Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Essai - Renault Mégane GT dCi 165 (2017) : fort contrôle

La Mégane GT, à l’heure actuelle la plus sportive de la gamme, renforce son offre d’un diesel de 165 ch. La compacte supervisée par le département Renault Sport est-elle aussi séduisante qu’en essence ?

Essai - Renault Mégane GT dCi 165 (2017) : fort contrôle

 En bref

A partir de 34 500 €


Neutre au malus


4roues directrices


0 à 100 km/h : 8,8 s


Au sein de Renault comme chez d’autres, la griffe GT fait office d’étape intermédiaire avant la version la plus radicale de la gamme. En l’occurrence ici, la Mégane RS : détentrice de deux records sur le Nürburgring, ancienne référence et cible à abattre sur le marché des compactes. Avant sa présentation officielle, prévue au prochain salon de Francfort, la firme de Boulogne fait patienter ses clients avec une nouvelle version de la Mégane GT, cette fois-ci à destination des gros rouleurs.

En effet, la compacte à consonnance sportive s’offre les services d’un moteur diesel : le 1.6 dCi 165 ch. Il s’agit d’un 4 cylindres suralimenté, le même que celui de l’Espace et de la Talisman, mais avec 5 ch supplémentaires. Celui-ci est associé d’office à la boîte double embrayage EDC et aux 4 roues directrices (4 control). Un « package » soigneusement concocté par les ingénieurs de Renault Sport qui sont également en charge de la griffe GT.

Essai - Renault Mégane GT dCi 165 (2017) : fort contrôle

A la conduite, cette association fonctionne du tonnerre. En tout cas, en matière de châssis. La française à l’amortissement ferme combine stabilité et agilité. Les quatre roues directrices apportent un vrai plus face à la concurrence en matière de dynamisme. En effet, la Mégane enroule fort et vire littéralement à plat dans les courbes. Le train avant est tranchant, précis et l’arrière comme posé sur des rails suit le mouvement le tout sans jamais prendre un degré de roulis. Enchaîner les courbes rapprochées est un vrai bonheur qui réclame un minimum de vigilance tant la réponse au volant est immédiate. Un beau présage pour la prochaine version RS qui sera équipée du 4 Control. Enfin, la position de conduite s’enrichit de sièges baquets au maintien excellent et adaptés à tous les gabarits.

Essai - Renault Mégane GT dCi 165 (2017) : fort contrôle
Essai - Renault Mégane GT dCi 165 (2017) : fort contrôle

C’est peut-être l’association moteur/boîte qui « déçoit ». Malgré son couple musclé (380 Nm) et un 0 à 100 km/h honorable (8,8 secondes), il affiche un peu moins de coffre que ses concurrents qui eux, cubent à 2.0. Les accélérations sont linéaires et vives mais pas réellement sportives. En revanche, il sait se rendre disponible pour offrir des reprises musclées accompagnées d’une sonorité feutrée. Son plus gros point noir, pour nous, c’est son association avec la boîte EDC. Bien qu’acceptable en utilisation normale, cette dernière est aux fraises passé le régime maxi (4 000 tr/min). Pire, en phase de « kick-down », la gestion peine à se mettre au diapason pour offrir un vrai catapultage. On aurait été curieux de pouvoir tester cette Mégane GT en boîte mécanique, mais Renault ne la proposera pas au catalogue. Elle a en tout cas le mérite de ne pas impacter les émissions de CO2 , puisque la Mégane GT dCi 165 se place dans la case neutre (120 g de CO2/km).

 Essai - Renault Mégane GT dCi 165 (2017) : fort contrôle

En matière de confort, elle bénéficie d’un amortissement ferme mais vivable au quotidien. Renault s’adresse en effet à une clientèle hétéroclite qui attaquera davantage le week-end sur routes secondaires plutôt que de réaliser un chrono sur piste. C’est aussi dans cette optique que la française se montre assez sobre à l’usage avec une moyenne de 7 l/100 km relevée durant notre essai).

Cette Mégane GT dCi 165 est commercialisée à partir de 34500 €. C’est un poil moins cher que ses principales concurrentes comme la Peugeot 308 GT Bluehdi 180 EAT8 (35 500 €) et la Volkswagen Golf 7 GTD DSG7 (37 410 €), à équipement équivalent. Elle est également disponible en break (+900 €) et se distingue par un bouclier spécifique, des jantes de 18’’et deux sorties d’échappement à l’arrière. À bord, la planche de bord est issue des versions haut de gamme avec la tablette multimédia verticale et l’affichage tête haute. Les logos GT, les sièges baquets et les surpiqûres bleues permettent de faire la différence avec une version civilisée. 

Chiffres clés *

  • Longueur : 4,35 m
  • Largeur : 1,81 m
  • Hauteur : 1,44 m
  • Nombre de places : 5 places
  • Volume du coffre : 384 l / 1247 l
  • Boite de vitesse : Auto. à 6 rapports
  • Carburant : Diesel
  • Taux d'émission de CO2 (norme NEDC) : 120 g/km
  • Malus : 260 €
  • Date de commercialisation du modèle : Janvier 2017

* pour la version IV 1.6 DCI 165 ENERGY GT EDC.

Le bonus / malus affiché est celui en vigueur au moment de la publication de l'article.

Photos (24)

Mots clés :

SPONSORISE

Essais Moyenne Berline

Fiches fiabilité Moyenne Berline

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire