Porsche et Volvo sont-ils devenus cinglés ?

A priori, on se dit qu’ils sont devenus fous. Volvo a décidé de brider toutes ses autos à 180 km/h et d’en décorer l’intérieur de caméras indiscrètes. De son côté, Porsche saborde son best-seller Macan en le privant de moteur thermique. Les deux marques foncent-elles tout droit vers l’accident industriel ? Pas si sûr.

On ne sait quel type de substance pousse du côté de Göteborg, siège de Volvo, ou de Zuffenhausen où se niche Porsche. En tout cas, ces derniers jours, les deux marques ont pris de décisions du genre disruptives, même si ces vénérables maisons ne sont pas des start-up nées de la dernière pluie de levée de fonds. Quand l’une a décidé de limiter la vitesse maximum de ses autos à 180 km/h d’ici 2021, et de les truffer de caméras, l’autre semble se tirer une balle dans le pneu en privant son best-seller de tout bloc thermique dès son renouvellement, après l’avoir déjà privé de diesel, carburant qui assurait la majeure partie des ventes de l’engin.

Porsche Macan : son remplaçant sera tout électrique.

Depuis la décision, prise fin février, certains n’hésitent pas à crier au suicide sur le mode « revient Ferdinand (Porsche), ils sont devenus fous ». Et si le pari du constructeur le plus prestigieux d’Allemagne était loin d’être totalement dingue ? En supprimant le diesel sur le Macan, on avait déjà eu la frousse. Sans raison : l’auto est restée en tête d’affiche chez Porsche et les clients se sont rabattus sur l’hybride sans broncher. Cette motorisation a représenté 60 % des ventes en 2018. Alors pourquoi ne pas basculer dans l’électricité totale ? D’autant que, si les marques occidentales stagnent un tantinet en Chine, l’Allemand continue d’y progresser de 4 %. Et l’Empire vient de mettre en place, depuis le 1er janvier, ses fameux quotas de voitures électriques. Obligation est faite aux constructeurs qui souhaitent écouler leur production dans le pays de proposer au moins 10 % de modèles non thermiques, sinon il leur faudra s’acquitter de lourdes amendes (appelés crédits pour faire avaler la douloureuse).

Bientôt un Macan Coupé ?

Ce quota passera à 12 % en 2020 pour atteindre 20 % en 2025. Restylé en 2018 au bout de quatre ans de carrière, le Macan devrait donc tirer sa révérence vers 2022, lorsque le problème des quotas chinois deviendra réellement préoccupant. Alors Porsche le fera basculer dans le watt et tant pis pour les Européens qui voulaient continuer à rouler en SUV allemand thermique.

À moins que. La maison de Zuffenhausen vient de dévoiler son Cayenne Coupé. Un engin façon BMW X6 et Audi Q8 qui ne révolutionnera pas l’histoire du design, mais que les clients risquent d’adorer, comme ils ont aimé ses concurrents. Or, chez BMW existe un autre SUV coupé, baptisé X4. En gros, il s’agit d’un X3 dont l’arrière a été malencontreusement écrasé par un designer facétieux.

Porsche pourrait donc, à l'instar de BMW, ne pas s’arrêter en si bon chemin, et après avoir jeté un sort à son Cayenne, il pourrait en faire de même avec son Macan qui pourrait bien conserver ses moteurs à pétrole en version coupé. Et puis, soyons fous et imaginons, ce que le bureau d’études de Porsche a dû faire avant nous, un SUV plus petit que le Macan. Un engin de la taille d’un BMW X1, Audi Q2 ou Volvo XC40. Un engin plus léger et qui, du coup, pourra être propulsé par de plus petits moteurs, plus européens et tout aussi thermiques.

Volvo V90 : les pointes à 200km/h à son bord seront bientôt impossibles.

Si les choix allemands sont loin d’être totalement déconnectés des futures réalités, qu’en est-il de ceux des Suédois de Volvo. Voilà des gens qui osent le premium, et qui sans prévenir viennent d’annoncer que leurs autos allaient, dès 2021, être limitées à 180 km/h. Quelques jours plus tard, alors que le landerneau automobile est encore sous le choc, seconde annonce : les futures Volvo vont être truffées de caméras qui surveilleront le conducteur durant tout le trajet et, en cas de coup de mou, ou de coup d’alcool de trop, hop, l’auto s’occupe de tout. Jusqu’à l’arrêt complet s’il le faut.

Un temps d'avance sur le marché

Bien sûr, les réfractaires à l’espionnite hurlent déjà au big brother embarqué sur le mode, « ça commence comme ça et bientôt la voiture saura si on est déprimé, si on n’a pas payé nos PV et si on a trompé notre conjoint(e). Et Volvo va vendre toutes nos données. » Évidemment, les réfractaires en question expriment leur réprobation sur les réseaux sociaux où ils sont déjà scrutés, et où leurs données sont déjà monétisées. Du coup, ils risquent, en bons internautes, de céder à la vigie suédoise puisqu’elle s’applique à sauver leur vie. Mais céderont-ils au bridage des moteurs ? Il est fort à parier que oui. Le Suédois a déjà renoncé à ses V8 et V6. Résultat ? Cette filiale du chinois Geely n’a jamais vendu autant de voitures qu’au cours de ces deux dernières années. En plus, aujourd’hui, nombre de voitures électriques sont déjà bridées pour éviter une trop rapide perte d’autonomie. Et quand ces dernières entreront véritablement dans les mœurs automobilistiques, personne ne trouvera rien à redire à cette limitation à 180 km/h.

On le voit, Porsche et Volvo ne sont pas fous. Loin de là. Ils ont simplement un peu d’avance sur les rêves d’un idéal automobile d’aujourd’hui. Ce qui, pour des marques automobiles qui doivent concevoir des voitures quatre ans avant leur mise sur le marché, est la moindre des choses. Mais de toute évidence, ils y arrivent mieux que d'autres...

 

Commentaires (93)