Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Essai - Skoda Fabia TSI 95 ch : une carte à jouer

Dans Nouveautés / Nouvelles versions

Avec la quatrième génération de sa citadine, Skoda veut élargir sa clientèle. La nouvelle Fabia est désormais plus grande et mieux équipée. Cela va-t-il être suffisant pour faire de l’ombre aux références de la catégorie que sont les Renault Clio et Peugeot 208 ? Réponse avec l’essai de la version qui devrait être la plus vendue, la TSI 95 ch.

Essai - Skoda Fabia TSI 95 ch : une carte à jouer

EN BREF

4e génération

Citadine polyvalente

Volume de coffre record à 380 litres

À partir de 20 090 €

C’est en 1999 que la première génération de Skoda Fabia a été commercialisée. En l’espace de 22 ans, la citadine de Skoda a su se faire une place sur le marché des citadines. Le succès a donc été au rendez-vous mais celle-ci n’a jamais réussi à égaler les références que ce soit sur le plan européen et français où les Volkswagen Polo ou Renault Clio dominent leur marché. En examinant les ventes de la marque tchèque, on constate que le Kamiq et l’Octavia devancent la Fabia qui occupe la dernière place du podium.

La principale évolution de la nouvelle Fabia réside dans ses dimensions qui augmentent significativement: +11 pour la longueur.
La principale évolution de la nouvelle Fabia réside dans ses dimensions qui augmentent significativement: +11 pour la longueur.

Cette nouvelle Fabia se différencie avant tout par un style repensé. Rien de renversant pour autant puisqu’on retrouve les codes stylistiques de la marque avec une calandre élargie et des projecteurs plus fins. L’ensemble est flatteur et donne un aspect plus cossu que la précédente. Mais ce que l’on retiendra surtout de cette nouvelle Fabia, c’est l’augmentation importante de ses dimensions. La citadine tchèque mesure désormais 4,10 m, soit 11 cm de plus que la précédente, ce qui fait d’elle LA citadine polyvalente la plus grande du marché. Un tel accroissement qui bénéficie également à l’empattement avec un gain de 8 cm. Cela a forcément des répercussions sur les aspects pratiques et cela tombe bien, c’était déjà le point fort de la Fabia, mais on en reparlera plus tard. 

Le dessin de la planche de bord est agréable. L'ergonomie est bonne.
Le dessin de la planche de bord est agréable. L'ergonomie est bonne.

Dans l’habitacle, Skoda a aussi bien travaillé la présentation intérieure. Elle s’inspire de celle de la berline familiale de la marque, l’Octavia. Le dessin est agréable, la qualité aurait pu être meilleure en raison de plastiques durs prépondérants mais l’ensemble est plaisant avec certains détails qui démontrent la volonté d’une montée en gamme à l’image du rappel de l’appelation sur le côté de l’instrumentation, du bandeau en tissu qui la traverse de droite à gauche mais aussi du volant à deux branches. Pour la première fois de son histoire, la Fabia peut se doter d’une instrumentation numérique qui côtoie un écran multimédia tactile qui peut atteindre (en option) 9,2 pouces. Contrairement à beaucoup de modèles du groupe Volkswagen, l’ergonomie est bonne et naturelle avec soit des boutons physiques ou numériques mais facilement utilisables.

380 litres, c'est le volume record du coffre de cette Fabia.
380 litres, c'est le volume record du coffre de cette Fabia.
Comme souvent chez Skoda,l'habitabilité arrière est généreuse.
Comme souvent chez Skoda,l'habitabilité arrière est généreuse.

Comme souvent chez Skoda, le point fort de cette nouvelle Fabia réside dans ses aspects pratiques avec notamment un volume de chargement record : 380 litres. C’est 50 litres de mieux par rapport à la précédente génération et surtout, c'est digne de la catégorie supérieure, celle des compactes. Pour preuve, 380 litres, c'est tout simplement le volume de coffre de la Volkswagen Golf. Mais, ce n’est pas tout puisque l’habilité arrière est particulièrement généreuse.

Essai - Skoda Fabia TSI 95 ch : une carte à jouer
Essai - Skoda Fabia TSI 95 ch : une carte à jouer

C'est devenu une habitude chez Skoda, la marque tchèque propose sur tous ses modèles des astuces bien venues et pensées. Cette Fabia ne fait pas exception à la règle.

Enfin, les traditionnelles astuces de Skoda sont toujours présentes avec par exemple le parapluie dans la contre-porte conducteur, le bouchon de lave-glace qui se transforme en entonnoir ou le grattoir à glace qui sert aussi à mesurer l’usure des pneus.

Sous le capot de cette Fabia, ne cherchez pas la moindre trace d’hybridation, même micro, ni de version électrique, la tchèque reste fidèle aux moteurs thermiques traditionnels. En clair, vous aurez droit à de l’essence ou du diesel. Après un premier essai effectué en Pologne par mon collègue, Manuel Cailliot, au volant de la version essence la plus puissante à savoir le TSI 110 ch, place maintenant à la version cœur de gamme, le TSI 95 ch.

Comme c’est le cas de son grand frère avec lequel il partage la majeure partie de son infrastructure, ce bloc est un moteur bien connu au sein du groupe Volkswagen puisqu’il équipe toutes les marques que ce soit Volkswagen, Seat, Skoda et même Audi. Ici, dans cette configuration, il se distingue par une valeur de couple légèrement inférieure par rapport au TSI 110 ch avec 175 Nm contre 200 Nm. Cela a bien sûr quelques conséquences au niveau des performances avec un 0 à 100 km/h abattu en 10,6 s et une vitesse maximale de 195 km/h. Une différence de presque une seconde sur le  0 à 100 km/h et de 10 km/h sur la Vmax.

Essai - Skoda Fabia TSI 95 ch : une carte à jouer

À l'image de beaucoup de trois cylindres, il se montre assez tonique dans les bas régimes, du moins au-delà des 2 000 tr/min car en deçà c’est beaucoup plus calme. Ce constat implique de devoir parfois jouer de la boîte pour obtenir de bonnes relances. Heureusement, celle-ci est bien étagée et agréable à manier. Une fois, passé cet écueil, le TSI 95 ch fait preuve de bonne volonté avec un certain dynamisme sur les rapports intermédiaires, ce qui est appréciable dans une utilisation quotidienne. Il faudra toutefois composer avec les deux défauts classiques des trois cylindres à savoir la présence de vibrations à certains régimes, mais aussi une consommation très moyenne puisque nous avons enregistré 6,8 l/100 km lors de notre essai. Pas mal sans être extraordinaire.

Pour ce qui est du comportement, notre bilan global s’avère moins sévère que lors de notre premier essai. Alors, bien évidemment, il ne faut pas demander à cette Fabia de faire jeu égal avec certaines références au niveau des qualités routières à l’image d’une Peugeot 208 ou d’une Renault Clio, mais elle se débrouille plutôt bien et se révèle plus sympa à conduire que la précédente génération. Alors certes, elle peut se montrer ferme sur les raccords mais le confort demeure toutefois de bon niveau. Le dynamisme n’est pas sa marque de fabrique puisqu’elle joue la carte de la sérénité, qualité qu’elle arrive à mettre en avant parfaitement.

Chiffres clés *

  • Longueur : 4,10 m
  • Largeur : 1,78 m
  • Hauteur : 1,45 m
  • Nombre de places : 5 places
  • Volume du coffre : 380 l / 1 190 l
  • Boite de vitesse : Méca. à 5 rapports
  • Carburant : Essence
  • Taux d'émission de CO2 : NC
  • Malus :
  • Date de commercialisation du modèle : --

* pour la version IV 1.0 TSI 95 STYLE.

Photos (23)

En savoir plus sur : Skoda Fabia 4

SPONSORISE

Essais Citadine

Fiches fiabilité Citadine

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire