Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

2. Sur la route : plaisir au rendez-vous

Essai vidéo - Mercedes Classe C Cabriolet : sortez découvert

Volant en main, le cabriolet Classe C révèle beaucoup de qualités. Commençons par ce qui fait sa spécificité : la capote. En France, contrairement à d'autres marchés, elle sera toujours, en série, triple épaisseur et avec coloris au choix (marron, bordeaux, bleu ou noir). Une bonne chose pour l'acoustique. En effet, il faut reconnaître que capoté, les bruits d'air et environnants sont très bien filtrés. On se croirait presque à bord du coupé tant la quiétude est de mise, y compris aux vitesses autoroutières allemandes. Avec une vitre arrière en verre et de bonne taille, la rétrovision reste correcte.

Décapoté, c'est le pied. Après une manœuvre de 20 secondes réalisable jusqu'à 50 km/h, on roule cheveux au vent. Mais pas trop. En effet, avec les vitres latérales remontées, on peut préserver son brusching jusqu'à des vitesses élevées, environ 120 à 130 km/h, et converser avec son passager sans trop de difficultés. Le système Aircap, qui consiste en un petit volet motorisé en haut du pare-brise, couplé au filet anti-remous (une option toutefois) permet de limiter aussi les turbulences pour les passagers installés à l'arrière.

 

Essai vidéo - Mercedes Classe C Cabriolet : sortez découvert

L'installation de cette capote a nécessité de renforcer le châssis, ce qui au final renchérit le poids de presque 150 kg. Un mal pour un bien, car ce cabriolet ne souffre d'aucun problème de rigidité. Au contraire. Le comportement est celui de la berline, ou même du coupé. Rabaissé de 15 mm par rapport à la 4 portes, doté de suspensions qui adaptent seules leur fermeté en fonction de la conduite (en série), le châssis est tout ce qu'il y a de plus dynamique ! La caisse est littéralement scotchée à la route, ventousée au bitume. Les vitesses de passage en courbes sont élevées, sans s'accompagner d'auréoles sous les bras. Bref, vous l'aurez compris, le plaisir de conduite est bien présent. D'autant que direction et freinage sont au diapason. La première est précise et très directe, le second sans reproche, aussi bien en puissance qu'en endurance.

La sensation globale est que tout se tient très bien, et est homogène. Sans d'ailleurs dégrader le confort. Les différents modes de conduite, sélectionnables via un interrupteur sur la console centrale, changent le comportement de façon sensible, de éco pour préserver la consommation, à Sport + pour dynamiser au maximum la réponse à l'accélérateur et la direction (un poil trop). entre les deux, on trouve un mode confort, parfait sur autoroute ou route bien plane, et un mode Sport, idéal lui pour la conduite dynamique. Le dernier mode "individual" permet de régler à la carte les paramètres. Lorsque l'option Airmatic (suspensions pneumatiques pilotées), les différents modes jouent aussi sur la fermeté de la suspension.

 

Un diesel performant mais sonore et moins sobre qu'attendu

Pour notre essai, nous avions sous le capot le diesel le plus puissant. Ce 250 d, fort de 204 ch mais surtout affichant un couple camionesque de 500 Nm, est très performant. La vitesse maxi est de 243 km/h et le 0 à 100 km/h est annoncé en 7,2 secondes. Des valeurs flatteuses, surtout lorsque l'on sait qu'il est obligatoirement accouplé à une boîte automatique. La 9G-Tronic, déjà vue sous d'autres capots (Classe E, GLE, etc.), possède comme son nom l'indique 9 rapports gérés par un classique convertisseur. Elle est très agréable à l'usage, réactive et douce, sait passer les rapports au bon moment et à bon escient, et rétrograde quand il faut. Elle fait bon ménage avec le moteur pour offrir un bon agrément mécanique. Les reprises sont particulièrement toniques, les accélérations franches. On ne manque jamais de puissance, au contraire.

Essai vidéo - Mercedes Classe C Cabriolet : sortez découvert

Par contre, là où l'agrément recule, c'est au niveau de la sonorité. Ce diesel de 2,2 l reste un 4 cylindres, au bruit relativement agricole à l'accélération. Et ça, dans un cabriolet, c'est un mauvais point. Les montées en régime, que l'on soit capoté, et plus encore bien sûr en roulant à découvert, s'accompagnent d'un fort désagréable concert de décibels. C'est dommage. Heureusement, à vitesse stabilisée, la discrétion revient. Pour palier cet inconvénient, on ne saurait trop vous recommander d'opter pour une motorisation essence, si vous ne roulez pas trop. Ce sera bien plus agréable pour les oreilles.

Dernier point, la consommation, que l'on attendait plus basse. Certes notre périple sur les petites routes italiennes a été mené à bon rythme, mais les 8 litres de moyenne au final sont un peu décevants, quand Mercedes annonce 4,9 litres. Une conduite plus apaisée mènera à un chiffre inférieur c'est certain, mais une Série 4 425d de 218 ch, fait mieux en réel (et pourtant moins bien sûr le papier).

 

Cela ne fait pas oublier les qualités de ce cabriolet, et le plaisir de conduite qu'il procure. À n’en pas douter, une excellente proposition ici commercialisée par Mercedes. Facile, et heureusement, à 45 000 € minimum !

 

Portfolio (52 photos)

En savoir plus sur : Mercedes Classe C 4 Cabriolet

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Essais Cabriolet

Publicité : Ne manquez pas

Fiches fiabilité Cabriolet

Toute l'actualité

Commentaires (35)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

J'ai tendance à pas aimer les coupés/cabriolets, mais là je dois admettre que celui là me fait de l'oeil. Plutôt joli.

Par

Une sacrée bonne boucherie bien classieuse. Ils auraient juste pu mieux intégrer la boîte à gants...

Par ron04ts

joli, mais moins gracieux qu'une serie 4 cabriolet.

Par

En réponse à ron04ts

joli, mais moins gracieux qu'une serie 4 cabriolet.

....dit-il en toutes objectivité

Par ron04ts

En réponse à Kiwi25300

....dit-il en toutes objectivité

ouaip:biggrin:!! mais je n'ai pas dit que je la detestais!! je la trouve belle, mais la 4 est plus a mon gout:bien:

Par

Si dans les moins vous mettez "tarifs", il faut dire ce qui est aussi bien ou mieux pour moins chère.

Sinon ça n'a pas lieu d'être.

Par

En réponse à Kiwi25300

....dit-il en toutes objectivité

Dès qu'on parle esthétique, on est forcément dans le subjectif ;) C'est aussi ça, les joies de l'automobile. Chacun ses gouts :)

Par

Les intérieurs des Mercedes actuelles hors Classe E/S je peux pas, c'est tellement d'un mauvais goût cet écran de merde rajouté à la va vite et puis il y a beaucoup trop de boutons

Par

Beau cabriolet, son design extérieur est très beau et l'aspect cabriolet n'abîme pas la physionomie de la classe C. Par contre pour ce qui est de l'intérieur, ce vulgaire écran posé en haut de la console central gâche presque tout l'intérieur. D'ailleurs globalement, le traitement multimédia n'est vraiment pas de la compétence de chez Mercedes, qui ne sait intégrer ses écrans correctement dans aucun de ses nouveaux modèles malheureusement.

Par ///57ih

Ah bon tu trouves qu il y a beaucoup trop de boutons sur la classe C ? :blague:

Tu dois parler de l'ancienne Classe C je crois :ange:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire