Publi info

BMW Série 1 F40 : le pouvoir de l'attraction (Présentation vidéo)

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

En remisant au placard son architecture de propulsion et son six-cylindres, la nouvelle BMW Série 1 risque d'en décevoir certains. Mais pas assez pour la marque munichoise, qui voit en ce choix la solution la plus optimale pour améliorer son espace à bord, notamment. Première rencontre avec cette compacte qu'on nous promet au moins aussi dynamique que la précédente. 

BMW Série 1 F40 : le pouvoir de l'attraction (Présentation vidéo)

En deux générations, BMW a vendu 1,3 million de Série 1. Un modèle important pour la marque, essentiellement en Europe, mais qui prend le risque d’abandonner son architecture de propulsion unique sur le segment. Un choix qui vise évidemment une économie d’échelle (la plate-forme est utilisée par les monospaces Série 2 et Mini) et qui permet également d’entièrement repenser l’espace intérieure de la Munichoise – son plus gros grief depuis la sortie de la 1re génération sortie en 2004. En se dotant désormais de roues avant motrices et de moteurs placés en position transversale, la cellule accueillant les passagers a désormais plus d’espace pour s’étendre, alors que le format est légèrement revu à la baisse.

BMW Série 1 F40 : le pouvoir de l'attraction (Présentation vidéo)

Cette génération F40 est 5 mm plus courte (4,32 m), avec un empattement raccourci de 2 cm. Pour autant, elle offre 3,5 cm de plus pour les jambes aux places arrière, et 1,3 cm de plus aux épaules. Sa garde au toit a également été revue à la hausse (1,3 cm de plus). L’accès à la banquette est également facilité par une ouverture des portes agrandies de 8 cm. Voilà pour les chiffres. Dans les faits, l’assise est sensiblement plus confortable, et la sensation d’engoncement des précédentes générations se fait moins sentir.

BMW Série 1 F40 : le pouvoir de l'attraction (Présentation vidéo)
BMW Série 1 F40 : le pouvoir de l'attraction (Présentation vidéo)

La BMW Série 1 troisième du nom (qui n’est plus proposée qu’en cinq portes) n’en devient pas pour autant une référence dans la catégorie (on trouve plus spacieux pour pas beaucoup plus grand), mais les progrès sont louables, d’autant plus que le tunnel de transmission – elle reste proposée en quatre roues motrices – est nettement moins proéminent. Un plus pour le passager central qui devra tout de même composer avec une assise ferme et étroite.

BMW Série 1 F40 : le pouvoir de l'attraction (Présentation vidéo)
BMW Série 1 F40 : le pouvoir de l'attraction (Présentation vidéo)

Quant au coffre, il affiche désormais 380 l de chargement. C’est environ 20 l de mieux qu’auparavant et 10 l de mieux qu’une Mercedes Classe A  pourtant 10 cm plus longue. En revanche, il faut noter que ce volume global prend en compte le compartiment situé sous le plancher de coffre (environ 60 l), qu’on ne peut ni régler en hauteur, ni complètement retirer de la soute. 380 l donc, mais à compartimenter. La BMW Série 1 se rattrape avec un hayon motorisé, unique à ce niveau de gamme.

BMW Série 1 F40 : le pouvoir de l'attraction (Présentation vidéo)

Nouvelle référence techno

Retour à bord avec des places avant là aussi plus spacieuses. La nouvelle Série 1 évolue plus en douceur, avec une planche de bord qui affiche toujours un style classique teinté de sportivité. Toujours orientée vers le conducteur, elle est désormais surplombée (à condition de cocher l’option BMW Live Cockpit Navigation Pro), par deux écrans de 10,25 pouces. Un affichage tête haute (une première sur la Série 1) est également de la partie avec un format généreux de 9,2 pouces. Un système que l’on a trouvé un peu trop présent visuellement sur les grandes BMW. Son système d’info divertissement est toujours piloté par une molette centrale, désormais doublé par un assistant vocal actionné par un simple « Hey BMW » et un contrôle gestuel.

BMW Série 1 F40 : le pouvoir de l'attraction (Présentation vidéo)

Qualité de fabrication et ergonomie y gagnent, avec un éclairage d’ambiance très travaillé et personnalisable et, pour la première fois, un large toit vitré panoramique. Côté techno, la Série 1,40 F s’aligne sur l’offre proposée par ses grandes sœurs. Passons sur le freinage automatique d’urgence avec détection des piétons et des cyclistes, l’aide au maintien de file active et l’éclairage full LED, devenu standard. La nouvelle Série se dote également d’une navigation connectée capable d’indiquer le chemin le plus propice pour trouver une place de stationnement, du Park Distance Control et du parking Assistant, capable d’enregistrer les 50 derniers mètres avant le stationnement, et de les reproduire, en marche arrière, seul, pour sortir de la place. On note également l’arrivée d’une clé virtuelle pour déverrouiller et démarrer la voiture de puis son smartphone. Une fonction que l’on peut partager avec d’autres personnes.

BMW Série 1 F40 : le pouvoir de l'attraction (Présentation vidéo)
BMW Série 1 F40 : le pouvoir de l'attraction (Présentation vidéo)

Que des trois et quatre cylindres sous le capot

Sous le capot, la BMW Série 1 rentre également dans le rang en abandonnant son unique six-cylindres en ligne. La gamme se composera au lancement (le 26 septembre prochain après une présentation au public au salon de Francfort), de deux versions essence et trois diesel. Pour les amateurs de sans-plomb, il y aura donc la 118i de 140 ch, disponible avec la boîte automatique à double embrayage et sept rapports, et la turbulente M135i xDrive de 308 ch et BVA8, qui utilise désormais un quatre-cylindres 2.0 turbo.

BMW Série 1 F40 : le pouvoir de l'attraction (Présentation vidéo)

En diesel, la 116d de 116 ch est accompagnée de la 118d de 150 ch (toutes deux disponibles en boîte automatique). Quant à la 120d de 190 ch est uniquement disponible en quatre roues motrices et BVA8. Côté châssis, BMW nous promet un dynamisme préservé avec un comportement qui serait la nouvelle référence pour les tractions. Pour cela, la nouvelle Série 1 peut compter sur sa suspension pilotée adaptative, son train arrière multibras sur toutes les versions et son différentiel mécanique à glissement limité pour juguler le sous-virage. Enfin, côté tarifs, l’augmentation des prix est de quelques centaines d’euros mais avec un équipement de série enrichi. L’entrée de gamme en essence (118i BVM6 en version Série 1) est affichée à 27 300 euros (et culmine à 34 750 euros en finition M. Sport). Pour les plus sportifs, la M135i xDrive réclame 54 500 euros, hors option. Quant aux versions diesel, elles démarrent à 27 150 euros en version 116d, 30 200 euros pour la 118d et 38 400 euros en 120d xDrive.

BMW Série 1 F40 : le pouvoir de l'attraction (Présentation vidéo)
BMW Série 1 F40 : le pouvoir de l'attraction (Présentation vidéo)

 

Cette nouvelle BMW Série 1 prend un pari qui n’est finalement pas si risqué que ça, seuls les puristes (une minorité des clients) étant attachés à la propulsion. Produite sur une base technique déjà utilisée, la nouvelle Série 1 évite une envolée des tarifs, tout en proposant un habitacle plus spacieux et un contenu technologique de référence dans la catégorie. Quant au dynamisme, nous pouvons probablement faire confiance aux ingénieurs maison pour rendre cette Série 1 traction aussi efficace que la précédente. Nous ne manquerons pas de vérifier cela dès cet été lors des premiers essais.

Portfolio (25 photos)

En savoir plus sur : Bmw Serie 1

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (127)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Très déçu on dirai un petit monospace une série 2 active tourer en réduction. Son arrière qui fait très Audi, son intérieur qui est moins spectaculaire que la classe A. Et sa gamme de moteur qui n'a rien de particulier en fera une compacte premium de second plan pas forcément mieux qu'une éventuelle future 308 ou que la prochaine golf 8. Et remarquez la mesquine ouverture des fenêtres arrières tout simplement ridicule pour une voiture qui mise sur l'espace arrière. RENDEZ NOUS les précédentes versions propulsion et 6 cylindres!!!!

Par

Elle est deguelasse cette BM et indigne de son blason, c'est plus ça cette marque, je retiens 4 modeles Z4 M2; M4 et Serie 8 le reste poubelle

Par

Vous voulez une traction 4cylindres vendue au prix d'une propulsion 6cylindres, la voici...

Par

Je suis soulagé, c'est moins pire que ce que je pensais. En faisant abstraction du modèle précédent que j'adore, cette nouvelle génération est assez mignonne et je pense qu'elle plaira spécialement aux femmes (ok ok je me base sur des stéréotypes)

Par

X2?

Active Tourer?

Série 1?

Le jeu des 7 erreurs...

Par

A la question de mettre 54500 euros et goûter à une petite sportive classique traction.

On peut aussi prendre une Alpine A110 de 252cv Pure voiture plaisir (week-end/circuits/petites routes.)

Et une petite 208-e électrique pour le quotidien.

Je pense que l'on peut si retrouver avec l'économie que représente l'electrique... (Même si évidemment il faut avoir un budget plus élevé au départ pour les acheter.)

Oui je sais qu'il s'agit d'une proposition 100% franchouillard...Mais je constate que les Premium allemandes perdent de plus en plus leur intérêt principale: Leur motorisation/propulsion. (On l'a vu avec les versions Audi S mazout...:pfff:)

Reste et encore ça se discute...Leurs finitions. :roll:

Par

pffff quel erreur d'être passé a la traction le tarif aurait du être 10 000€ moins chère mais sa sera 10 000€ plus élevé :violon:

Par

Oh p#tain 54500€ que ce que je fais avec sur autoscout24 avec des occasions à moins de 20000km

Par

C'est un monospace en fait ?

Sinon, bien la coupure du capot en plein milieu :biggrin:

Par

Eh bien étrangement séduit par cette nouvelle série 1! Elle n’a pas (encore?) je trouve ce côté too much qu’ont à présent les nouvelles grandes BMW, sûrement parce que la clientèle visée n’est pas la même. Si je devais rechercher une compacte, elle serait à coup sûr dans ma short list. Et si finalement c’était à présent cette série 1 qui représentait au mieux les valeurs de BMW, celles que véhiculait au préalable la série 3, véritable « voiture histoire » de la marque ?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire