Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Essai – Peugeot 3008 Hybrid4 (2020) : l’hybride du plaisir

Dans Nouveautés / Nouvelles versions

En France, le Peugeot 3008 écrase les ventes des SUV moyens depuis 2016 grâce à son look mais aussi son agrément. Il renforce son attrait en optant pour l’hybridation, qui en fait – enfin – un 4x4 et lui offre jusqu’à 300 ch. Mais à 53 800 €, la version Hybrid4 GT en vaut-elle la peine ?

Essai – Peugeot 3008 Hybrid4 (2020) : l’hybride du plaisir

En bref

Le haut de gamme des 3008 hybrides

300 ch, 4 roues motrices et batteries « plug-in »

53 800 €

Chez Peugeot, l’hybridation électrique/thermique est bien connue. En effet, dès 2011, le Sochalien lançait le 3008 Hybrid4, qui présentait la particularité de s’équiper d’un diesel. Il n’en est plus question sur son descendant qui s’en remet côté pistons à un 4-cylindres essence, le 1,6 l turbo Puretech bien connu. Quant aux batteries, elles sont désormais « plug-in », c’est-à-dire rechargeables sur secteur. Avantage : une autonomie décuplée en mode zéro émission. Inconvénient : un prix très élevé. Peugeot fait donc le choix d’un certain niveau de prestations au lieu d’attaquer sur les tarifs. Deux versions du nouveau 3008 hybride sont proposées, la 225 ch à deux roues motrices, moins onéreuse, et la 300 ch à transmission intégrale. C’est cette dernière que nous essayons.

Des motorisations génériques

En réalité, les groupes électrifiés du 3008 ne lui sont pas spécifiques. On les retrouve sur le DS7 Crossback E-Tense, le Citroën C5 Aircross Hybrid et même la Peugeot 508. Mais le 3008 est pour l’instant le seul à offrir les deux dans sa gamme. Disponible uniquement avec la finition haut de gamme GT, la motorisation de 300 ch se compose en sus du bloc THP, oups, pardon, du Puretech 1,6 l de 200 ch, de deux moteurs électriques.

Les sorties d’échappement sont factices. Notez la présence d’un essieu multibras.
Les sorties d’échappement sont factices. Notez la présence d’un essieu multibras.

Le premier, intégré à la boîte automatique EAT8 (une Aisin à 8 rapports) à l’avant, développe 81 kW (soit 110 ch), et le second, installé dans la traverse arrière, 83 kW, soit 113 ch. A noter que ce dernier induit le remplacement de l’essieu de torsion équipant les autres 3008 par une épure multibras plus raffinée. Si on fait le cumul des puissances, on obtient 423 ch, alors pourquoi un total annoncé de seulement 300 ? Parce que les trois moteurs n’atteignent pas leur pic de puissance simultanément.

On apprécie la présence d’une vraie jauge, mais des vérins de capot n’auraient pas été superflus.
On apprécie la présence d’une vraie jauge, mais des vérins de capot n’auraient pas été superflus.

Pour leur part, les batteries lithium-ion de 13,2 kWh, installées sous le plancher, autorisent selon la norme WLTP une autonomie de 52 km. Selon cette même norme, la consommation mixte ressort à 1,6 l/100 km, et les émissions de CO2 à 33 g/km. Ce qui ne donne droit à aucun bonus.

Le bac amovible à gauche sert à accueillir le câble de recharge.
Le bac amovible à gauche sert à accueillir le câble de recharge.

Seulement, un détail qui n’est léger que dans mon esprit ironique me vient à l’esprit : l’hybridation, sur cette version à quatre roues motrices, induit un surpoids de 340 kg, dont 120 kg sont dus aux batteries. De sorte qu’au total, le 3008 Hybrid4 GT accuse quelque 1 853 kg sur la bascule. Tout de même ! Heureusement, le couple maxi cumulé s’élève à 520 Nm, ce qui compense au moins en partie cet embonpoint. Mais les chiffres sont une chose, les prestations réelles, une autre. Alors direction Sitges, à proximité de Barcelone, pour tester le seul 3008 à quatre roues motrices de la gamme.

Essai – Peugeot 3008 Hybrid4 (2020) : l’hybride du plaisir
Essai – Peugeot 3008 Hybrid4 (2020) : l’hybride du plaisir

Extérieurement, il ne se différencie guère du GT non hybride que par une trappe supplémentaire cachant la prise de courant. À l’intérieur, il se distingue par ses sièges en Alcantara Gris Gréval, matériau très doux que l’on retrouve sur la planche de bord. Le résultat général se révèle des plus séduisants à mon sens.

La prise 220 volts demeure en option, malheureusement.
La prise 220 volts demeure en option, malheureusement.
Plusieurs modes d’affichages sont disponibles, mais aucun ne propose de compte-tours !
Plusieurs modes d’affichages sont disponibles, mais aucun ne propose de compte-tours !

Outre un design original et osé, la qualité ne prête guère le flanc à la critique (y compris face à un Audi Q3), de sorte qu’on se sent très bien à bord. Je serais moins dithyrambique sur l’ergonomie. Certes, l’instrumentation TFT surélevée face au conducteur est parfaitement lisible, du moins pour une personne de mon gabarit, certes, l’écran multifonction central se montre très réactif au toucher, mais je regrette l’absence de commandes physiques pour la climatisation.

Essai – Peugeot 3008 Hybrid4 (2020) : l’hybride du plaisir

Je trouve aussi le bouton des modes de conduite mal placé et les commandes au volant pas toujours logiques. En revanche, les sièges à longueur d’assise réglable procurent un excellent confort, alors que la position de conduite ne suscite que des compliments.

L’habitabilité arrière se révèle très convenable.
L’habitabilité arrière se révèle très convenable.

À l’arrière, la présence des batteries ne diminue pas l’habitabilité, très convenable surtout en l’absence de tunnel de transmission, mais empêche désormais la banquette de former un plancher plat une fois rabattue. Et elle ne coulisse ni ne s’incline.

On peut programmer une réserve d’autonomie électrique, disponible quand on arrive à destination.
On peut programmer une réserve d’autonomie électrique, disponible quand on arrive à destination.
Pour réduire les frais, on peut demander au 3008 de ne recharger qu’en heures creuses.
Pour réduire les frais, on peut demander au 3008 de ne recharger qu’en heures creuses.

Le coffre n’a pas non plus perdu de volume, à ceci près que le rangement sous le fond amovible ne peut plus accueillir que le câble de recharge, un T2 de 3,7 kW. Pour du 7,4 kW, c’est 300 € de plus… Enfin, la recharge. Elle varie de 1h45 à 7h selon l’équipement dont on dispose.

On a le choix entre 4 modes de conduite : Electric, Hybrid, Sport et 4WD.
On a le choix entre 4 modes de conduite : Electric, Hybrid, Sport et 4WD.

Au démarrage, par temps froid, le 3008 Hybrid4 se met par défaut en mode hybride et non électrique. Mais on peut immédiatement sélectionner celui-ci dès qu’on roule. De sorte qu’en ville, la conduite est très douce et presque totalement silencieuse, seules des trépidations induites par les jantes de 18 venant perturber le confort. Sur route, ces qualités demeurent et la suspension se montre plus absorbante avec la vitesse : le bien-être a de quoi réjouir. Comme je roule tranquillement pour vérifier l’autonomie électrique réelle, je teste aussi les aides à la conduite : elles sont fort bien calibrées. Le 3008 suit sa trajectoire tout en douceur sans qu’on ne touche le volant. Rassurant. Presque trop… Sur notre parcours très varié comprenant des routes escarpées, des traversées urbaines, quelques kilomètres d’autoroute et pas mal de nationales, cet hybride plug-in dépasse à peine les 30 km en mode zéro émission, chiffre à considérer comme minimal car la température ambiante très basse (moins de 5°C au départ) nuit aux performances des batteries. Sur une boucle de 65 km, réalisée avec au départ une batterie pleine, la consommation selon l’ordinateur de bord s’est élevée à 3,0 l/100 km, en roulant en mode Electric, qui active le moteur thermique (de façon quasi imperceptible), bien sûr, quand les cellules lithium-ion n’ont plus rien à donner. Cela ne signifie pas qu’elles soient totalement vides : elles conservent à 99 % du temps un matelas d’énergie permettant d’assurer toutes les fonctions électriques du véhicule, y compris l’activation des roues arrière.

Essai – Peugeot 3008 Hybrid4 (2020) : l’hybride du plaisir

Quand l’indicateur d’autonomie électrique affiche zéro, la consommation moyenne augmente sensiblement. Sur un autre trajet, j’ai remis l’ordinateur de bord à zéro à ce moment, et après une cinquantaine de km effectués sans se chercher l’économie à tout prix, j’ai obtenu 6,8 l/100 km en moyenne, ce qui reste très intéressant. Évidemment, on peut dépasser les 10 l/100 km sur la durée si on fait l’andouille au mépris des radars, surtout que le 3008 s’y prête très bien. Déjà, les performances annoncées semblent très réalistes : les reprises surprennent dès les bas régimes et font totalement oublier le poids très élevé du Peugeot. Quel punch ! Mais jamais le 3008 ne se départit de sa douceur, la boîte changeant toujours de rapport de façon ouatée. On peut utiliser les palettes pour rétrograder, mais honnêtement, ça n’est pas vraiment utile.

Essai – Peugeot 3008 Hybrid4 (2020) : l’hybride du plaisir

Dynamiquement, il faut rendre grâce aux spécialistes châssis de la marque au lion. Car le 3008 Hybrid4 masque presque totalement son poids, et se montre très à l’aise dans les virolos. Direction rapide, précise, consistante et relativement communicative, grosse adhérence, masses bien réparties, amortissement impeccable, on peut se faire plaisir en toute sécurité. Certes, le mode Sport n’en est pas vraiment un, car la boîte n’est jamais totalement en contrôle manuel, mais le degré de mise au point générale force le respect.

Essai – Peugeot 3008 Hybrid4 (2020) : l’hybride du plaisir

Peugeot a prévu deux équipements intéressants. D’abord un mode Brake. On tire sur la commande de boîte et la voiture ralentit alors plus fortement au lever de pied. Ce n’est pas brutal, mais permet de ne presque jamais toucher à la pédale de frein si on anticipe un tant soit peu, tout en rechargeant les batteries.

La touche du HADC, le contrôle de descente.
La touche du HADC, le contrôle de descente.

Ensuite, la fonction HDAC, très utile en hors-piste où le 3008 Hybrid4 présente de vraies aptitudes. En haut d’une butte, on appuie sur une touche, on met la boîte en neutre, et on lâche les freins : la voiture gère toute seule la descente.

Informations techniques

Taux d'émission de CO2 (NEDC) :

33 g/km - bonus : 0 €

Début de commercialisation du modèle :

Juin 2019

A titre d'exemple pour la version II HYBRID4 300 GT E-EAT8.

NCNC
NC
  •  5 places
  •  520 l / 1482 l

  •  Auto. à 8 rapports
  •  NC

Portfolio (21 photos)

En savoir plus sur : Peugeot 3008 (2e Generation)

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Essais 4X4 - SUV - Crossover

Publicité : Ne manquez pas

Fiches fiabilité 4X4 - SUV - Crossover

Toute l'actualité

Commentaires (250)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

C'est une véritable maladie, ces sorties d'échappement factices. Toutes les marques ou presque y ont recours, c'est vraiment naze. Mention spéciale pour l'Audi S4 et ses 2 fausses sorties à droite ...

Par

"Évidemment, on peut dépasser les 10 l/100 km sur la durée si on fait l’andouille au mépris des radars"

Pourquoi utiliser le terme andouille ? :beuh:

Lorsqu'on achète une auto de 300cv, on peut avoir envie de se faire plaisir sans pour autant être considéré comme un fou du volant ou chauffard...

D'autant plus que les limitations de vitesses sont tellements ridicules que même en vélo, il faut surveiller son compteur. (Dans les zones 30...De plus en plus légions dans les petits villages.)

Par

" Selon cette même norme, la consommation mixte ressort à 1,6 l/100 km, et les émissions de CO2 à 33 g/km. Ce qui ne donne droit à aucun bonus."

???? Vous ne voudriez tout de meme pas qu'une bagnole de presque 2 T avec un moteur thermique de 200 CV bénéficie d'un bonus ?????

Les normes applicables à ce genre d'hybrides rechargeables qui attribuent des consos de 1,6 L aux 100 à des mastodontes de ce genre sont des aberrations.

Par

Mais ce prix délirant pour une peugeot...faut vraiment être secoué pour acheter une telle daube...l'arrogance et PSA c'est automatique...feraient mieux de soigner un peu plus leurs voitures

Par

Et encore un essai d'une Peugeot Hybride (ou électrique) sans essai vidéo ! Des choses à cacher (à coups de boite ? niveau sonore ? consommation réelle (perso, j'y crois pas aux 6,5 litres en conduite normale....)?

Par

En réponse à SubaLev

Mais ce prix délirant pour une peugeot...faut vraiment être secoué pour acheter une telle daube...l'arrogance et PSA c'est automatique...feraient mieux de soigner un peu plus leurs voitures

Parce que tu crois que le client payera ce modèle au prix affiché ? Jamais entré dans un concessionnaire ? Les mandataires tu connais pas ? Sérieux...

Par

14,3/20.

Je vois ça, je me dis, Ah ça y est Peugeot a raté son 3008 hybride. Je lis l'article et ne trouve (quasiment) que des compliments).

Bonne tenue de route, qualité de fabrication, bonne gestion des modes électriques (!)

Franchement, arrêtez avec vos notes, ca ne sert absolument à rien.

Mais perso, je suis content si ce 3008 est réussi, je pourrais pas me le payer, mais ca fait plaisir de voir un haut de gamme réussi.

Et peut être qu'a cause du méchant gouvernement et de son malus, il se vendra!

Par

Les premiers cobayes vont déguster:pfff:

Faites plutôt confiance aux spécialistes coréens et japonais plutôt qu'à une marque ne sachant pas faire un simple thermique fiable..

Pour pigeons cette chose :buzz:

Par

Pourquoi n'a-t-il que deux étoiles dans le critère "cote attendue" ?

Pourquoi n'est-il garanti que deux ans?

Dommage...

Par

340 kg de plus dont 120kg pour les batteries.

Reste 220 kg.

C'est si lourd que ça un moteur électrique ?

Autre question : comment fonctionne le mode 4x4 une fois que la batterie est vide ? On se retrouve en traction ? Ça peut faire peur lors d'un long trajet en montagne enneigée.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire