesel, en hybride et en électrique ! De quoi en offrir pour tous les goûts et toutes les utilisations, continuer à se distinguer dans la catégorie très concurrentielle des SUV urbains et mériter qu'on s'y attarde en profondeur dans cet essai au format XXL.

Essai XXL - Hyundai Kona (2021) : tout ce qu'il faut savoir

Note

des propriétaires

Voilà près de quatre ans que le Hyundai Kona a commencé sa commercialisation, un âge canonique dans le monde automobile et encore plus dans le pays si avide en nouveautés où habitent les SUV urbains. Mais cela lui a permis de passer par la case restylage en début d'année. Et cela n'a rien d'un repoudrage avec une face avant entièrement revue qui perd son aspect de gros jouet pour un visage plus lisse mais aussi un peu plus agressif. Est-ce que le coréen a perdu pour autant sa personnalité débordante qui justifiait une partie de son succès ? Pas du tout, voilà un modèle qu'on ne peut toujours pas confondre avec un autre. La version électrique se distingue par sa calandre fermée du plus bel effet.

Essai XXL - Hyundai Kona (2021) : tout ce qu'il faut savoir

Essai XXL - Hyundai Kona (2021) : tout ce qu'il faut savoir

 

Le Hyundai Kona offre une palette de 7 teintes de carrosserie mais seulement une est gratuite, le Dive In Jeju, une sorte de bleu clair déjà très sympathique. Il faudra sinon débourser 550 € pour avoir une autre des six couleurs métallisées mais sachez que quatre d'entre elles sont un blanc, deux gris et un noir, ce qui laisse seulement au final un bleu marine et un rouge si vous voulez un petit peu de peps.

Cette teinte du Kona est la seule gratuite du catalogue.
Cette teinte du Kona est la seule gratuite du catalogue.

Du côté des jantes, que de l'alliage mais la dimension dépendra de la finition ou de la motorisation choisie : forcément 17 pouces pour l'électrique, 16 ou 18 pouces pour l'hybride et 17 ou 18 pouces pour les motorisations essence et diesel. À noter que certains modèles sont très esthétiques, comme celui en 18 pouces de notre modèle d'essai, spécifique à l'hybride, mais peut-être un peu plus difficile à garder propre.

Essai XXL - Hyundai Kona (2021) : tout ce qu'il faut savoir
Essai XXL - Hyundai Kona (2021) : tout ce qu'il faut savoir

La jante de 17 pouces de l'électrique et le modèle en 18 pouces de l'hybride.

Habitabilité

Dans l’habitacle, les évolutions suite au restylage sont plus légères et se remarquent avant tout avec l'arrivée de l'instrumentation numérique de 10,25 de série à partir du second niveau de finition. C'est sobre et efficace, peut-être un peu trop, surtout quand on compare avec l'extérieur plus démonstratif, dommage que Hyundai n'ait pas prévu de programme de personnalisation ni étendu à toute la gamme l'originale console flottante dont seule profite la version électrique. Pas de fantaisie non plus en matière de sellerie, du tissu pour tout le monde sauf pour le haut de gamme Executive qui a droit à du cuir.

La planche de bord manque de fantaisie par rapport à l'extérieur mais l'ensemble est ergonomique et bien fini.
La planche de bord manque de fantaisie par rapport à l'extérieur mais l'ensemble est ergonomique et bien fini.

Rien à redire cependant en matière d'ergonomie, tout est placé là où il faut, on s'y habitue très vite, et le système multimédia, avec son écran de 8 pouces sur les deux premiers niveaux de finition et de 10,25 pouces sur les deux derniers, est aussi très facile à prendre en main. En matière de rangements, le Kona fait dans le classique : des bacs de portière, un accoudoir central qui s'ouvre, un emplacement devant le levier de vitesses pour poser son smartphone et une boîte à gants à la taille modeste et c'est tout.

Essai XXL - Hyundai Kona (2021) : tout ce qu'il faut savoir
Essai XXL - Hyundai Kona (2021) : tout ce qu'il faut savoir

L'instrumentation fait partie des nouveautés arrivées avec le restylage. A droite, la séduisante console centrale flottante malheureusement réservée à l'électrique.

Le Kona offre sinon un beau rapport habitabilité/encombrement puisque malgré sa longueur modeste de 4,20 m, les passagers arrière disposent d'une belle place aux jambes et autant au niveau de la tête. Dommage que l'assise de la banquette soit exagérément ferme. Le coffre n'est pas sacrifié pour autant, avec 361 litres en configuration deux places et 1 143 litres en deux places, les électriques devant se contenter de 332 à 1 114 litres, sans emplacement prévu pour les câbles de recharge qui plus est.

Essai XXL - Hyundai Kona (2021) : tout ce qu'il faut savoir
Essai XXL - Hyundai Kona (2021) : tout ce qu'il faut savoir

De la place à l'arrière et dans le coffre, le Kona propose un excellent rapport habitabilité/encombrement.

Tous les niveaux de finition

Le Hyundai propose quatre finitions mais attention, seul l'hybride bénéficie du premier niveau baptisé Initia contre 27 000 €. Il se montre déjà plutôt complet avec allumage automatique des feux, maintien dans la voie, caméra de recul, climatisation automatique, système multimédia avec écran couleur tactile de 8 pouces et compatibilité Apple CarPlay et Android Auto, feux de jour et de position à LED, jantes alliage de 16 pouces et régulateur ainsi que limiteur de vitesse.

Vient ensuite la finition Intuitive à partir de 24 050 € avec le moteur essence et qui ajoute aide au stationnement arrière, capteur de pluie, instrumentation numérique de 10,25 pouces, rétroviseurs rabattables électriquement, siège conducteur avec support lombaire électrique, siège passager avant réglable en hauteur et vitres arrière surteintées.

Creative, à partir de 26 400 € ajoute affichage tête haute, recharge de smartphone par induction, projecteurs avant et feux arrière à LED, reconnaissance des panneaux, services connectés Bluelink, système audio premium Krell, accès et démarrage sans clé et écran central de 10,25 pouces avec navigation.

Essai XXL - Hyundai Kona (2021) : tout ce qu'il faut savoir
Essai XXL - Hyundai Kona (2021) : tout ce qu'il faut savoir

Les phares Full LED et le grand écran central de 10,25 pouces sont de série à partir de la finition Creative.

Et le haut de gamme est incarné par Executive, à partir de 28 450 €, et qui complète avec aide au stationnement avant, alerte de circulation transversale à l’arrière, régulateur de vitesse adaptatif, sellerie cuir, sièges avant chauffants et réglables électriquement et surveillance active des angles morts.

Le catalogue des options se limite à une seule page avec deux lignes : la peinture métallisée à 550 € et le toit ouvrant aussi à 550 € mais seulement pour la finition Executive.

Les motorisations

Le Hyundai Kona offre donc toujours deux motorisations thermiques mais elles bénéficient toutes les deux d'une micro-hybridation 48V, c’est-à-dire d'un alternodémarreur offrant une brève assistance lors des phases de relance avec l'énergie récupérée à la décélération. On commence par l'essence, un trois cylindres 1.0 T-GDI de 120 ch et 171 Nm qui n'est pas ce qu'on fait de plus performant sur le papier, avec un 0 à 100 km/h en 11,9 s, mais qui dans la réalité donne une vraie impression de vivacité. Il peut de plus se montrer plutôt sobre avec un pied léger et une bonne utilisation de la micro-hybridation. Dommage qu'il n'existe qu'en boîte manuelle, même si à six rapports, ce qui n'est pas le cas du diesel, un 4 cylindres 1,6 CRDi de 136 ch, aussi disponible avec une boîte DCT-7 double embrayage à sept rapports. Coupleuse et économique, c'est aussi la seule motorisation du Kona à pouvoir être associée à une transmission intégrale, ce qui devrait plaire aux montagnards.

Essai XXL - Hyundai Kona (2021) : tout ce qu'il faut savoir

La chaîne de traction a déjà été vue et revue dans de nombreux modèles de Hyundai et de Kia et elle est d'une efficience étonnante.

Mais ces deux motorisations paraissent bien préhistoriques face à la motorisation hybride qui est aussi offerte, celle de notre modèle d'essai, l'une des très rares sur le segment des SUV urbains mais aussi l'une des meilleures puisqu'on a pu apprécier toutes ses qualités dans de nombreuses autres voitures du groupe Kia-Hyundai. La partie thermique est constitué d'un 4 cylindres 1,6 à cycle Atkinson de 105 ch avec boîte double embrayage à sept rapports DCT-7 et associé à un moteur électrique de 43,5 ch, lui-même alimenté par une petite batterie lithium-ion de 1,56 kWh. L'ensemble développe 141 ch et se montre aussi performant qu'efficient et agréable, un vrai plaisir qui ne coûte que 600 € de plus que le diesel à finition égale et boîte de vitesses identiques.

Enfin, le Kona est proposé en version électrique avec deux modèles : 136 ch avec batterie de 39 kWh ou 204 ch et batterie de 64 kWh, sans aucun doute le rapport capacité/encombrement le plus avantageux du marché. Comme pour l'hybride, ce sont des chaînes de traction que l'on voit depuis plusieurs années sur de nombreux autres modèles et ça reste parmi ce qu'on fait de mieux dans le domaine en termes de performance et d'autonomie. On peut ainsi faire jusqu'à 484 km en une seule charge avec la grosse batterie et elle peut encaisser jusqu'à 11 kW en courant alternatif et 100 kW en courant continu, avec seulement 47 minutes dans ce dernier cas pour passer de 10 à 80 % de charge.

Conduite

Ville

Qui dit SUV urbain, dit forcément à l'aise en ville, et effectivement, le Kona dans sa motorisation hybride se montre particulièrement à son avantage ici, avec une bonne maniabilité, une visibilité périphérique satisfaisante et un tandem essence/électrique faisant merveille, avec du couple à bas régime et une consommation maîtrisée.

Le Kona n'est peut-être pas le plus excitant du marché à conduire mais il se montre tout de même globalement efficace et confortable.
Le Kona n'est peut-être pas le plus excitant du marché à conduire mais il se montre tout de même globalement efficace et confortable.

Route

Sur route, le Kona se révèle agréable avec un excellent maintien de caisse et un bon dynamisme notamment grâce à une direction bien calibrée, même si un Peugeot 2008 reste plus agile. On pourra cependant lui reprocher quelques vibrations sur certaines imperfections de la route transmises fidèlement dans l'habitacle si vous avez comme ici les grosses jantes de 18 pouces, un défaut qui disparaît avec les plus petits diamètres.

Autoroute

Même avec tout de même 141 ch à disposition, le Kona n'est pas vraiment un foudre de guerre. Les relances sont parfois laborieuses mais le coréen peut cependant parfaitement se maintenir à la limitation de vitesse. Ce n'est cependant pas à ce rythme et à vitesse stabilisée que le système hybride est le plus à son avantage en matière de consommation et le petit réservoir de 38 litres nécessitera des arrêts à la pompe réguliers.

La concurrence

La catégorie des SUV urbains a beau être particulièrement encombrée, le Hyundai Kona parvient à se distinguer en étant la seule proposition du segment en hybride et en deux motorisations électriques, toutes deux de plus extrêmement abouties. Ces deux dernières n'ont pas vraiment de rivales mais la première voit enfin arriver ces derniers temps de la concurrence avec le Renault Captur E-Tech, le Honda Jazz Crosstar et le Toyota Yaris Cross. Les versions essence et diesel du coréen doivent faire face à un peu plus d'adversité mais leur micro-hybridation 48V se montre très efficace, permettant de gratter quelques grammes de CO2 en améliorant légèrement les performances. Les tarifs ne sont plus la qualité première des Hyundai aujourd'hui, mais avec un bon rapport habitabilité/encombrement et une ligne qui s'est assagie sans pour autant perdre de la personnalité, cela fait toujours du Kona un modèle de choix qui mérite amplement de garder le succès qu'il a déjà rencontré.

Informations techniques

Taux d'émission de CO2 et bonus/malus (norme NEDC)
de la version la plus écologique de : Hyundai Kona

0 g/km - bonus : 7000 €*

*Pour les voitures de plus de 45 000 € et jusqu’à 60 000 € le bonus est limité à 3 000 €, au-delà il n’y a plus de bonus

Début de commercialisation du modèle :
Hyundai Kona

Juillet 2017

Portfolio (50 photos)

SPONSORISE

Essais 4X4 - SUV - Crossover

Fiches fiabilité 4X4 - SUV - Crossover

Toute l'actualité

Commentaires (12)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Qu'est-ce qu'il a de XXL, cet essai ? Il ne fait qu'une page.

Par

Le genre de véhicule qui peut être plein de qualités mais bordel, qu'est ce qu'il est affreux ...

Extérieurement tout est à jeter ... les optiques avants / arrières, les passages de roues, ... et en bonus, sur la version électrique, cette trappe XXL dégueulasse décentrée sur la face avant.

Par

En réponse à Aznog

Le genre de véhicule qui peut être plein de qualités mais bordel, qu'est ce qu'il est affreux ...

Extérieurement tout est à jeter ... les optiques avants / arrières, les passages de roues, ... et en bonus, sur la version électrique, cette trappe XXL dégueulasse décentrée sur la face avant.

Et pourtant, sans tous ces détails de style outranciers, on aurait touché du doigt le sans faute.

Les proportions et l'allure générale ne sont pas vilaines. :bah:

Cela dit, toutes proportions gardées, je le préfère à la phase I.

Par

En réponse à Millichap

Et pourtant, sans tous ces détails de style outranciers, on aurait touché du doigt le sans faute.

Les proportions et l'allure générale ne sont pas vilaines. :bah:

Cela dit, toutes proportions gardées, je le préfère à la phase I.

Je dis pas le contraire.

L'intérieur est sobre (voire morose) mais le moindre détail de style qu'ils ont ajouté sur l'extérieur est un ratage complet ... à commencer par ces feux à double étage (l'effet de mode débuté par Citroën avec son C4 Picasso et, malheureusement, repris par moult constructeurs) d'une horreur sans nom.

Par

La version N Line est prévu pour quand ? si quelqu'un a des infos , je suis preneur. Merci d'avance .

Par

En réponse à Aznog

Je dis pas le contraire.

L'intérieur est sobre (voire morose) mais le moindre détail de style qu'ils ont ajouté sur l'extérieur est un ratage complet ... à commencer par ces feux à double étage (l'effet de mode débuté par Citroën avec son C4 Picasso et, malheureusement, repris par moult constructeurs) d'une horreur sans nom.

J'espère pour toi que tu positives un peu plus dans la vie :bah:

Par

Le côté tarabiscoté a un peu disparu.

Suis pas du tout fan de cette voiture. Elle se vend bien, c'est le principal pour elle !

Par

Personnellement, je trouve vraiment bien que Hyundai développe un design aussi original pour ses voitures. Avant, on leur reprochait de copier. Ils n'ont plus aucun complexe ! Je trouve assez épatants les nouveaux Tucson et Bayon. Ainsi que ce Kona qui est vraiment sympathique et qui ose des couleurs vives. Cela nous change de la morosité. Le Bayon en "vert mangrove" ou "aqua turquoise" est vraiment spécial ; c'est bien d'oser (les feux arrière !). Et les peintures sont vraiment belles : j'ai vu récemment une nouvelle i20 avec une laque "bleu de prusse" profonde et un vernis impeccable.

Ce Kona a été dessiné par l'auteur de la Lamborghini Gallardo, Luc Donkerwolke. Il s'amuse bien chez Hyundai, manifestement. Je crois que Hyundai cherche à rajeunir son public et son image avec des produits un peu "rock" et "techno" pour plaire à la jeune génération.

Par

En réponse à Millichap

Et pourtant, sans tous ces détails de style outranciers, on aurait touché du doigt le sans faute.

Les proportions et l'allure générale ne sont pas vilaines. :bah:

Cela dit, toutes proportions gardées, je le préfère à la phase I.

Inversement, j'aime pas ce restylage. Je préfère l'avant de la phase 1 qui donne un look plus sportif, là c'est trop adoucie et l'arrière perd son côté baroudeur. Puis dommage que Hyundai ait stoppé le bi-ton depuis 2019 contrairement à l'angleterre.

Par

En réponse à Aznog

Je dis pas le contraire.

L'intérieur est sobre (voire morose) mais le moindre détail de style qu'ils ont ajouté sur l'extérieur est un ratage complet ... à commencer par ces feux à double étage (l'effet de mode débuté par Citroën avec son C4 Picasso et, malheureusement, repris par moult constructeurs) d'une horreur sans nom.

Ca a débuté bien avant, avec le Nissan Juke. Et je parie qu'on pourrait même remonter en arrière.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire