Publi info
 

Essai vidéo - Jeep Renegade restylé (2018) : évolution sans révolution

Dans Nouveautés / Restyling

Meilleure vente de Jeep en France depuis son lancement, le Renegade, SUV urbain de la gamme, va souffler sa quatrième bougie. L'heure pour lui de bénéficier d'un restylage. Mais vous allez le voir, il est plus visible sous le capot que dehors. Essai de la version 1.3 150 ch, sur les routes italiennes.

Essai vidéo - Jeep Renegade restylé (2018) : évolution sans révolution

En bref

Restylage du best-seller de Jeep

Nouveaux moteurs essence 1.0 et 1.3 (120 et 150 ch)

Nouveaux équipements de sécurité et aides à la conduite

Prix non communiqués mais probablement en hausse

 On n'ira pas jusqu'à dire que le Renegade a sauvé la marque Jeep, lorsqu'il a été commercialisé en 2014. Mais on n'en est pas loin, car sur certains marchés, il a rapidement fait doubler le niveau des ventes, porté par l'incroyable succès des SUV urbains. Ce concurrent des Renault Captur, Peugeot 2008, Nissan Juke ou autre Fiat 500 X (à qui il emprunte toute la base technique), a même en France fait tripler les immatriculations de la marque en 2015, première année pleine en termes de ventes. Et réduisant les plus gros modèles (Cherokee, Grand Cherokee, Wrangler, Compass) au rang de faire-valoir. Et il a encore représenté chez nous, en 2017, 80 % des ventes du constructeur américain. Un modèle d'importance donc, qui plaît, mais qui après 4 années de carrière se devait de recevoir quelques retouches, comme il est de coutume.

 

Il ne fallait cependant pas choquer, ni perdre les afficionados de ce modèle. Du coup, les évolutions stylistiques sont ténues, et pour jouer au jeu des différences, il vaut mieux avoir l'ancien et le nouveau l'un à côté de l'autre. Un restylage "à la Volkswagen" comme on dit chez nous.

 

Le Jeep Renegade restylé.
Le Jeep Renegade restylé.
Le Jeep Renegade avant restylage.
Le Jeep Renegade avant restylage.

 

L'arrière du Renegade restylé.
L'arrière du Renegade restylé.
L'arrière du Renegade avant restylage.
L'arrière du Renegade avant restylage.

 

Le but n'était de toute façon pas de changer la physionomie de l'engin. Le Renegade se démarque assez nettement de la concurrence, c'est ce qui fait à la fois son côté "on aime ou on déteste", mais aussi son charme. Il faut dire que par rapport à l'ensemble de ses concurrents, c'est une véritable brique. Un cube qui reprend les codes baroudeurs de la marque, les gènes d'aventurier, et le look qui va avec.

La face est celle qui évolue le plus (feux, calandre, bouclier).
La face est celle qui évolue le plus (feux, calandre, bouclier).
Le profil ne bouge pas, la longueur est toujours de 4,26 m.
Le profil ne bouge pas, la longueur est toujours de 4,26 m.
Sur la poupe, seuls les feux sont redessinés, le bouclier à peine revu.
Sur la poupe, seuls les feux sont redessinés, le bouclier à peine revu.

 

Les quelques retouches opérées aujourd'hui ne font donc qu'actualiser en douceur la plastique de la plus petite des Jeep, sans rien changer de son aspect de Willis moderne, et en le rapprochant d'ailleurs un peu du nouveau Wrangler. Le bouclier avant est redessiné, les antibrouillards descendent et encadrent la prise d'air inférieure, tandis que les 7 barrettes de calandres sont très légèrement élargies. Mais c'est la signature lumineuse qui évolue le plus. On trouve désormais des feux de jour à LED circulaires, à la mode "angel eyes" de BMW, qui entourent un feu à fond noir et projecteur en forme de fente. Toujours à l'avant, de manière anecdotique, les catadioptres latéraux passent de l'orange au blanc.

Sur le profil, le seul changement consiste en l'intégration des répétiteurs latéraux de clignotants qui migrent dans les rétroviseurs, ce qui n'était pas le cas de toutes les versions auparavant, seulement certaines.

À l'arrière, le bouclier est très légèrement redessiné (légèrement moins creusé sous les capteurs de radar de recul) et adopte un enjoliveur de seuil de coffre. Mais c'est encore la signature lumineuse qui se refait une jeunesse. La croix présente dans les feux, auparavant blanche, repasse au rouge, seul le centre restant blanc.

 

Un habitacle qui n'évolue que dans le détail

La planche de bord n'évolue qu'au niveau des commandes de climatisation. La qualité des matériaux et des assemblages est au-dessus du lot des SUV urbains généralistes.
La planche de bord n'évolue qu'au niveau des commandes de climatisation. La qualité des matériaux et des assemblages est au-dessus du lot des SUV urbains généralistes.

Dans l'habitacle, encore moins de différences. Le dessin est conservé à l'identique, la poignée de maintien typique des "vrais" 4x4 est toujours là, la bonne qualité des matériaux et leur assemblage rigoureux aussi. Le système multimédia avait déjà été amélioré en décembre 2017, donc son écran de 8,4 pouces (en haut de gamme) trône toujours sous les aérateurs baptisés "E.T." par les designers tant ils font penser aux yeux du célèbre personnage de cinéma. Seules les commandes de climatisation, désormais reprises du Compass, sont nouvelles et ajoutent un soupçon de modernité.

Ce qui ne change pas non plus, ce sont les mensurations du Renegade. Toujours 4,26 m de long, ce qui en fait un grand SUV urbain (un Renault Captur est à 4,12 m, un Peugeot 2008 à 4,16 m), et favorise l'habitabilité arrière, supérieure à la moyenne de la catégorie, tout comme la garde au toit, favorisée par le cubisme de la caisse. Pour autant, le volume de coffre stagnant à 351 litres est dans le bas du tableau. On ne peut pas tout avoir, mais cela reste suffisant pour une (petite) famille.

 

L'habitabilité arrière est généreuse, supérieure à la moyenne de la catégorie.
L'habitabilité arrière est généreuse, supérieure à la moyenne de la catégorie.
Le volume de coffre de 351 litres est aujourd'hui inférieur à la moyenne. Suffisant cependant pour une (petite) famille.
Le volume de coffre de 351 litres est aujourd'hui inférieur à la moyenne. Suffisant cependant pour une (petite) famille.

 

Finalement, les plus gros changements se font aux chapitres équipement (voir page dédiée) et motorisations. Ces dernières évoluent pour matcher avec les exigences de la norme de pollution Euro6d temp. Ainsi, les diesels 1.6 Mjt 120 et 2.0 Mjt 140 voient apparaître, en plus du filtre à particule, un catalyseur à réduction sélective (SCR) chargé de diminuer les émissions de Nox (oxydes d'azote) en injectant de l'AdBlue (liquide à base d'urée) dans les gaz d'échappement. Mais ces moteurs sont en perte de vitesse. Ce sont les blocs essence qui dorénavant tiennent le haut du pavé. Et pour eux, il ne s'agit plus d'une évolution, mais bien d'une révolution invisible.

Essai vidéo - Jeep Renegade restylé (2018) : évolution sans révolution

En effet, exit les 1.6 E-torq 110 ch (antédiluvien) et 1.4 MultiAir 140 et 170 ch. Les nouvelles normes les mettent au placard. Ils sont remplacés par de tout nouveaux groupes motopropulseurs. Le premier est un 3 cylindres 1.0 de 120 ch, destiné à prendre la suite du 1.6 l. Il est donné pour 190 Nm à 1 750 tours/min. Le second est un 4 cylindres 1.3 l, développant 150 ou 180 ch et 270 Nm de couple. Les deux bénéficient toujours du système MultiAir, à levée variable des soupapes, et d'un filtre à particules, pour contrer les effets pervers de l'injection directe d'essence. Les consommations et rejets de CO2 ne sont par contre pas encore homologués, impossible de vous en informer ici.

Sachez seulement que le 1.0 120 ch est disponible uniquement en boîte mécanique 6 rapports, et que seul le 1.3 150 ch sera distribué en France, automatiquement couplé à une boîte à double embrayage 6 rapports. Le 180 ch, seulement disponible en transmission 4x4 et BVA9 rejetait trop de CO2. Il est interdit de marché français. Vous aurez donc conclu de vous-même que le Renegade ne pourra plus s'acheter en transmission intégrale à moteur essence. Elle représentait de toute manière moins de 15 % des ventes, essence et diesels confondus.

Informations techniques

Taux d'émission de CO2 et bonus/malus
de la version la plus écologique de : Jeep Renegade

115 g/km - bonus : 0 €

Début de commercialisation du modèle :
Jeep Renegade

Juillet 2014

Portfolio (50 photos)

Mots clés :

Commentaires (59)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

13,5 ... oh mon dieu... Abasc est parti chercher une masse pour tomber l'enseigne : impossible à vendre après un tel camouflet ...

Manquerait plus que comme sur les Harley et les clopes ricaines, ça soit surtaxé....

Par

" Vous aurez donc conclu de vous-même que le Renegade ne pourra plus s'acheter en transmission intégrale. Elle représentait de toute manière moins de 15 % des ventes. "

Pour ceux qui n'auraient pas pigé que décidément, les acheteurs de SUV, et ceux de Jeep y compris, sont de parfaits fumistes...

Par

Seigneur, il est magnifique dans cette configuration :bien:

Ce bleu est splendide et se marie tellement bien avec ce léger gris. Bravo Jeep, rien à dire.

Faut signaler aussi l'effort de Cara' qui a enfin compris au niveau de la notation. Je vous remercie d'avoir mit une VRAIE note en dehors du 15 habituel. Continuez comme ça, c'est bien :smile:

Par

Belle moitié avant (face avant et moitié avant du profil) mais la moitié arrière bof. Et la conso c'est cadeau :biggrin:

Par

Grâce à ses 50 photos, je confirme que je trouve cet engin toujours aussi laid !

Quant au restylage, il était rouge, maintenant il est bleu, c'est ça ? :biggrin::biggrin:

Bon, j'arrête mes blagounettes, je vous laisse entre amateurs de la bête.

Par

j'espère qu'on peut toujours faire des stoppies avec :coolfuck:

Par

"Vous aurez donc conclu de vous-même que le Renegade ne pourra plus s'acheter en transmission intégrale à moteur essence" du coup obligé de prendre un diesel pour rendre cet engin intéressant. A l'heure du retour en grâce de l'essence et de le dieselophobie:bah::bah::bah::bah: quel intérêt de prendre cet engin en traction ? Il est proche du néant pointé :cry:

Par

Super sympa la configuration inter/exter.

Il a une gueule... originale, n'est pas beau, mais est sympa. Moi en tout cas il me plait.

Ce qui est certain, c'est que quitte à devoir se le prendre en 2 roues motrices, autant viser le 120ch qui aura un moteur moins pesant sur le train avant et une boite manuelle (mieux qu'une mauvaise boite auto... l'idéal aurait été une bonne boite auto).

J'ai lu une autre prise de contacte qui disait clairement que le 120ch était plus agréable et plus sympa à conduire. Cela ne me surprend pas.

Par

mettez un logo fiat dessus, et tout le monde se met à vomir, marrant de voire qu une caisse ultra laide peut devenir un carrosse selon le logo apposé dessus

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire