Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Les françaises hybrides : mieux vaut tard que jamais – Salon Caradisiac Électrique/Hybride 2021

Dans Salons / Salon de l'auto Caradisiac

C'est avec plus de 20 ans de retard sur les constructeurs japonais que les marques françaises se sont enfin mises à l'hybridation simple. « Les » ? Plutôt « la ». Car, sous les projecteurs de la piste du cirque Micheletty à l'occasion du Salon Caradisiac Électrique/Hybride 2021, seul Renault a des modèles à proposer. Un fort contraste face à la véritable vague tricolore d'hybrides rechargeables et d'électriques, mais qui s'explique facilement.

Les françaises hybrides : mieux vaut tard que jamais – Salon Caradisiac Électrique/Hybride 2021

Il aura donc fallu attendre 2020 pour voir enfin arriver sur le marché une première voiture française hybride, avec la Renault Clio E-Hybrid 140, soit respectivement 23 et 21 ans après les premières Toyota Prius et Honda Insight. La citadine au losange vient de recevoir le renfort de l'Arkana, qui hérite de la même motorisation, et sera bientôt épaulée par le Captur, déjà proposé, lui, en hybride rechargeable. Mais strictement rien, que ce soit aujourd'hui ou dans un futur proche, du côté de Peugeot, Citroën ou encore DS. Comment l'expliquer alors que l'hybride dit « plugin » représente désormais une part importante de leurs gammes ? Parce que c'est plus compliqué et coûteux de créer un hybride se passant de prise de recharge.

Les françaises hybrides au Salon Caradisiac Électrique/Hybride 2021

Les françaises hybrides : mieux vaut tard que jamais – Salon Caradisiac Électrique/Hybride 2021

Les françaises hybrides : mieux vaut tard que jamais – Salon Caradisiac Électrique/Hybride 2021

 

Pourquoi ? Parce que, pour être véritablement efficient, il faut développer spécifiquement un moteur thermique dans cet objectif et non en recycler un existant directement. Dans le cas d'un hybride rechargeable, la batterie à forte capacité sert de cache-misère et permet un résultat similaire en matière de consommations et d'émissions de CO2 en permettant de faire en 100 % électrique la majeure partie du cycle d'homologation selon la norme WLTP. Mais une fois vidée à son minimum, sa contribution chute d'autant et les chiffres s'envolent, comme nous avons pu le déterminer lors de notre sujet confrontant le Citroën C5 Aircross PureTech 180 à son homologue Hybrid 225 disposant exactement du même 1,6 suralimenté.

Mais sans grosse batterie, pas de béquille, ou plutôt une béquille trop courte. C'est la raison pour laquelle l'intégralité aujourd'hui des constructeurs automobiles proposant des modèles hybrides non rechargeables ont commencé par revoir en profondeur la partie thermique. Et le choix de référence est d'opter pour un cycle d'Atkinson qui privilégie avant tout le rendement à la puissance en utilisant une détente plus grande que la compression, ce qui est atteint, sur les mécaniques modernes, en maintenant ouvertes les soupapes d'admission plus longtemps jusqu'à ce qu'à obtenir un flux d'air inverse dans le collecteur. La pression dans la chambre de combustion en fin de cycle est alors égale à la pression atmosphérique, signifiant que toute l'énergie disponible par la combustion a été obtenue. Le moteur est alors à sa plus grande efficience, mais cela se fait au détriment de la puissance, ce qui signifie qu'il ne peut plus véritablement fonctionner sans une assistance électrique. Et c'est donc, après Toyota, Honda ou encore Ford, le choix fait par Renault avec ses moteurs E-Tech hybrides rechargeables ou non. Et le premier modèle à en profiter a donc été la Clio.

La Renault Clio E-Tech 140 : la pionnière

La Renault Clio E-Tech, officiellement la toute première française hybride.
La Renault Clio E-Tech, officiellement la toute première française hybride.

91 ch, c'est donc la puissance délivrée par le 4 cylindres 1.6 16 soupapes à cycle Atkinson de la Clio E-Tech spécialement développé par Nissan pour l'hybridation. Il est assisté par deux moteurs électriques, un premier de 49 ch lui prêtant assistance et un second de 20 ch, un alterno-démarreur de 20 ch s'occupe de plus de la mise à feu du moteur thermique et de la recharge, lors des freinages et décélérations des batteries. Ces dernières, lithium-ion, sont produites par Hitachi et sont d'une capacité totale de 1,2 kWh.

On a jusque-là une recette classique déjà utilisée à de maintes reprises par les japonais mais l'originalité française vient de la transmission : pas de train épicycloïdal, de convertisseur de couple, de double embrayage ou même de rapport fixe mais une boîte de vitesses à crabot à six rapports automatisés et sans embrayage qui serait le résultat, nous dit-on, de l'expérience du constructeur en Formule 1. Avec 4,3 l/100 km de moyenne et 96 g/km de CO2, l'objectif est en tout cas atteint.

Essai de la Renault Clio E-Tech 140 :

Comparatifs avec la Renault Clio E-Tech :

L'avis Caradisiac : Contrairement à l'électrique, Renault arrive sur un secteur de l'hybride avec de la concurrence au niveau élevé dans la catégorie des polyvalentes, la Toyota Yaris y faisant cavalier seul depuis des années et le constructeur japonais ayant accumulé une expérience de 20 ans dans le domaine. Cependant, la Clio E-Tech fait preuve d'une maturité étonnante pour un coup d'essai et son homogénéité globale est tout simplement impressionnante, que ce soit en ville, sur route ou sur autoroute. On peut peut-être lui reprocher d'être un peu moins sobre que la référence mais elle offre en contrepartie des performances bien supérieures. De plus, ses tarifs sont compétitifs.

Caradisiac a aimé

  • Homogénéité globale
  • Bonnes performances
  • Consommations proches des prétentions
  • Silence de fonctionnement et confort
  • Pas de concession en matière d'habitabilité

 

Caradisiac n'a pas aimé

  • Pas aussi efficiente qu'une Yaris Hybride ou qu'une Honda Jazz
  • Tout de même 1 100 € de plus qu'une TCe 130 EDC
  • Les freins à tambours à l'arrière font tache

 

La Renault Clio E-Tech140  en dix points

  • 4 cylindres 1.6 de 91 ch
  • Moteur électrique de 48 ch et alterno-démarreur de 20 ch
  • Batterie lithium-ion de 1,2 kWh
  • Boîte de vitesses automatisée à crabots
  • 140 ch au total
  • 0 à 100 km/h en 9,9 s et 80 à 120 km/h en 6,9 s
  • 4,3 l/100 km de moyenne WLTP
  • 96 g/km de CO2
  • Finitions : Zen, Limited, Business, Intens, Première Edition, RS Line, Initiale Paris
  • Tarifs : à partir de 23 400 €

Le Renault Arkana E-Tech 145 : le futur best-seller ?

Le Renault Arkana, la dernière grosse nouveauté au losange, est aussi décliné en hybride.
Le Renault Arkana, la dernière grosse nouveauté au losange, est aussi décliné en hybride.

Pour l'Arkana, la dernière grosse nouveauté de Renault, c'est hybride ou rien. En effet, le « SUV coupé » au losange, qui partage la même plateforme CFM-B que la Clio, est proposé soit avec une version microhybridée, avec une batterie lithium-ion 12V de 0,13 kWh, du 1,3 TCe de 140 ch, soit avec le groupe motopropulseur de la Clio E-Tech dans une version à peine revue. Vous aurez en effet remarqué le « 145 » à la place du « 140 » accompagnant son nom provenant du 1.6 délivrant 94 ch au lieu de 91 dans la citadine, ce qui aboutit à une puissance totale de... 143 ch. Ne chipotons pas pour deux petits chevaux.

Les émissions de CO2 annoncées par le cycle WLTP sont de 111 g/km de CO2, tandis que la consommation mixte officielle s'établit à 4,9 l/100 km, ce qui est un bon résultat sur le papier pour un gros bébé de 4,57 m de long et de 1 435 kg sur la balance.

Essai du Renault Arkana

Caradisiac a aimé

  • Les lignes originales
  • La présentation intérieure sympathique
  • L’équipement complet
  • Le volume de chargement peu entamé par les batteries
  • Les qualités dynamiques convaincantes.

 

Caradisiac n'a pas aimé

  • L'embonpoint de 100 kg

Le Renault Arkana E-Tech 145 en dix points :

  • 4 cylindres 1.6 de 94 ch
  • Moteur électrique de 48 ch et alterno-démarreur de 20 ch
  • Batterie lithium-ion de 1,2 kWh
  • Boîte de vitesses automatisée à crabots
  • 143 ch au total
  • 0 à 100 km/h en 10,8 s et 80 à 120 km/h en 8,5 s
  • 4,9 l/100 km de moyenne WLTP
  • 111 g/km de CO2
  • Finitions : Zen, Business, Intens, RS Line
  • Tarifs : à partir de 31 200 €

Renault Captur E-Tech 145 : le suivant

Après l'hybride rechargeable, le Renault Captur est aussi disponible en hybride simple.
Après l'hybride rechargeable, le Renault Captur est aussi disponible en hybride simple.

Le Renault Captur E-Tech 145 sera le troisième larron hybride de la marque au losange, ce qui n'est pas une surprise puisqu'il est conçu sur la même plateforme CFM-B que les Clio et Arkana, et il deviendra ainsi le premier modèle du constructeur français à être proposé en hybride rechargeable et non rechargeable. Il recevra la même fiche technique que le SUV coupé, avec 143 ch donc, mais nous n'en savons pas plus pour le moment, à part sa grille tarifaire qui démarre à 27 100 €, soit seulement 1 550 € de plus que la version TCe 140 EDC.

Remerciements

Les françaises hybrides : mieux vaut tard que jamais – Salon Caradisiac Électrique/Hybride 2021

Mille fois merci à toute la famille Micheletty  qui nous a accueillis dans son cirque situé à Villeneuve-la Garenne, tout près de Paris. Leur professionnalisme et leur disponibilité ont rendu possible l’organisation pour la première fois d’un salon de l’auto dans un cirque ! Coup de chapeau aux artistes !

 

Les françaises hybrides : mieux vaut tard que jamais – Salon Caradisiac Électrique/Hybride 2021

Partenaire du 1er salon Caradisiac, l’année dernière, le Groupe Prévost est de nouveau à nos côtés en 2021 pour gérer la logistique d’acheminement des 120 voitures exposées pendant le Salon Caradisiac Electrique/Hybride 2021. Un accompagnement déterminant pour la réussite de l’événement.

Portfolio (56 photos)

SPONSORISE

Actualité Renault

Toute l'actualité

Commentaires (14)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

chez Caradisiac on est de plus en plus pointus ! PSA commercialisait des hybrides simples ( la solution la plus intelligente ) il y a au moins 10 ou 12 ans (DS5 , 508 3008 1ère version ). Un de mes amis à eu une DS5 hybride dont il a été trés satisfait ).

Par

En réponse à fassi51

chez Caradisiac on est de plus en plus pointus ! PSA commercialisait des hybrides simples ( la solution la plus intelligente ) il y a au moins 10 ou 12 ans (DS5 , 508 3008 1ère version ). Un de mes amis à eu une DS5 hybride dont il a été trés satisfait ).

Ce n'étaient pas des hybrides simples à l'époque, pour autant que je me souvienne.

C'était ce qu'on appelle aujourd'hui mild hybrid avec alterno démarreur.

La Clio elle peut rouler en 100% électrique.

Par

En revanche Renault parle d'une nouvelle génération d'hybride avec un 1.2, donc très probablement turbo, ce qui va à l'encontre de l'objectif. Bizarre.

Par

En réponse à E911V

En revanche Renault parle d'une nouvelle génération d'hybride avec un 1.2, donc très probablement turbo, ce qui va à l'encontre de l'objectif. Bizarre.

Oui c'est étrange, je ne vois vraiment pas quel est le but recherché. A moins que ça soit sans turbo et toujours en cycle Atkinson, sur un PHEV ne nécessitant pas de grosse puissance thermique?

Par

En réponse à E911V

Ce n'étaient pas des hybrides simples à l'époque, pour autant que je me souvienne.

C'était ce qu'on appelle aujourd'hui mild hybrid avec alterno démarreur.

La Clio elle peut rouler en 100% électrique.

non c'était de vraies hybrides certaines même en version 4x4 ( moteur électrique sur roues arrières sur la 508 RXH )

Par

En réponse à E911V

En revanche Renault parle d'une nouvelle génération d'hybride avec un 1.2, donc très probablement turbo, ce qui va à l'encontre de l'objectif. Bizarre.

Ça devrait être le moteur 1.0 l 3 cylindres commercialisé sur les Megane depuis un mois.

Par

En réponse à fassi51

non c'était de vraies hybrides certaines même en version 4x4 ( moteur électrique sur roues arrières sur la 508 RXH )

Sur la 508 RXH le mode ZEV (100% électrique) est activable à partir du moment où les batteries sont à au moins 50% de leur capacité et fonctionne jusqu’à 60 km/h maxi sur environ 3 km théorique. Lorsque la charge tombe au dessous, l’auto repasse en Auto, un mode qui choisit le fonctionnement le plus adapté. C'est un peu l'hybride Toyota en fait.

Par

En réponse à donald69

Sur la 508 RXH le mode ZEV (100% électrique) est activable à partir du moment où les batteries sont à au moins 50% de leur capacité et fonctionne jusqu’à 60 km/h maxi sur environ 3 km théorique. Lorsque la charge tombe au dessous, l’auto repasse en Auto, un mode qui choisit le fonctionnement le plus adapté. C'est un peu l'hybride Toyota en fait.

Oui l'hybride Toyota 50% plus cher et 200% plus compliqué, plus lourd et plus polluant....

Avec en plus la cohérence PSA d'hybrider un gros 2.0 HDI alors que l'hybridation n'a de réel intérêt qu'en usage urbain....

Par

En réponse à fassi51

chez Caradisiac on est de plus en plus pointus ! PSA commercialisait des hybrides simples ( la solution la plus intelligente ) il y a au moins 10 ou 12 ans (DS5 , 508 3008 1ère version ). Un de mes amis à eu une DS5 hybride dont il a été trés satisfait ).

Pose-toi la question de pourquoi ces modèles ont fait un flop et n'ont pas été reconduits, les hybrides HEV chez Stellantis étant aujourd'hui au nombre incroyable de zéro...? :chut:

Moi j'ai la réponse, ayant eu le "plaisir" (lol) de tester une 508 rxh : quand t'as goûté à ça et que tu connais les hybrides Toyota ou Honda, la question est vite répondu, comme disait l'autre génie ! :biggrin:

Plus sérieusement, la généralisation de l'hybride dans la gamme Renault (voire Nissan vu les annonces pour le Quashqai) est une excellente nouvelle pour les clients cocorico ayant du mal à acheter japonais, faut juste espérer qu'ils corrigent les soucis techniques de jeunesse (les clients Renault ont l'habitude...) et qu'ils réduisent un peu leur prétention tarifairex et leur e-tech se vendra comme des petits pains. :bien:

Par

En réponse à PLexus sol-air

Pose-toi la question de pourquoi ces modèles ont fait un flop et n'ont pas été reconduits, les hybrides HEV chez Stellantis étant aujourd'hui au nombre incroyable de zéro...? :chut:

Moi j'ai la réponse, ayant eu le "plaisir" (lol) de tester une 508 rxh : quand t'as goûté à ça et que tu connais les hybrides Toyota ou Honda, la question est vite répondu, comme disait l'autre génie ! :biggrin:

Plus sérieusement, la généralisation de l'hybride dans la gamme Renault (voire Nissan vu les annonces pour le Quashqai) est une excellente nouvelle pour les clients cocorico ayant du mal à acheter japonais, faut juste espérer qu'ils corrigent les soucis techniques de jeunesse (les clients Renault ont l'habitude...) et qu'ils réduisent un peu leur prétention tarifairex et leur e-tech se vendra comme des petits pains. :bien:

Solution techniquement séduisante d'ailleurs !

Moins à mon gout que la simplicité Honda ou Toyota,mais qui semble être presque aussi sobre et fourni à priori un agrément plus en adéquation avec la demande du conducteur européen.

PS : J'ai un HSD 136, j'ai mis 2 mois à me demander si j'avais pas fait une erreur, et environ 1 ans à vraiment apprécier l’agrément du truc. Donc je comprends que les journaleux crachent régulièrement sur le concept. Ce qui m'a convaincu c'est principalement la simplicité du système, y a pas de pièce d'usure à part la batterie en fait....

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire