Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Les voitures françaises ne sont pas fiables ? Et alors ?

Une étude pointe du doigt le manque de fiabilité des marques françaises et les renvoie à leurs chères études. Nos voitures sont en queue de classement certes, mais peut-être que ces mauvaises notes ne sont, au fond, qu’un inconvénient mineur plutôt qu’un problème majeur ?

Peugeot 3008 : un best-seller qui ne doit pas son succès à sa fiabilité
Peugeot 3008 : un best-seller qui ne doit pas son succès à sa fiabilité

Il n’y a pas qu’en matière de discipline face aux recommandations sanitaires que les Français sont à la traîne. En termes de fiabilité automobile aussi. Nos constructeurs sont plus souvent au fond de la classe près du radiateur, qu’en passe de décrocher le tableau d’honneur. C’est du moins ce que révèle l’association de consommateurs UFC – Que Choisir dans une étude parue il y a quelques semaines. L’organisme, avec ses homologues à travers l’Europe, s’en est allé interroger 43 000 propriétaires de voitures en leur demandant de raconter les principales pannes qu’ils ont subies avec leur auto. Sur la base de ces éléments, mais aussi de l’âge de la voiture et de son kilométrage, est né un classement des marques et des modèles. Et l’on a beau y rechercher nos constructeurs à nous dans les premiers rangs, on n’y trouve aucun. C’est simple, dans le classement des marques, qui en compte 33, le premier hexagonal, DS, au 20e rang. Peugeot est 23e, Citroën 24e et Renault 26e. Au moins, on ne pourra pas nous reprocher de ne pas avancer groupés. Faut-il réellement évoquer les trois gagnants de l’affaire ? Au risque de remuer la clé de 12 dans les entrailles de nos bas moteurs, il s’agit bien évidemment du trio japonais Lexus, Toyota et Honda.

Paradoxe : le Renault Kadjar se vend moins que son concurrent Peugeot 3008 tout en étant plus fiable.
Paradoxe : le Renault Kadjar se vend moins que son concurrent Peugeot 3008 tout en étant plus fiable.

Bien sûr, ce classement, dans ses hauteurs comme dans ses profondeurs n’est une surprise pour personne et il n’y a qu’en France ou les marques nationales conservent près de 57 % des parts de marché, ou l’on est persuadé de notre bon niveau de fiabilité. Mais cette étude réserve néanmoins son lot de surprises, notamment lorsque l’on s’aventure dans le détail des modèles auscultés. Au rayon SUV par exemple, l’ordre du classement chamboule non seulement quelques préjugés bien ancrés, mais aussi l’ordre des meilleures ventes. C’est ainsi que le Peugeot 3008, équipé de son 1,6 l diesel, en tête en France et plutôt bien placé en Europe, est 92e de la catégorie sur 93. À l’inverse, le Renault Kadjar (équipé de son moteur diesel 1.61l lui aussi) et bien moins apprécié des clients se retrouve hissé en 6e position. Pour nos compatriotes qui souhaitent se faire du mal, livrons néanmoins le nom des premiers de la classe. Ils sont respectivement Coréens, Japonais et Allemands. Ce sont le Kia Niro hybride, le Suzuki Vitara 1.6 essence et l’Audi Q3 1.4 essence.

La Peugeot 208 de première génération sauve l’honneur.
La Peugeot 208 de première génération sauve l’honneur.

Admettons que les SUV ne sont pas notre point fort. Mais les grandes autos, les compactes, c’est notre peut-être notre truc ? Pas vraiment. Au rayon  berlines à coffre, les bons points sont distribués aux constructeurs allemands, et à leurs filiales à 76 %. 16,7 % sont japonaises et 6,7 % sont françaises. Même punition, et même relégation, pour nos compactes. La Peugeot 308 pointe en 16e position, loin derrière la Toyota Auris (le classement ne tient pas encore compte de l’arrivée de la Corolla) ou la Mercedes Classe A. Pas vraiment brillant le bulletin de l’industrie automobile française. Mais comme pour tous les cancres, il reste toujours une matière ou ils se distinguent. Généralement, il s’agit du sport, de la musique ou des arts plastiques, des disciplines dont les coefficients sont peu élevés. Dans le cas du classement Que Choisir, il s’agit des citadines, des petites autos qui se vendent bien, mais ne rapportent pas grand-chose à leur constructeur. Et PSA s’y distingue, alignant trois modèles dans le Top 10, puisque la 208 (première du genre) est deuxième, derrière la Toyota IQ, alors que la Citroën C3 est quatrième et la Peugeot 108 cinquième.

Un manque de fiabilité pas forcément traumatisant

Ce drôle de classement, quelles que soient les catégories, est évidemment révélateur d’un certain nombre d’idées préconçues, mais aussi de l’importance très relative de la fiabilité des voitures dans l’esprit des clients qui vont les acheter. À cet égard, les scores de Peugeot, et notamment ceux de ses SUV, sont significatifs et inversement proportionnels au succès des modèles et de la marque tout entière. De même, les marques premium qui, étant donné leur prix, devraient être les plus fiables au monde, ne le sont pas systématiquement, loin de là. Ce qui ne les empêche pas de tenir leurs objectifs de vente. Alors les marques doivent-elles réellement faire des efforts en matière de qualité et en matière de contrôle de celle-ci à la sortie de leurs chaînes ? Doivent-elles être moins pingres au moment de passer commande à leurs équipementiers ? Grignoter quelques points dans de telles études permet bien entendu de se valoriser. Mais tant que les scores plutôt mauvais ne se reflètent pas dans les chiffres de ventes, à quoi bon faire la révolution dans les chaînes de production. D’autant plus que de menus soucis mécaniques peuvent faire le bonheur des ateliers des réseaux des marques. Du cynisme ou du pragmatisme ?

En savoir plus sur : 4X4 - SUV - Crossover

4X4 - SUV - Crossover

SPONSORISE

Actualité 4X4 - SUV - Crossover

Avis 4X4 - SUV - Crossover

Toute l'actualité

Commentaires (281)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Sauf que c'est des questions vers les propriétaires... et on sait que les propriétaires de voiture allemandes sont totalement objectifs envers leurs voitures...

Par

"D’autant plus que de menus soucis mécaniques peuvent faire le bonheur des ateliers des réseaux des marques."

Ça me fait TELLEMENT plaisir de passer au garage pour perdre mon temps et mon argent, vous n'imaginez pas à quel point.

D'ailleurs, après avoir payé une facture au montant souvent exagéré, je m'empresse de laisser un ÉNORME pourboire car j'estime que c'est entièrement MÉRITÉ !

Par

En réponse à mauricelepo

Sauf que c'est des questions vers les propriétaires... et on sait que les propriétaires de voiture allemandes sont totalement objectifs envers leurs voitures...

:lol: T'as fait ma journée...

Par

Ma soeur a eu une Peugeot 206CC 1.6A. 18 (dix-huit !) immobilisations complètes en 36 mois. Cette très jolie "voiture" était un vrai scandale (électronique délirante, moteur poussif, boîte auto à la gestion apocalyptique). Le "lion" (bof), jamais plus.

Mon frère était entré chez Renault (en 1987) comme on entre en religion. Après d'excellentes R9 et R11, deux très bonnes Clio et une Mégane I médiocre, il a acquis une "dernière" (c'est le cas de le dire) Mégane II. Une véritable punition (coûtant une fortune à l'entretien : en dehors du bloc, pratiquement toute la mécanique a été changée au moins une fois en 6 ans). Le losange, jamais plus.

Par

le lien vers l'étude SVP, juste pour voir si ils ont bien interrogé 1303 personnes par modèle de voiture

sinon.....

Par

En réponse à Profil supprimé

Commentaire supprimé.

Ce sont tout sauf des problèmes majeurs et graves.

Par

En réponse à Profil supprimé

Commentaire supprimé.

Incompréhensible ton truc. D'abord tu dis :

"jamais eu 1 seul souci en près de 10 ans et 170.000km. Elle tourne comme une horloge !"

Ensuite :

"Clim en rade en 2017 au bout 7 ans.

Commandes de lèves vitres à remplacer en 2018 au bout de 8 ans.:pfff:"

Donc finalement il y a bien eu des soucis.

Et pour finir :

"Plus jamais de françaises..."

Pourquoi si zéro souci et tourne comme une horloge ?

Par

En réponse à hpx

"D’autant plus que de menus soucis mécaniques peuvent faire le bonheur des ateliers des réseaux des marques."

Ça me fait TELLEMENT plaisir de passer au garage pour perdre mon temps et mon argent, vous n'imaginez pas à quel point.

D'ailleurs, après avoir payé une facture au montant souvent exagéré, je m'empresse de laisser un ÉNORME pourboire car j'estime que c'est entièrement MÉRITÉ !

Tu as raison, c'est une joie intense que de se faire enfumer de la sorte. :-)

Par

le ton de l'article explique a lui tout seul le problème, a savoir que les français ne font pas la course en tete et se contentent d'être "pas mal", tout en ayant l'arrogance de te retorquer qu'ils ne voient pas ou est le problème a ne pas être aussi bons que les meilleurs

les progressions spectaculaires des corèens et des marques généralistes de VW (voir l'arrivée prochaine des chinoises) aura bientot fait de leurs ouvrir les yeux (et vider les carnets de commandes en dehors du marché français ultra-captif, tout au moins autant qu'il y aura des boomers, soit encore 5 a 10 ans maximum)

Par

En réponse à Profil supprimé

Commentaire supprimé.

Et pour info on ne peut pas faire de statistiques sur un échantillon de 1.

Sinon je vais surement trouver un propriétaire de 3008 qui a fait 300 000 km sans aucun souci.

Pourtant le 3008 est classé 92ème sur 93.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire