Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Essai - Renault Mégane 1.5 dCi 90 : juste suffisante

Dans Nouveautés / Nouvelles versions

Cailliot Manuel

La Mégane est un best-seller chez Renault, aux côtés de la Clio. Chahutée par la dynamique Peugeot 308, et challengée par une Volkswagen Golf toujours homogène, elle se devait de réagir. Et la quatrième génération est donc une voiture d'importance dans un segment clé en Europe. Déjà essayée dans les grosses puissances en diesel, nous voulions aussi savoir ce qu'elle donnait avec le plus petit des 1.5 dCi. Verdict.

Essai - Renault Mégane 1.5 dCi 90 : juste suffisante

 En bref

Moteur diesel d'entrée de gamme

90 ch et 220 Nm de couple

A partir de 22 100 €

 

Elle commence à devenir familière cette dernière génération de Mégane. Déjà parce qu'elle a, de face, des airs de famille avec la berline familiale de la marque, la Talisman, ensuite parce que de nombreux essais sont déjà parus dans la presse (et Caradisiac bien sûr), enfin parce qu'on commence à en voir dans la rue. Et elle attire, il faut l'avouer, le regard, avec ses grands feux de jour à LED en forme de C, et ses optiques arrière qui se rejoignent presque au niveau du logo de la marque. L'effet visuel est encore plus marquant de nuit. Cette Mégane possède une signature très marquée, presque "too much" selon certains. Une chose est sûre : ça en jette dans l'obscurité.

 

L'esthétique est bien plus intéressante que celle de la précédente génération, qui semble bien fade désormais à côté de celle-ci. Les phares, les feux de jour, la grosse calandre entourant un non moins gros losange, les bas de porte sculptés, la ligne de caisse qui remonte au niveau de la porte arrière, autant de détails qui donnent au final plus d'originalité à la ligne. Et elle tend à plaire au public, vu les réactions des amis et des passants. Pari gagné pour Renault de ce côté-là.

La signature visuelle à l'arrière est impressionnante.
La signature visuelle à l'arrière est impressionnante.
Avec 4,36 m, la Mégane est une compacte plut^to imposante,mais le profil est fluide.
Avec 4,36 m, la Mégane est une compacte plut^to imposante,mais le profil est fluide.
Beaucoup de personnalité dans la face avant, ressemblante à la Talisman
Beaucoup de personnalité dans la face avant, ressemblante à la Talisman

 

À l’intérieur, tout change également. La planche de bord reprend les lignes générales de celle de la Talisman, encore une fois. C'est flatteur pour la Mégane, un peu moins pour la grande soeur, qui se retrouve du coup avec une planche de bord ressemblant à celle de la compacte… Bref, en termes de présentation, c'est sérieux et sans fioritures, agréable à regarder, mais sans originalité trop poussée. Plus germanique que latin pourrait-on dire.

Les matériaux sont corrects, c'est mieux que sur la précédente génération, aussi bien que dans une Peugeot 308 ou une Opel Astra, mais la Golf restera encore référente dans ce domaine. Les assemblages y sont meilleurs qu'ici. Notre modèle d'essai, en finition Zen, n'arbore au passage pas la grande tablette verticale de 8,7 pouces, mais un écran tactile horizontal de 7 pouces, qui propose les mêmes menus et fonctionnalité, car il sert aussi de vitrine au système R-Link 2. L'ergonomie n'est pas parfaite, et il est parfois pénible de devoir revenir en arrière dans les menus pour accéder aux fonctionnalités. Le système est en tout cas complet. Et l'ensemble du poste de conduite "physique" est lui parfaitement fonctionnel et bien agencé (un bémol pour les commandes de vitres électriques, situées un peu trop en arrière sur l'accoudoir conducteur.

La planche de bord reprend les traits (encore) de la Talisman. Elle présente bien, mais ne devient pas une référence en termes de qualité.
La planche de bord reprend les traits (encore) de la Talisman. Elle présente bien, mais ne devient pas une référence en termes de qualité.

La place à l'arrière est moyenne. Chacun trouve sa place, même un grand adulte (plus de 1,80 m) mais il n'y a pas de "rab" et un tunnel prend quand même de la place au milieu. Le volume de coffre est tout à fait correct, avec 384 litres VDA, mais la grosse marche entre le seuil de coffre et le fond est malpratique à l'heure de sortir les bagages ou objets lourds.

 

Un moteur diesel 90 ch de bonne volonté mais qui ne fait pas de miracles

Venons-en au cœur de l'auto. En diesel, l'offre est constituée par un 1.6 dCi 130 et un 1.5 dCi 110, déjà essayés et fort agréable à mener. Pour offrir un tarif plancher, Renault propose aussi la version 90 ch de ce bloc, qui fait économiser 1 300 € sur la facture, par rapport au 110 ch. CE sont donc 20 ch qui disparaissent, avec dans leurs valises 40 Nm de couple. Il en reste 220, ce qui est correct dans l'absolu, mais dans la moyenne basse par rapport à la concurrence, qui offre plutôt 250 Nm, voire 280 NM pour l'Opel Astra 1.6 CDTI 95 ch. De fait, les performances régressent, évidemment. Le 0 à 100 km/h est réalisé en 13,4 s et la vitesse maxi s'établit à 174 km/h. Encore une fois dans le bas du panier par rapport à la concurrence.

Le coffre de 384 est dans la moyenne, mais très logeable.
Le coffre de 384 est dans la moyenne, mais très logeable.
Les places arrière sont suffisantes, sans plus.
Les places arrière sont suffisantes, sans plus.
Pas de tablette verticale en finition Zen, mais horizontale 7 pouces.
Pas de tablette verticale en finition Zen, mais horizontale 7 pouces.

 

Ça, ce sont les chiffres. Volant en main, cependant, et contre toute attente, la Mégane 1.5 dCi 90 n'est pas indigente. Bien sûr, les 90 ch ne sont pas des pur-sang arabes, mais ils s'acquittent honorablement de leur tâche. Les reprises sont même correctes lorsque l'on est seul à bord, et cette compacte est peu sensible à la charge, donc même avec armes et bagages, on garde du répondant. C'est doux et suffisant, tout juste. Il faut parfois jouer du levier de vitesses et tomber 1 rapport pour relancer, mais cela se fait dans la bonne humeur car la boîte est agréable à manipuler, rapide et précise.

Gros point fort de la Mégane, son insonorisation. En effet, que ce soit à froid, en charge ou à vitesse stabilisée, lentement ou rapidement, les bruits de moteur, d'air et de roulement sont très bien maîtrisés. C'est appréciable sur longs trajets autoroutiers, parcours qui mettront aussi en lumière le confort.

Moins ferme que la précédente génération, la Mégane 4 soigne les séants de ses occupants. Les suspensions sont souples, mais pas molles, elles absorbent bien toutes les inégalités de la route. Au détriment du soupçon de dynamisme de l'ancienne, qui était presque trop ferme. Ici, le compromis est orienté confort, mais sans tomber dans l'extrême, comme la Citroën C4.

Le freinage est efficace, mais il ne faut pas hésiter à appuyer fort pour trouver du mordant. La direction est bien calibrée, rien de notable à vous signaler.

 

Pas de record de consommation, mais un équipement fourni

Essai - Renault Mégane 1.5 dCi 90 : juste suffisante

Terminons par la consommation. Annoncée à 3,7 litres aux 100 km en mixte, pour 95 grammes de CO2 émis par km, cette version 90 ch ne fait pas mieux que la 110 ch, créditée des mêmes valeurs. Et sur la route, elle ne consomme pas moins, conséquence du fait qu'il faut tirer un peu dedans pour en sortir le meilleur. Ce sera donc un 5,8 litres de moyenne obtenu sur 1 400 km d'essai. Les meilleures valeurs se font bien sûr sur route, avec 4,3 litres, et en ville pure, la consommation ne s'envole pas, en restant autour de 7 à 7,5 litres. On notera avec satisfaction que le stop and start, livré d'office, est discret dans son fonctionnement, très urbain c'est le cas de le dire. En termes de consommation, la concurrence fait un peu mieux mais pas des miracles, la Mégane reste bien placée.

 

Enfin l'équipement, chapitre où la Mégane brille également. Notre version d'essai, une Zen, soit le deuxième niveau, propose déjà beaucoup. Aide au parking arrière, alerte de franchissement de ligne, alerte de survitesse avec reconnaissance des panneaux de limitation, feux de route automatiques, climatisation auto, carte d'ouverture et démarrage main libre, écran multimédia tactle de 7 pouces, jantes alliage de 16, aide au démarrage en côte, capteur de pluie et de luminosité. La Mégane en offre plus que ses concurrentes à prix équivalent. Pour 24 100 €, c'est bien. La concurrence, sauf Opel Astra, également très bien équipée, est battue. Manque juste la navigation qui vient avec le R-Link 2 et ses possibilités de services connectés. Il en coûte 600 € ce qui reste raisonnable.

 

Chiffres clés *

  • Longueur : 4,35 m
  • Largeur : 1,81 m
  • Hauteur : 1,44 m
  • Nombre de places : 5 places
  • Volume du coffre : 384 l / 1247 l
  • Boite de vitesse : Méca. à 6 rapports
  • Carburant : Diesel
  • Taux d'émission de CO2 : 95 g/km
  • Bonus : 0 €
  • Date de commercialisation du modèle : Janvier 2016

* pour la version IV 1.5 DCI 90 ENERGY ZEN.

Photos (38)

SPONSORISE

Essais Moyenne Berline

Fiches fiabilité Moyenne Berline

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire