Publi info

Essai – Volkswagen T-Cross 2019 : le petit dernier

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

Il aura fallu attendre 2019 pour voir arriver Volkswagen parmi la foule des SUV urbains alors que les ténors de la catégorie ont une génération d'avance. Est-ce que le T-Cross dispose des qualités nécessaires pour lancer un pavé dans la mare ou va-t-il se noyer dans la masse ? Nous l'avons essayé à Majorque, aux Baléares.

Essai – Volkswagen T-Cross 2019 : le petit dernier

En bref

À partir de 19 820 €

Longueur de 4,11 m

Deux moteurs 3 cylindres TSI de 95 et 115 ch

Touareg, Tiguan Allspace, Tiguan, T-Roc et maintenant T-Cross, voici la gamme de SUV désormais extrêmement complète de Volkswagen du plus grand au plus petit. Ce dernier se base sur la plateforme de la dernière Polo et est esthétiquement une version réduite à 4,11 m du T-Roc, à tel point qu'il peut être difficile de différencier leurs faces avant tant l'agencement de la calandre et des projecteurs est similaire. Avec 12 cm de moins en longueur, la silhouette du T-Cross est par contre évidemment bien plus compacte et le bandeau de feu courant sur tout l'arrière apporte une petite pointe d'originalité sympathique.

Mais c'est à l'intérieur qu'il se démarque surtout. Ce T-Cross est en effet un exemple de packaging réussi, parvenant à concentrer une grande habitabilité dans un petit volume, avec de la place à revendre à l'avant comme à l'arrière, au niveau des genoux comme au niveau de la tête, et sans pour autant compromettre la taille du coffre. Et pour cela, le petit SUV de Wolfsburg peut remercier sa banquette arrière coulissante sur 14 cm montée de série qui permet de faire varier son volume de chargement de 385 litres, ce qui est déjà mieux qu'un Renault Captur, qu'une Nissan Juke ou qu'un Peugeot 2008, à 455 litres, soit un chiffre digne de la catégorie supérieure. Seul le Citroën C3 Aircross fait mieux dans le domaine, pouvant emmener de 410 à 520 litres de bagages, le seul autre modèle de la catégorie à pouvoir avoir une banquette arrière coulissante.

Essai – Volkswagen T-Cross 2019 : le petit dernier

 sa banquette arrière coulissante sur 14 cm montée de série permet de faire varier son volume de chargement de 385 à 455 litres.

Le Volkswagen T-Cross fait aussi le plein en matière d'équipements à un niveau auquel peu de SUV urbains peut prétendre. Il peut ainsi recevoir une instrumentation numérique, un écran central allant jusqu'à 8 pouces, une aide au stationnement automatisée, un régulateur de vitesse adaptatif, l'aide au maintien dans la trajectoire ou encore des projecteurs à LED. Un mauvais point par contre pour ce qui est de la finition, et plus particulièrement la qualité des matériaux décevante à l'instar du T-Roc ou de la Polo, d’autant plus que certains choix de personnalisation ajoutent un côté toc supplémentaire.

Essai – Volkswagen T-Cross 2019 : le petit dernier
Essai – Volkswagen T-Cross 2019 : le petit dernier

De la place pour les passagers arrière et du volume de coffre, c'est grâce à la banquette arrière coulissante de série.

Concernant les moteurs, pas de TDI – tout du moins pour le moment -, le choix est laissé entre deux versions du trois cylindres 1.0 TSI sans malus à déplorer : 95 ch à 5 500 tr/min et 175 Nm entre 2 000 et 3 500 tr/min ou 115 ch à 5 500 tr/min et 200 Nm entre 2 000 et 3 500 tr/min, cette dernière pouvant recevoir de plus une boîte DSG7 double embrayage à 7 rapports.

Les prix démarrent à 19 820 €, une première marche élevée qui peut se justifier par un équipement de série comprenant régulateur de vitesse adaptatif, assistant actif de maintien dans la trajectoire, freinage d'urgence automatisé avec détection des piétons, banquette arrière coulissante, rétroviseurs extérieurs réglables électriquement et dégivrants et système audio avec écran central de 6,5 pouces. Cependant les tarifs s'envolent très vite ensuite, avec un minimum de 22 420 € à débourser pour accéder au moteur de 115 ch.

Informations techniques

Taux d'émission de CO2 et bonus/malus
de la version la plus écologique de : Volkswagen T-cross

105 g/km - bonus : 0 €

Début de commercialisation du modèle :
Volkswagen T-cross

Novembre 2018

A titre d'exemple pour la version 1.0 TSI 115 CARAT.

1,58 m1,76 m
4,10 m
  •  5 places
  •  455 l / 1281 l

  •  Méca. à 6 rapports
  •  Essence

Portfolio (40 photos)

En savoir plus sur : Volkswagen T-cross

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (119)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Profil supprimé

En quoi 1.170 kgs à vide serait particulièrement lourd pour un SUV citadin ? C'est 45 de moins qu'une Clio IV.

Par

Ouai alors les équipements qu'il peut recevoir il aurait été judicieux de dire à quel niveau d'équipement.... Et donc de prix ils étaient en série quand ce n'est pas de l'option tout court quelque soit le niveau de finition.

Sinon niveau plastique j'attend de ceux qui se déchaînent contre certain modèles Français leur remarques puisque l'on a encore moins bien mais pour plus cher...

Bref arrivé en dernier, pas à niveau, n'apportait rien à la catégorie sauf des prix jamais vus.

Mieux vaut attendre son clone de chez Skoda.

Par Profil supprimé

En réponse à Profil supprimé

En quoi 1.170 kgs à vide serait particulièrement lourd pour un SUV citadin ? C'est 45 de moins qu'une Clio IV.

Mea culpa, fiche visiblement mal remplie pour la Cio IV. Mais le poids de ce T-Cross me parait très normal, surtout avec la banquette coulissante...

Par

"De la place pour les passagers arrière et du volume de coffre, c'est grâce à la banquette arrière coulissante de série"

Si y a de la place pour les passagers arrière ET du coffre, elle sert à quoi la banquette coulissante????

Par

En réponse à anneaux nîmes.

Ouai alors les équipements qu'il peut recevoir il aurait été judicieux de dire à quel niveau d'équipement.... Et donc de prix ils étaient en série quand ce n'est pas de l'option tout court quelque soit le niveau de finition.

Sinon niveau plastique j'attend de ceux qui se déchaînent contre certain modèles Français leur remarques puisque l'on a encore moins bien mais pour plus cher...

Bref arrivé en dernier, pas à niveau, n'apportait rien à la catégorie sauf des prix jamais vus.

Mieux vaut attendre son clone de chez Skoda.

Tu m'excuseras mais on est tout juste +/- 500 euros plus que le 2008 qui possède les mêmes plastiques et 1000 euros plus chère que le Captur.

Soit en gros des prix alignés sur ces concurrents.

Par

En réponse à Profil supprimé

Mea culpa, fiche visiblement mal remplie pour la Cio IV. Mais le poids de ce T-Cross me parait très normal, surtout avec la banquette coulissante...

Surtout que le C3 Aircross avait eu droit à "sa relative légèreté" pour ses 1205kg. Il y a toujours une certaine cohérence dans les essais caradisiac.

Par

La série noire continue chez Volkswagen.

Les adorateurs de plastiques mous en sont pour leurs frais... quand on a une Volkswagen on a pas forcément une vraie Volkswagen comme dirait la pub (ou pas).

Par

La série noire continue chez Volkswagen.

Les adorateurs de plastiques mous en sont pour leurs frais... quand on a une Volkswagen on a pas forcément une vraie Volkswagen comme dirait la pub (ou pas).

Par

Tiens le Captur n'a pas la banquette coulissante ?

Par

En réponse à anneaux nîmes.

Commentaire supprimé.

Concernant votre manque d'objectivité sur le fait de dire qu'il vaut mieux attendre le clone, je ne dis pas non mais le Skoda Kamiq et ce T Cross ne sont pas des clones car ils ont bien des différences esthétiques sinon le C3 Aircross est un clone du 2008, le Captur du Juke, Stonic du Kona et etc....

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire